Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com

[Kabukicho] [2055年04月] Death to traitors, scaffold and bitch ft. Hisakawa Kazuki
 :: La zone des vermines :: Shinjuku :: Kabukicho

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Fujiwara Daisuke

Date d'inscription : 18/03/2018Messages : 286Avatar : Die - DIR EN GREYActivité RP : 1Emploi : Youtubeur beauté et homme au foyer¥ : 546,000Multi : @"Moriyama Akane" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
avatar
Mikata ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
25.04.18 2:27

Death to traitors, scaffold and bitch

L'air est doux, ce soir. Quoi de plus normal à l'approche du printemps. La nuit sera propice à ceux qui souhaitent vendre leur corps au plus offrant, ceux qui ne peuvent survivre avec seulement le salaire qu'on leur donne au sein des maisons closes. Ces gens, j'en fais ordinairement partie. Eté comme hiver, qu'il vente ou qu'il neige, on peu voir mes gambettes à l'air dans une ruelle mal famée de Shinjuku à partir d'une certaine heure de la nuit, lorsque mon service au sein de l'établissement est terminé. Parfois, très rarement, je m'absente de ces rues pour diverses raisons. Ce soir, je ne pense pas y aller. Nous sommes au milieu du mois, je n'ai pas encore tout dépensé en drogue et je suis miraculeusement à jour sur le loyer. Autant dire que cette journée, cette semaine même, est presque parfaite. Du moins pour quelqu'un comme moi.

Il est tard, ou plutôt très tôt le matin. Le service est terminé depuis une petite demi-heure pour tout le monde. Moi? Ca doit faire presque deux heures que je n'ai pas eu de clients ici. Deux heures passées dans l'antre du démon, comme d'habitude. Depuis le temps, je connais la chanson. Je suis trop âgé pour leur plaire ici, du haut de mes vingt ans. Certains restent d'apparence frêle et fragile, les traits fins et le corps peu développé...moi, je suis loin de tout ça. Certes, je suis tout aussi frêle et fragile avec cette carcasse faite de peau et d'os, mais mon enveloppe charnelle a grandi plus que de raison. J'ai pourtant été privé durant une bonne partie de mon enfance, mais il faut croire que ça n'a pas influencé cette partie-là de ma croissance...je suis grand, mon visage est adulte depuis bien longtemps; je n'ai rien à foutre dans cette putain de maison close. Et pourtant, je suis toujours prisonnier ici. Je les vois tous partir un par un, vendus au plus offrant ou disparu du jour au lendemain sans laisser de trace, mais je reste ici. C'est comme si...comme si le monde voulait me donner une leçon. J'ai peut-être été une horrible personne dans une autre vie.

La nuit est calme. Assis au bord du toit, un joint entre les lèvres, je profite d'avoir enfin un moment seul pour me vider l'esprit. J'ai beau être ici depuis dix ans, je n'arrive pas à m'y faire. Tous les jours, je passe des heures à me laver. A effacer les dernières traces des clients, de ce monstre qui m'a enrôlé dans son trafic. Tous les jours, je tente de m'abrutir à coup d'herbe ou de pilules au détriment de la nourriture. Je sais que je vais finir par en crever, de ce régime-là. Je vais crever parce que je suis trop faible pour l'encaisser, c'est un miracle si je suis encore vivant. Je ne sais pas encore comment je fais pour tenir, avec tous ces problèmes.

La porte du toit grince en s'ouvrant, mais je ne prends pas la peine de me retourner pour observer celui qui vient d'entrer sur mon territoire. Il est le seul à venir ici, après tout. De là, nous surplombons le quartier et nous pouvons même voir ses limites, maintenant que beaucoup de hauts immeubles se sont effondrés au fil des ans sans jamais être reconstruits. La maison close n'est pourtant pas bien haute, mais ce n'est pas à Shinjuku que se situent les gratte-ciels. C'est comme si cet endroit détaché du monde qui nous entoure nous permettait de nous envoler pour quelques heures loin de nos soucis. Je tapote le béton à côté de moi, sans quitter les lumières des yeux.

"Viens-là, Kazuki-kun. Tu veux une clope? Sans herbe pour toi, bien sûr."

Kazuki, c'est celui qui m'a redonné le goût de survivre dans cet enfer. C'est ici que je l'ai rencontré pour la première fois, et c'est ici que nous nous retrouvons parfois à la fin du service. Lorsque j'enchaîne avec les passes dans la rue, je prends tout de même le temps de lui parler quelques minutes avant de sortir de l'établissement. Il a besoin de moi, et j'ai besoin de lui. Il n'y a qu'ensemble que nous pouvons avancer ici.

"Ca a été, ce soir? Tu as eu beaucoup de clients?"

Je surveille l'affluence que provoque celui que je considère comme mon petit frère. Pas parce que je veux savoir combien il gagne, mais parce que s'il ne fait pas rentrer assez d'argent dans la caisse, Terada va s'énerver contre lui. Et...je préfère de loin servir de punching ball plutôt que de voir Kazuki prendre une dérouillée dans l'antre du démon.

EXORDIUM.




Hurt me and you'll be fine. Hurt them and make your prayers.

Hisakawa Kazuki

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 114Avatar : Yoshiatsu (Dadaroma)Activité RP : 0Emploi : Proxénète & acteur X ¥ : 122,900Crédits : VTP // Vent Parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kagami - Asami - Tsunade
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
25.04.18 23:29

Death to traitors, scaffold and bitch



La soirée a été longue. J'ai eu une dizaine de clients, et j'ai gagné pas mal d'argent. Des petits extra que me filent les clients discrètement, quand je me montre particulièrement gentil avec eux. En fin de service, je me roule un joint pour plus tard que je coince dans ma botte et sors discrètement du dortoir. Je dois retrouver Daisuke, comme tous les soirs en fin de service. C'est notre petit moment de calme à tous les deux, et l'heure de notre feuilleton quasi quotidien. Le type qui a la maison close d'en face est un poivrot qui s'engueule régulièrement avec sa maîtresse dans la petite ruelle en contrebas. ça va faire deux ans que nous suivons cette petite aventure.

Une fois sur le toit, je pousse la porte pour rejoindre Daidai, et m'installe à côté de lui. Je hoche la tête quand il me demandes si je veux une cigarette et en allume donc une. Il est drogué. Mais il refuse que je fume de l'herbe devant lui. Pourtant, un pétard comparé à ce qu'il prend c'est que dalle. Puis ça m'aide à dormir surtout. Une fois la clope coincée entre mes lèvres, je sors mon petit butin pour commencer à compter. Mille, deux mille... Six mille yens ce soir. J'esquisse un petit sourire et en tend deux mille à Daidai. Pour être sur qu'il ne refuse pas, je les glisse moi-même dans son petit short.

« T'as besoin de refaire ta couleur t'as des racines dégueulasses. »

L'amour vache. Je ne sais m'exprimer qu'ainsi et c'est Daidai qui en fait les frais. Pourquoi ? Car c'est la seule personne que j'aime vraiment. Les autres, je m'en bat complètement les couilles. Je tire sur ma clope, range le reste de mes billets dans ma botte aux côtés de mon joint qui me sert de somnifère. Je le fumerai juste après ma douche, parce que... J'en ai tout de même bien besoin. Je sens le sexe, la sueur et la clope froide. C'est mon odeur habituelle, de toute manière. Et il paraît que ça fait mon charme.

Lentement, je relève mon haut à manches longues pour voir l'état de mes bras. Je grimace et baisse bien vite la manche avant que Daidai ne s'attarde trop dessus.

« Il y en a encore un qui a voulu jouer à me mater. Je les attire, ça doit être ma tronche d'ado rebelle. »

J'ai de sacrés marques sur les avant bras. Le pire c'est que ce connard ne m'a même pas laissé un petit extra, alors que ce soir c'est lui qui y est allé le plus fort.


EXORDIUM.





モラル
も恥じらいも忘れさせる


ポルノグラフみたいだね汚いものが多すぎて上手にお片づけが出来ない



Fujiwara Daisuke

Date d'inscription : 18/03/2018Messages : 286Avatar : Die - DIR EN GREYActivité RP : 1Emploi : Youtubeur beauté et homme au foyer¥ : 546,000Multi : @"Moriyama Akane" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
avatar
Mikata ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
04.05.18 11:15

Death to traitors, scaffold and bitch

Je ne peux m'empêcher de rire à la remarque déplacée de Kazuki. Dans une autre vie, j'aurais sûrement très mal pris ce qu'il me dit et lui en aurait probablement foutu une dans la gueule. Mais ah...il n'a pas forcément tort. Je commence effectivement à avoir des racines brunes, et elles sont plutôt visibles en raison de la différence de couleur entre le rouge et le noir. Pour l'instant, elles ne me dérangent pas plus que ça. J'ai connu pire, la première fois que je me suis coloré les cheveux. J'avais beaucoup trop peur de décolorer tout seul, et pas de thunes pour le faire chez une coiffeur, alors j'ai fini par avoir cinq à dix centimètres de racines. C'était moche. Mais heureusement, j'ai réussi à économiser suffisamment pour me payer un séjour chez le coiffeur et fixer tout ça. Surtout à cause des menaces de Terada, qui souhaitait me raser la moitié du crâne...

C'est peut-être la drogue qui me fait tout prendre à la légère, ce soir. Ca m'abrutit le cerveau et je le sais, c'est la raison pour laquelle je refuse d'être clean un seul instant. De toute manière, je suis arrivé à un point où je ressens le manque dès le réveil. Qu'il soit dû à l'herbe, aux pillules ou à l'alcool, d'ailleurs. Je ressens simplement cette sensation de vide, ces crampes insupportables, cette volonté de me détruire à peine les yeux ouverts. Alors en fin de journée...autant dire que j'ai avalé davantage que n'importe qui pourrait supporter.

"Fais quand même gaffe à ce que tu dis...surtout à qui tu le dis. Je m'en branle, je te connais, mais beaucoup seraient capable de faire de ta vie un enfer si t'es trop arrogant et direct avec eux."

Ce conseil, je sais qu'il va l'oublier aussitôt. C'est sa nature d'être un petit con, c'est ce qui l'a mené ici. J'ai l'impression qu'il n'apprendra jamais...mais au moins, j'essaye de l'éduquer un petit peu. Le souci, c'est que ce n'est pas lui qui prend lorsqu'il fait une connerie; c'est moi. Parce que je refuse de le voir dans le même état que les gosses que je n'ai pas pu sauver, le regard vide et le corps marqué à jamais par les sévices. Peut-être que pour lui faire retenir la leçon, il vaudrait mieux le laisser payer les conséquences de ses actes et paroles...mais c'est au-dessus de mes forces. Je ne veux pas être responsable de la détresse de mon petit frère.

"Fais-moi voir ça."

Sans même lui laisser le choix, je remonte ses manches et son petit haut pour l'examiner avec attention. Kazuki est le genre de mec qui marque très vite...mais là, c'est quand même assez impressionnant. Il va devoir emprunter ma technique de maquillage pour camoufler le tout, s'il ne veut pas que les clients viennent encore se plaindre. Je soupire longuement en le laissant finalement tranquille. Au moins, il ne saigne pas. C'est un bon début, non?

"C'est peut-être lui qui s'est plaint, alors..."

Je crois que j'ai attisé sa curiosité. Soupirant longuement, j'allume une clope sans herbe pour me calmer un peu. Je déteste qu'on touche à mes protégés.

"Un client s'est plaint de toi tout à l'heure, Terada voulait te faire venir pour te...réprimander? Je l'ai dissuadé de ne pas le faire. Mais du coup...c'est très probable que ce soit lui, le client. Ce connard qui t'a marqué."

EXORDIUM.




Hurt me and you'll be fine. Hurt them and make your prayers.

Hisakawa Kazuki

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 114Avatar : Yoshiatsu (Dadaroma)Activité RP : 0Emploi : Proxénète & acteur X ¥ : 122,900Crédits : VTP // Vent Parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kagami - Asami - Tsunade
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
11.05.18 22:10

Death to traitors, scaffold and bitch



Lui qui s'est plaint ?... Je déteste quand Daidai me dit ce genre de choses. Je baisse la tête et soupire longuement, tout en tirant sur ma cigarette. Il a encore... Pris à ma place. C'est pas à lui, d'encaisser pour les autres comme ça. J'ai été correct avec ce pervers, j'ai joué à son petit jeu pour lui donner une raison d'être sévère t de prendre son pied en me faisant du mal. Je lève les yeux vers mon frère de coeur. Si cet enfoiré s'est plaint c'est probablement parce que je commence à être trop vieux. Je vois mon corps qui change : je ne suis plus un enfant. Mais je ne suis pas tout à fait un adulte non plus. J'ai beau rester maladivement mince, j'ai tout de même pris dix bons centimètres depuis mon arrivée ici il y a deux ans. Je crois que c'est normal, de grandir comme ça... Je ne sais plus. Je ne me souviens pas spécialement de comment mes frères ont grandi. Je ne les ai de toute manière pas vus depuis un moment. Pourtant, eux aussi sont à Kabukicho. A quelques ruelles d'ici... mais je n'ose pas retourner chez moi. Nous aurions tous des ennuis, si je faisais une chose pareille.

Quand on est vendu à un proxénète il vaut mieux couper tout contact avec sa famille, pour ne pas qu'il y ait de représailles. Et si je venais à essayer de fuir... Ils s'en prendraient à mes frères et soeurs. Je ne veux pas qu'on leur fasses du mal à eux aussi. C'est déjà assez la misère comme ça à la maison... Puis comme on dit : chaque un sa merde. Je dois assumer mes conneries, et ils ont déjà tous assez de soucis comme ça sans avoir à s'occuper des miens.

Je ramène mes jambes contre mon torse et fixe le ciel qui commence déjà à s'éclaircir. Il est tard. Ou tôt, selon le point de vue. Il y a probablement des gens ordinaires en zone neutre qui commencent à se lever. Une mère qui prépare le petit déjeuner et les bento de ses enfants et de son mari. Un homme qui part à son travail honnête... Parfois, je me demande ce que ça fait d'avoir une vie normale. La zone neutre n'est pas très loin d'ici mais je n'y ai mis les pieds qu'en de rares occasions. Quand j'allais à la bibliothèque avec Kohaku qui me forçait à lire pour que je m'améliore à l'école et que je n'ai pas de mal à obtenir au moins mon diplôme de fin de collège, mais aussi chez les Moriyama. Akane etait mon premier petit copain et j'ai passé une nuit chez lui. Nous étions trop jeunes, pour faire quoi que ce soit. Nous avions à peine douze ans et tout ce qu'on a osé faire, c'est s'embrasser de manière un peu maladroite. Six mois plus tard pourtant... Je me suis retrouvé ici à trembler de terreur et à pleurer toutes les larmes de mon corps.

Je ne peux m'en prendre qu'à moi-même de toute manière... J'aurais du rester dans le droit chemin. Mais sans Kohaku, je ne voyais plus aucune raison de faire le moindre effort.

« Quel sale connard de merde... »

Je jette mon mégot en contre bas dans la ruelle tout en soufflant ma dernière bouchée de cigarette.

« Il a dit qu'il aimait ma tête de petit con. Qu'il avait envie de m'apprendre le respect. Alors, j'ai joué le jeu avec lui... Je lui ai demandé s'il voulait que je sois un vilain garçon. Quand il a dit oui, j'ai compris ce qu'il cherchait. Alors je lui ai un peu résisté pour l'exciter. »

Je ferme les yeux un instant et déglutis lentement. J'aime pas parler de ce que je fais avec ce genre de types... Surtout quand ils sont violents. Mais je dois raconter les faits à Dai. Qu'il saches au moins pourquoi il s'est fait tabasser à ma place.

« Il a bandé sévère quand j'ai commencé à me débattre. Encore plus quand il m'en a coller une. Plus je lui résistais, plus ça lui donnait envie. Mais il me faisait mal aussi... J'ai rien dit, parce que je savais que sinon il allait se plaindre à Terada. Du coup j'ai encaissé, mais j'ai fini par pleurer vraiment de douleur quand... Il a un peu forcé le passage. Je faisais pas semblant. Et lui, il m'a dit que j'étais qu'une petite salope qui attendais que ça. Que j'avais besoin qu'on me traîte comme ça pour m'apprendre le respect. Du coup, je me suis forcé à dire oui, que c'était bien fait pour moi et j'ai poussé le vice jusqu'à le remercier de me punir parce que j'étais un vilain garçon... »


EXORDIUM.





モラル
も恥じらいも忘れさせる


ポルノグラフみたいだね汚いものが多すぎて上手にお片づけが出来ない



Fujiwara Daisuke

Date d'inscription : 18/03/2018Messages : 286Avatar : Die - DIR EN GREYActivité RP : 1Emploi : Youtubeur beauté et homme au foyer¥ : 546,000Multi : @"Moriyama Akane" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
avatar
Mikata ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
15.05.18 15:21

Death to traitors, scaffold and bitch


J'ai envie de brûler le monde entier. Voir cette ville périr sous les flammes, debout sur l'un de ses toits les plus hauts pour contempler mon oeuvre. Ecouter la soirée de Kazuki me met dans une rage folle, et mes mains en tremblent. Pourtant, je sais ce que subissent les gosses ici. Je le sais car je l'ai déjà subi avant eux, je continue de le subir mais je me fiche de ce qui m'arrive à moi. Savoir que d'autres passent pas le même chemin me donne envie de vomir. J'essaye de les aider, de rendre leur calvaire un peu plus supportable en leur faisant éviter les clients les plus violents ou les punitions du taré, parfois même je leur ramène un peu de nourriture qu'ils aiment pour changer de la bouffe infâme de la cantine...mais ce n'est pas suffisant. Ce ne sera jamais suffisant. Cet endroit doit brûler, ses gérants doivent tous périr dans les flammes de l'enfer dans lequel nous vivons tous. Mais je sais que ça n'arrivera jamais...du moins ça ne viendra certainement pas de moi. Je suis beaucoup trop faible pour faire ça, tout ce que je risque c'est de crever avant d'en tuer un seul. De préférence dans d'atroces souffrances.

"C'est un pote de Terada. Il faut pas s'attendre à des miracles avec ce genre de personnes. Ils sont tous pareils...à vouloir traumatiser des gosses."

Je veux le prendre dans mes bras pour le rassurer, mais je suis sûr qu'il me repousserait. Kazuki n'est pas du genre à vouloir être chouchouté, il fait souvent le dur pour montrer qu'il peut tout encaisser. Paradoxalement, c'est lui qui vient se coller à moi la nuit lorsqu'il fait un cauchemar et que je suis encore présent, pour s'endormir dans mes bras tandis que je lui caresse doucement les cheveux. Je crois que son attitude rebelle est une manière de se protéger du monde extérieur. Il est agressif avec les autres enfants, parce qu'il se dit que les faibles n'ont pas leur place dans la vie. Que puisqu'ils sont faibles, ils vont crever, donc il ne faut pas s'attacher à eux. J'ai une philosophie bien différente, pour ma part. Je crois qu'il est mieux de protéger les plus faibles lorsqu'on le peut, pour soulager notre coeur et essayer d'avancer. C'est la seule raison pour laquelle je peux encore vivre ici.

"Tu es en colère, Kazuki. Et je crois que c'est pas seulement à cause de ce type. Mais est-ce que si nous nous vengeons sur lui, tu te sentiras mieux?"

S'il est à fleur de peau, c'est aussi parce qu'il va bientôt passer un âge où les clients ne voudront plus de lui. Il va subir de plus en plus de violences comme celles de ce soir, on va commencer à être dégoûté de son apparence. Et lorsqu'il n'attirera définitivement plus de clients, Terada le vendra à une autre maison close loin de moi, ou à un laboratoire qui s'en servira comme cobaye pour le restant de ses jours - qui risquent d'être particulièrement raccourcis. J'ai peur de ce jour qui arrive à grands pas, mais...je ne vois pas comment je pourrais le sauver de cette décision. Je ne peux que rendre sa vie ici la plus facile possible, et prier pour que Terada ne l'envoie pas à l'abattoir. Je crois que je ne pourrais définitivement pas m'en remettre, un peu comme...pour la mort de mon tout premier petit frère, ou celle de l'amour de ma vie.

"Si tu veux...on peut essayer de lui faire payer. On va trouver un moyen. C'est un pote du taré, il va forcément revenir...on le suivra, et on saura où il habite. Comme ça, pas moyen de faire le lien entre nous et ce qui lui arrivera. Qu'est-ce que tu en penses?"

EXORDIUM.




Hurt me and you'll be fine. Hurt them and make your prayers.

Hisakawa Kazuki

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 114Avatar : Yoshiatsu (Dadaroma)Activité RP : 0Emploi : Proxénète & acteur X ¥ : 122,900Crédits : VTP // Vent Parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kagami - Asami - Tsunade
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
15.06.18 23:36

Death to traitors, scaffold and bitch


En... Colère. Peut-être que c'est ça. Daisuke a probablement raison. C'est majoritairement à cause de cet enfoiré que je me sens mal, mais il doit aussi y avoir autre chose. Seulement, je ne sais pas ce qui peut me contrarier comme ça. Peut-être parce que je sais que je vais bientôt devoir partir d'ici. Mes seize ans approche et tout le monde part à cet âge là. Tout le monde, sauf mon grand frère qui a eu le malheur de devenir le jouet préféré de Terada, ce gros enculé de fils de pute.

Et je ne veux pas partir. Pas sans lui. J'aimerai bien l'amener avec moi, dans une autre maison close. Parce que c'est ce qui va arriver, on va me revendre à un autre proxénète. Probablement à Matsuda qui viens me voir régulièrement. Il est de Chuo, il a des escortes et... Il m'aime bien. Beaucoup même. Je crois qu'il est tombé amoureux de moi. Même si je ne partage pas les sentiments de cet homme, je sais que c'est ma porte de sortie. Le moyen pour moi de quitter cet endroit pourri, ce trou à rat dans lequel j'ai grandi.

J'écoute attentivement le plan de mon grand frère et hoche la tête, sans rien dire. Je... Je devrais peut-être lui parler de Matsuda.

« Je dois t'avouer un truc. Rien à voir. Enfin, presque. »

Je ferme les yeux et pose mon menton sur mes genoux, que j'ai ramené sur mon torse. Je vais partir. Et même si c'est l'enfer ici, c'est tout ce que je connaît. Alors c'est un peu flippant, de savoir que l'on va changer d’environnement.

« Je vais bientôt avoir seize ans. On sais ce que ça veut dire, toi et moi n'est-ce pas ?... ça veut dire que je vais partir d'ici. Parce que je serais officiellement trop vieux. Je commence déjà à attirer moins de monde, depuis que j'ai grandi d'un coup cet hiver et que j'ai mué. »

Je soupire longuement et rouvre les yeux pour regarder au dessus de l'immeuble d'en face. Au loin. Cette putain de frontière que je ne vois même pas depuis là, mais que je sais exister.

« J'ai un client, qui viens me voir depuis quelques temps. Il s'appelle Matsuda. C'est un mac de Chuo... Et je crois qu'il m'aime beaucoup, si tu vois ce que je veux dire. Il me parle de temps en temps, je sais qu'il est veuf et qu'il a un fils un peu plus vieux que moi. C'est pas le genre de choses que les clients nous racontent en général... Alors... Tu crois qu'il est amoureux de moi ? »

Je suis sérieux. C'est assez rare que je le soit, mais pour une fois je ne suis pas d'humeur à plaisanter. Pas après la soirée de merde que j'ai eu.

« J'te rassure, je l'aime pas c'est un vieux dégueulasse. Mais... J'me dis que ce serait une bonne assurance pour être sur de pas finir... tu sais où, quand j'aurais seize ans. »


EXORDIUM.





モラル
も恥じらいも忘れさせる


ポルノグラフみたいだね汚いものが多すぎて上手にお片づけが出来ない



Fujiwara Daisuke

Date d'inscription : 18/03/2018Messages : 286Avatar : Die - DIR EN GREYActivité RP : 1Emploi : Youtubeur beauté et homme au foyer¥ : 546,000Multi : @"Moriyama Akane" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
avatar
Mikata ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
18.06.18 14:09

Death to traitors, scaffold and bitch


Je déglutis avec difficulté en fixant droit devant moi. Oui, j'avais oublié ce léger "détail". Kazuki va avoir seize ans...ce qui signifie qu'il partira d'ici, et connaissant le taré il ne le revendra pas à une maison close du coin; non, il s'empressera plutôt de le jeter en pâture à ceux qui font parfois des descentes dans les bas quartiers, ceux qui récupèrent des sujets plus ou moins sains pour les transformer en tests de laboratoire. Je sais comment ça se passe. J'en ai vu plus d'un disparaître pour cette raison, ici. Ceux qui sont devenus un peu laids à cause de l'adolescence, qui n'ont déjà plus un corps de rêve à peine sortis de l'enfance, ou encore ceux qui ont fait beaucoup trop chier le propriétaire de cet endroit au point où il préfère largement les savoir torturés à mort plutôt que se faire de l'argent en vendant leurs bouilles au plus offrant.

Mais c'était sans compter la débrouillardise de mon petit frère. Kazuki a déjà prévu sa porte de sortie, il sait déjà comment éviter de disparaître sans laisser de trace. Contrairement à moi, lui s'est plutôt bien habitué à la prostitution. J'aurais voulu l'aider à s'en sortir davantage, mais...j'ai fait le maximum pour rendre cette expérience moins traumatisante déjà. Je ne voulais pas voir un autre gamin se tuer sous mes yeux, je n'aurais jamais pu le supporter. Alors...j'ai décidé de le sauver. Et aujourd'hui, il peut voler de ses propres ailes. Trouver un moyen de fuir cet endroit sans crever, même s'il s'agit de vivre comme une pute ailleurs. Le type qui vient le voir peut le faire monter en grade, l'aider à échapper à son destin de cobaye. Mais est-ce que j'ai vraiment envie de le laisser partir avec un inconnu? Non. Mais je n'ai pas le choix. Mon cher Kazuki est au pied du mur, s'il ne prend pas la main qu'on lui tend, il risque de mourir. Je...j'ai pas envie de retrouver son cadavre dans la rue comme celui de beaucoup d'autres avant lui.

"Amoureux...je sais pas. Je pense pas qu'un type qui vient voir des gamins pas encore pubères soit vraiment capable de ressentir de l'amour."

Ok, ça c'était gratuit. Ce type est peut-être juste malade, mais s'il vient voir Kazuki depuis quelques temps et qu'il ne se contente pas de le baiser, c'est peut-être qu'il y a quelque chose derrière. Ca me dégoûte, mais c'est peut-être quand même le cas.

"Je vais dire quelque chose que j'aurais jamais pu dire avant, Kazuki...mais...tu devrais essayer de l'amadouer."

J'aime pas du tout le pousser dans les bras de ce genre de type, mais s'il peut éviter de mourir si jeune...il ne doit pas laisser passer cette occasion.

"S'il t'aime bien, il va essayer de te récupérer. Fais-le pleurer ton sort, si tu lui dis que tu es très triste de ne plus le voir dans peu de temps parce que tu vas devoir partir...et que tu rajoutes que tu l'aimes vraiment, ou une merde du genre...enfin je vais pas t'apprendre à mentir, tu sais bien le faire sans moi!"

Je ricane en ébouriffant ses cheveux, même si je ne peux masquer mon anxiété. Mon pauvre Kazuki...déjà obligé de s'en aller...je ne pourrai plus le protéger de quoi que ce soit, il va se retrouver seul...et est-ce que là où il ira, il pensera à moi? Ne m'oubliera-t-il pas?

"Quand tu seras là-bas, tu viendras me rendre visite, hein? On ira manger des takoyakis pour fêter ton nouveau job..."

EXORDIUM.




Hurt me and you'll be fine. Hurt them and make your prayers.

Hisakawa Kazuki

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 114Avatar : Yoshiatsu (Dadaroma)Activité RP : 0Emploi : Proxénète & acteur X ¥ : 122,900Crédits : VTP // Vent Parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kagami - Asami - Tsunade
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
23.06.18 21:47

Death to traitors, scaffold and bitch


Quand Daidai m'encourage à mentir, j'esquisse un petit sourire amer. Hum, il a raison c'est probablement la meilleure chose à faire. Partir d'ici rapidement, pour être certain de survivre. Même si ça signifie continuer à être putain ailleurs. De toute manière, qu'est-ce que je pourrais bien aire d'autre ? Ma mère et mon frère aîné sont déjà des putes. Alors c'est un destin tout tracé pour moi. Remarque, seulement deux putains sur sept enfants. Ce n'est pas si mal non ?

Je sors une nouvelle cigarette et passe une main dans mes cheveux après l'avoir allumée. Peut-être que c'est la meilleur chose à faire. Partir à Chuo vendre mon cul. Je vais devoir apprendre à parler de manière un peu plus polie pour que les clients là-bas puissent me comprendre. Mais au moins je n'aurais pas de concurence. Enfin, les seuls qui vendent leurs culs à Chuo ce sont les putains. Il n'y a pas de junkie qui font ça pour payer leur dose, contrairement à Shinjuku. Du moins... je ne crois pas.

Je tire sur ma clope et regarde Daidai. Lui s'il n'est pas parti c'est parce qu'il plaît au taré. Et je crois que ce n'est pas forcément une bonne chose, quand on connaît notre cher proxénète. Je crois qu'il s'est mordu les doigts de m'avoir racheté aux yakuza à qui je devais du fric. J'ai beau être une bonne pute, je suis tout de même un petit con. Et les fortes têtes il n'aime pas ça. Le problème, c'est que que jusqu'à récemment il ne pouvait pas me dire grand chose. Je faisais bien mon travail, et j'avais beaucoup de clients. Maintenant... Ils commencent à y en avoir un peu moins. Forcément, il préfère les gamins plus jeunes... Sinon ils ne viendraient pas ici.

« Bien entendu que je viendrais te voir pour manger de Takoyaki. Je pense que Shinjuku va quand même me manquer. Je pense pas que beaucoup de gens parlent le Shinjuku-ben à Chuo en plus. »

Je prend la main de mon grand frère en souriant. C'est rare que je lui confie mes peurs. C'est rare que je me confie à qui que ce soit d'ailleurs. Parce que les gens que j'aime il y en a peu. Et là, tout de suite en dehors de moi-même... Daidai c'est le seul autre être humain qui compte à mes yeux.

« J'espère que tu pourras te barrer d'ici toi aussi. Si j'arrive à me faire assez de thunes à Chuo, je te rachèterai au taré. »

Contrairement à moi, Daisuke est quelqu'un de bon. Et le connaissant, il serait capable de vouloir rester ici pour essayer de sauver les gosses qui travaillent dans ce taudis.


EXORDIUM.





モラル
も恥じらいも忘れさせる


ポルノグラフみたいだね汚いものが多すぎて上手にお片づけが出来ない



Fujiwara Daisuke

Date d'inscription : 18/03/2018Messages : 286Avatar : Die - DIR EN GREYActivité RP : 1Emploi : Youtubeur beauté et homme au foyer¥ : 546,000Multi : @"Moriyama Akane" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
avatar
Mikata ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
02.07.18 16:54

Death to traitors, scaffold and bitch


Même si c'est un petit con, je ne peux pas m'empêcher de trouver Kazuki adorable. Il est triste parce qu'il ne me reverra probablement plus aussi souvent, s'il arrive seulement à revenir à Shinjuku de temps en temps. Il stresse un peu pour la suite...mais il n'a vraiment pas de quoi, il saura se débrouiller là-bas. J'en suis certain. Il est doué, contrairement à moi, pour entuber les adultes. Alors pour le boulot de pute de haut niveau, je pense qu'il n'a pas de souci à se faire.

"Tu vas vite t'y habituer, ne t'en fais pas."

Je rigole en l'entendant me dire qu'il me sortira d'ici. C'est mort, je ne quitterai jamais cet endroit pourri et je le sais. Je suis un fantôme, un junkie enchaîné pour le restant de ses jours à ce taré qui trouve tellement amusant de me briser chaque jour un peu plus, autant physiquement que psychologiquement. Je devrais pas trouver ça drôle, mais je crois que c'est l'herbe qui me fait réagir comme ça...je suis pathétique, ne?

"C'est pas l'argent qui l'intéresse, tu sais? Tu peux lui offrir des millions, il s'en branlera toujours. Un homme a déjà essayé de me racheter...pour tenter de me libérer...mais il n'a jamais voulu me laisser partir. Au final, le type est mort parce qu'il a joué au plus malin en essayant de me faire sortir de force."

Ce type qui a volé mon coeur...celui-là même qui m'avait donné un espoir pour finalement me l'arracher d'une façon aussi cruelle. Ce type dont la mort repose sur mes épaules, tel un lourd fardeau que je ne peux supporter.

"Y'a quelques autres proxénètes qui ont voulu me racheter à lui après m'avoir testé, mais il a toujours refusé. Alors toi...il peut déjà pas te saquer, si tu tentes de me racheter il n'hésitera pas à te buter même si t'es devenu quelqu'un d'important. Il est fou. Complètement con, aussi. Je suis son jouet...et il ne me laissera partir pour rien au monde. C'est pas grave. Je me suis habitué, depuis le temps. Je me suis fait à l'idée que je crèverai ici comme beaucoup d'autres, probablement d'une overdose ou peut-être après m'être fait baiser une énième fois par ce type et ses potes."

Peut-être qu'un jour, je finirai par crever attaché aux barreaux de son lit, à me faire prendre à la chaîne par une demi-douzaine de types dont la seule occupation est de faire souffrir une pute sans importance. Je me roule un nouveau joint, particulièrement chargé cette fois; tant pis pour les économies, j'en ai besoin ce soir.

"Bah, c'est pas si grave. Au moins entre temps, je pourrais peut-être faire sortir des gosses d'ici...j'me sentirais un peu utile comme ça."

J'allume mon joint et en tire une bonne latte, toussant même un peu au passage. M'embrumer le cerveau, c'est ce que j'ai trouvé de plus efficace contre la douleur de cette vie au quotidien.

"Si tu pars là-bas, faudra pas te retourner. Faut que tu m'oublies le temps de t'implanter, puis après tu pourras revenir me voir. Faut pas que tu culpabilises pour moi, tu peux rien faire de toute façon. T'es arrivé des années trop tard, et même avant t'aurais rien pu faire."

EXORDIUM.




Hurt me and you'll be fine. Hurt them and make your prayers.

Hisakawa Kazuki

Date d'inscription : 16/03/2018Messages : 114Avatar : Yoshiatsu (Dadaroma)Activité RP : 0Emploi : Proxénète & acteur X ¥ : 122,900Crédits : VTP // Vent Parisien // TumblrMulti : Yoshimaru - Kagami - Asami - Tsunade
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
02.07.18 23:26

Death to traitors, scaffold and bitch



Quoi ?... L'oublier et faire ma vie ? Je le regarde froidement et grimace légèrement. Daisuke est bien trop fataliste. Pourquoi est-ce qu'il veut crever ici, dans ce quartier de merde qui pue la pisse et le vomit ? Pourquoi est-ce qu'il veut continuer à être une pute parmi les autres ? Il mérite mieux que ça. C'est quelqu'un de gentil, quelqu'un qui prend soin des autres. Il ne mérite pas cette vie là, même s'il s'y rattache parce que c'est tout ce qu'il a connu. Moi aussi, j'ai toujours connu Kabukicho et sa misère, mais ça ne m'empêche pas de me battre bec et ongles pour sortir de ce trou à rats. Ce n'est pas une fatalité.

Comme à chaque fois que je suis contrarié, je renifle et me mure dans le silence. Il sait ce que j'en pense et je n'ai pas envie d'encore me disputer avec lui. Je suis têtu, j'ai des opinions bien arrêtées et il ne me feras jamais changer d'avis là dessus. Je trouverai un moyen de le sortir de là un jour. Tout ce que je lui demandes, c'est de tenir bon jusqu'à ce que je trouve une solution.

« Au pire je te ramènerai du maquillage de bonne qualité en cadeau, je suppose que j'aurais ça à Chuo. »

Parce qu'ici, on met de la merde. Des trucs vraiment pas cher, qui vont sans doute nous filer des cancer dans quelques années vu la composition douteuse. Composition qu'on ne peut même pas lire d'ailleurs puisqu'elle est en général écrite uniquement en Chinois. De toute manière, il n'y a pas grand monde qui saches lire à Shinjuku, on arrête souvent l'école très tôt, si tant est qu'on y sois allé tout court !

« Et j'te filerai des fringues. T'es plus grand que moi, mais bon au pire t'auras le nombril à l'air. »

Nous sommes tous les deux assez maigres. Les gros à Shinjuku il n'y en a pas. Ou alors, c'est très très rare. On a pas les moyens de bouffer correctement ici, surtout avec la famine qu'il y a eu il y a deux ou trois ans, à cause de mauvaises récoltes... C'est la merde, à Tokyo. Et c'est encore pire dans les bas fonds de cette maudite ville. Je me retourne vers Daisuke et le regarde longuement.

« Dis, le connard dont on doit se venger... Quand on l'auras retrouvé on fera quoi ? On va pas le buter quand même ?.... »

Parce que je dois avouer que je ne m'en sens pas franchement capable. Même si j'ai tendance à me bagarrer de temps en temps quand on me cherche un peu trop, que je suis capricieux et égoïste... Je ne suis pas un meurtrier. Du moins... Je ne crois pas.


EXORDIUM.





モラル
も恥じらいも忘れさせる


ポルノグラフみたいだね汚いものが多すぎて上手にお片づけが出来ない



Contenu sponsorisé


Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: