Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Like a tattoo engraved in my skin - Akira feat Asami
 :: La zone neutre :: Chiyoda

Aller à la page : Précédent  1, 2

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Messages : 118Avatar : Aki -SidActivité RP : 3 MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 203,300Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
25.08.18 4:08
Primeur ? Sérieusement ? Je me doutais qu’il n’était pas yakuza, mais je ne l’aurais jamais imaginé vendant des légumes. Je le voyais plutôt barman ou quelque chose dans le même genre. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. J’ai beau me le répéter, je me laisse pourtant encore avoir. En tout cas une chose est sûre, si jamais mes parents me croisent un jour avec lui, ils ne voudront jamais croire qu’il est un honnête épicier… Enfin encore faut-il qu’il accepte de me revoir et j’imagine que tout se jouera dans les prochaines minutes. Il faut juste que j’arrive à capter son intérêt.
« J’aimerais étudier l’économie. Le droit m’intéresse aussi mais je ne suis pas certain de pouvoir en faire un métier honnête à Tokyo et travailler pour le clan, ce n’est définitivement pas mon truc. »
Si je voulais me faire yakuza, je rejoindrais ma famille maternelle mais je n’en ai ni l’envie ni l’intention. Je suis un Nishima, pas un Yagami et ça fait toute la différence. J’ai le droit de choisir mon destin et il restera très loin de cette famille même si j’entretiens quand même de bonnes relations avec mes cousins et surtout Grand-mère.

Mon téléphone portable vibre. J’hésite puis décide d’y jeter rapidement un coup d’œil. Après tout, c’est peut-être un message de ma mère.

Mon estomac se noue brusquement lorsque je constate que le numéro de l’expéditeur est inconnu. Mon rythme cardiaque augmente lentement mais surement alors que je décide de le lire. Je ne me sens pas très bien et ça doit se voir sur mon visage car du coin de l’œil je remarque les regards de mes ainés. J’esquisse un sourire mal assuré qui se veut rassurant alors que je ne le suis pas du tout. Je sais pourtant de quoi il s’agit même si j’espère de tout mon cœur me tromper.

Le message laconique est du même acabit que ceux que je reçois depuis plusieurs semaines déjà :
« Un nouveau tatouage. Une occasion de plus d’enfoncer mon couteau dans ta chair. »
Ils ne sont jamais signés mais je n’ai aucun mal à savoir de qui ils viennent. Je n’ai pas beaucoup d’ennemi et je ne connais pas d’autres gars à part Kenji qui pourraient avoir envie de me faire du mal. D’ailleurs j’ai beau changer de numéro de téléphone, il me retrouve toujours et semble complètement obsédé par moi…

Ma main tremble légèrement et alors que je m’apprête à ranger mon téléphone portable, un bruit de verre brisé me fait sursauter. On dirait que ça vient de la partie boutique, comme si quelqu’un avait balancé une brique à travers la vitrine du salon de tatouage.


Yamashita Asami

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 69Avatar : Niikura KaoruActivité RP : 0Emploi : Employé chez légumes +¥ : 140,500Crédits : VTP // Vent parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kazuki - Kagami - Tsunade
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
16.09.18 13:25
Like a tattoo engraved in my skin

2058年03月

Monsieur Akira marque des points, là tout de suite. Il me dit vouloir faire un métier honnête et ne pas souhaiter rejoindre le clan. Je l'écoute avec attention, oubliant momentanément la douleur sur mes phalanges que Tora s'efforce de retoucher avec précision, pour que le rendu soit impeccable.
Tous les Yakuzas ne sont pas des pourris. J'en connaît des très bien, des hommes droits, avec un certain code d'honneur. Si tous les mafieux étaient comme eux, ça me dérangerais moins de vivre dans une dictature... Mais malheureusement, ces hommes là ne représentent pas la majorité du clan. C'est pour ça, que tout va si mal à Tokyo.

« Pourquoi pas, c'est une bonne chose. L'économie... ça sert toujours, c'est l'argent qui contrôle Tokyo. Et le monde aussi, en règle générale. »

Malheureusement. C'est un peu triste quand on y pense. Mais c'est ça le capitalisme... J'aimerai qu'on ait tous un mode de vie plus sain, plus simple, plus naturel. Moins superficiel, où la valeur d'une personne ne se résumerai pas au solde de son compte en banque.

Soudainement je sursaute en entendant un bruit de verre brisé. Merde ! Heureusement que Tora était en train de m'essuyer et non pas de me piquer, sinon j'aurais eu un beau raté sur la phalange. Je me retourne vers le tatoueur et vers Akira. D'un signe de tête entendu, Tora et moi nous nous levons.

« On va voir ce qu'il s'est passé, restes là en sécurité toi. »

Mieux vaut que ce soit deux gars à l'air menaçant qui sortent de là, qu'un gamin à peine sorti de la puberté. Même si nous ne sommes pas des Yakuzas Tora et moi... nous en avons tout l'air. Couvertes de tatouages, et surtout pas vraiment l'air aimables.
Une fois dans la boutique, nous constatons que c'est la vitrine qui viens d'être brisée, avec une brique. Ironiquement, j'esquisse un sourire torve :

« Au moins, c'est pas une grenade on risque pas de tous finir en viande hachée. »

(c) AMIANTE







This is
Tokyo bitch





Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Messages : 118Avatar : Aki -SidActivité RP : 3 MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 203,300Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
21.09.18 11:34
Que je reste là en sécurité ? Vraiment ? C’est bien mal me connaitre. Je n’ai pas besoin d’être protégé. Je sais parfaitement me défendre et me débrouiller seul. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai commencé à prendre des cours d’autodéfense. Pour ne plus être un faible gamin qui doit rester en arrière ou subir les évènements. D’ailleurs si ça se trouve, je sais bien mieux me débrouiller qu’eux malgré leurs airs de durs à cuir. Après tout, ne dit-on pas qu’on ne doit jamais se fier aux apparences ?

Bien décidé à découvrir ce qui se passe, je leur emboite le pas sans leur demander ni leur avis, ni leur permission. Mon père ne me donne pas d’ordre alors ce n’est pas pour en recevoir de mes ainés.

Une fois dans la partie boutique, je constate qu’il s’agit bel et bien d’une brique qu’on a envoyée dans la vitrine. L’acte de vandalisme n’est pas signé mais le gars en capuche qui se tient à l’angle de la rue d’en face m’a l’air trop familier pour être innocent. Sans parvenir à détacher mon regard de lui, je murmure :
« Oui, on a eu de la chance. C’est comme si on cherchait à nous faire peur. »
Ou plutôt à me faire peur. Après tout ce n’est pas un acte isolé ni un coup de malchance. Ce n’est que le énième incident depuis le début de la semaine. C’est peut-être aussi pour ça que je suis venu ici. Pas uniquement pour échapper à la surveillance de mon père… Peut-être qu’au fond de moi je voulais savoir si les catastrophes qui se multiplient autour de moi me suivraient également et c’est apparemment le cas.

Mon téléphone portable vibre à nouveau. Le message est du même ton que les précédents :
« La prochaine fois, sera peut-être la dernière… »
Je crispe mes doigts sur mon portable avant de le ranger rageusement dans la poche de mon jeans. Franchement ça commence à me taper sur les nerfs. Bien sûr que j’ai peur. Je serais fou ou inconscient de ne pas ressentir une certaine crainte ou appréhension mais ce n’est pas à restant dans mon coin à me morfondre que les choses vont changer. Je ne suis pas une victime et mon destin, je l’ai toujours pris en main.

« Ils ne sont peut-être pas loin. »
Je me rapproche de la porte et l’ouvre pour passer la tête à l’extérieur. Je fais mine de regarder des deux côtés de la rue alors que garde à l’œil ce type à capuche. J’ai peur et en même temps ça commence à aller trop loin. Ce n’est pas seulement à moi qu’il s’en prend mais à des innocents. Je ne les connais pas depuis très longtemps mais je n’ai pas envie de les entrainer dans une sale histoire dont je ne connais même pas les tenants et les aboutissants.
« Je ferais mieux de faire un tour dehors pour voir si quelqu’un à vu quelque chose, pendant que vous finissez. »


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: