Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le cimetière :: Les archives de la ville :: RP inactifs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Chuo] Courage fuyons! [ft Moriyama Akane]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kizuki Aina
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
07.06.18 19:56
Voir le profil de l'utilisateur
5 mai 2060



Sucette au bec, Aina se laissait tendrement caresser par la brise que lui offrait sa position. Assis sur le toit plat d'un magasin à Ginza, il observait le quartier et ses accros au Shopping. Lui-même aimait faire les boutiques, bien qu'il n'achetait généralement rien, sans argent dans les poches, mais là, les habitués du coin venaient un peu trop excessivement selon lui, bien que cela n'était pas pour lui déplaire. Après tout, leur présence ici, à dépenser sans compter, démontrait bien leur appartenance à cette spirale infernale du marché noir.

Kizuki n'avait pas grand-chose d'intéressant à faire. Il avait fait la livraison des boissons et le rangement de sa cave au BirdCage dans la matinée et avait décidé de prendre l'air, en attendant l'ouverture du bar. Il aurait pu aller à une ou deux heures des cours qu'il avait dans l'après-midi à l'université, mais la flemme l'avait attaqué sans crier gare, et son postérieur avait jugé bon de s'asseoir en hauteur, à distance de sécurité des passants. Il se faisait souvent dévisager dans ces ruelles. Il n'était pas un Yakuza haut placé, et n'avait pas grande fortune non plus. En gros, sa présence ici ne valait pas plus que celle d'un parasite.

Des bruits dans l'impasse en contrebas l'alertèrent, et Aina fit dépasser son joli minois du bâtiment pour zieuter ce qu'il s'y passait. Un sourire étira ses lèvres, alors qu'il s'installait confortablement sur le ventre, accoudé sur le rebord, sa joue dans la paume de sa main. Ce mec allait passer un sale quart d'heure apparemment. 4 gars l'encerclaient et avaient l'air plutôt intimidant vu d'en haut. Il n'entendait pas bien ce qu'ils lui disaient à cause du vent, mais ils lui en voulaient. Pourquoi? Kizuki haussa les épaules pour lui-même. Parfois, rien que le fait d'exister était une excuse valable en soi pour s'en prendre à d'autres, dans cette ville.

A regarder le jeune homme qui se faisait agresser, il en déduisit qu'il s'agissait d'un mec qui n'avait rien demandé. Une personne lambda, bien loin de toutes ces merdes qu'étaient les trafiques. De drogues ou d'humains, bien sûr. Ainsi soumis face aux insultes et au coup qu'il venait visiblement de se prendre dans les côtes, il ne ferait pas de mal à une mouche. Aller l'aider? Bien sûr que non! Le spectacle était bien trop alléchant. Curieux de ce qu'ils lui beuglaient au visage, Aina se pencha un peu plus. A Tokyo de toute manière, il existait une règle de survie simple. Encore plus simple que celle de l'argent. C'était manger ou être mangé. Et aller l'aider plongerait l'étudiant du mauvais côté, et ça, c'était non merci. Il tenait et à la vie, et à son dernier œil fonctionnel!

Apparemment, la situation était en désaccord total avec ses pensées. Peut-être s'était-il trop penché vers l'avant. Peut-être le vent avait soufflé trop brusquement. Ou peut-être la malchance s'était amourachée de lui. Toujours était-il que la minute d'après, son corps tomba sur la poubelle, roula, et atterrit finalement au sol, sans légèreté aucune.

- Aie …

Putain que ça faisait mal. Il sentait son corps le tirailler de toute part. Bon, bonne nouvelle. Cela signifiait qu'il était toujours en vie.

Après avoir aperçu les défunts restes de sa sucette au sol, son regard se posa sur l'un des gars qui le dévisageait littéralement. Apparemment, il ne le serait plus pour très longtemps.

Aina se redressa, non sans mal, pour constater qu'il se trouvait désormais à l'intérieur du demi-cercle que formaient ces types, côte à côte avec l'agressé. Il se mordit l'intérieur de la lèvre. Il s'était mis dans de beaux draps. La présence qu'il ressentait contre son bassin lui indiquait que son arme ne s'était pas fait la malle durant la chute, bien qu'il songeât qu'il ne pouvait pas vraiment l'utiliser ici. Non. Les rues étaient bondées, et pas uniquement par de gentilles personnes dont les pensées ne dépassaient pas celle de leur vide dressing. Les coups de feu alerteraient forcément les Yakuza, ou pire encore, les potes de ces individus.

Bon. Il n'avait plus tellement le choix là. Armé d'un sourire emplit d'hypocrisie, le jeune homme prit par l'épaule son nouveau collègue d'emmerde et avança, comme si l'affaire ne le concernait pas. Et après mûres réflexions, elle ne le concernait vraiment pas.

- Oups, haha, je cherchais mon cousin et je me suis quelque peu égaré.

Courage fuyons. Parfois, la fuite n'était pas à vivre avec honte.

- Merci de l'avoir retrouvé pour moi. J'vous souhaite une agréable jour -

L'étudiant n'eut pas vraiment le temps de finir sa phrase toute guillerette que déjà il se sentait propulsé contre le mur. Dire que cette journée s'était annoncée bonne…
Revenir en haut Aller en bas
Moriyama Akane

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 85

Avatar : Aoi - the GazettE
Activité RP : 0

Emploi : Barman et gérant au Cassis
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
13.06.18 18:48
Voir le profil de l'utilisateur


Courage, fuyons!


J'ai mis du temps avant de sortir de nouveau pour faire autre chose que travailler au Cassis. Cet endroit me manquait beaucoup, mais...j'avais quand même peur de me faire agresser, ou pire: enlever pour retester des choses étranges sur moi. Cependant lorsque j'ai entendu parler des auditions pour devenir un mannequin de Ogata, je ne sais pas trop pourquoi j'ai foncé directement là-bas. A Shibuya en plus...j'aurais pu me faire tuer! Heureusement, tout s'est plutôt bien passé. J'ai même été retenu pour le défilé, et je dois retrouver Ogata quelques fois pour tester les vêtements et la démarche. Même si j'ai honte de mon corps nu, je sais que je suis très attirant une fois revêtu de quelques couches de tissu. C'est pour ça que Ogata m'a gardé après tout...parce que je lui plaisais bien. Il m'a un peu trop maté d'ailleurs, mais je n'en parlerai sûrement jamais à Asami. Le pauvre, il serait capable de venir lui casser la gueule pour lui apprendre qui a un réel droit de possession sur mon corps!

Cet entretien m'a redonné un peu confiance en moi. Moi qui ai pris quelques kilos après avoir arrêté le sport à cause de ma cicatrice, qui ne cherchait plus à prendre soin de moi et qui n'ai plus acheté de fringues depuis une éternité, me voilà de nouveau dehors à profiter du beau temps pour me balader seul dans les rues de Ginza. Le quartier a beau être en plein milieu de l'arrondissement de Chuo, autrement dit chez les putes de luxe, il comporte quand même beaucoup d'importantes boutiques de fringues qui m'intéressent. Les escorts sont après tout de bons clients, leurs clients meilleurs encore. Mais moi, je n'ai pas un salaire illimité. Si je peux me permettre de sortir aujourd'hui, c'est parce que je n'ai presque rien dépensé depuis environ un an, trop perturbé pour me laisser aller à mes anciennes habitudes. J'aurais préféré être avec Asami, mais il travaille et...je n'ai pas tellement envie de le forcer à faire du shopping avec moi, je sais qu'il déteste ça. Trop de gens, trop de boutiques, pas assez intéressant. Mais ce n'est pas pour ça que je ne vais pas chercher un petit quelque chose pour lui, je sais qu'il aime beaucoup mes cadeaux en général. J'ai déjà fêté son anniversaire et la saint valentin il y a quelques mois, mais là...c'est juste parce que ça me fait plaisir de lui offrir un cadeau.

L'ambiance des quartiers composant l'arrondissement de Chuo n'a véritablement rien à voir avec ceux des arrondissements plus neutres comme Kita ou Chiyoda. C'est bien plus animé, et surtout...on trouve de tout. Je me demande si la vermine arrive jusque là aussi, ou si la zone tampon arrive tout de même à préserver cet endroit de la corruption. Je n'y mettrais pas ma main à couper, mais c'est vrai que ça semble plus calme que là-bas...moins que Kita cependant, qui semble être le meilleur quartier où vivre dans cette foutue ville. Finalement, je me suis bien vite habitué à cette nouvelle vie. Quand bien même je ressens chaque jour cette peur qu'il arrive quoi que ce soit à Asami...

Il est dix-neuf heures, et la nuit commence déjà à tomber. C'est le désavantage de vivre au pays du soleil levant, où l'astre en question se pointe vers quatre heures du matin mais décline à partir de dix-huit heures. Je n'ai finalement rien acheté pour le moment, à la recherche du cadeau parfait. Au final, je n'ai fait que lorgner sur les fringues hors de prix et grimacer devant le contenu de mon portefeuille. Je suis vraiment pas assez riche pour me permettre de dépenser autant dans ce genre de chose! Pourtant, j'aime beaucoup trop les vêtements...et ceux d'ici sont toujours de bien meilleure qualité que ceux trouvables à côté de chez moi.

C'est dans la rue principale que j'ai commencé à sentir le regard oppressant de quelques gaillards. Je suis incapable de dire d'où ils viennent, ce qu'ils foutent et pourquoi ils me fixent. En vérité, je crois qu'ils aiment beaucoup trop ma gueule. Je presse le pas, cherchant à retrouver le métro qui me ramènerait vite dans mon quartier où les espions du gouvernement extérieur protègent les gens comme moi. Mais je ne sais pas vraiment où j'ai atterri...je crois que je suis allé vers le sud au lieu de me diriger vers le nord, m'éloignant du coup de mon but. Comme si ça ne suffisait pas, j'ai involontairement quitté la rue principale et me retrouve ici, dans cette ruelle beaucoup trop sombre qui ressemble ma foi à une impasse. J'essaye de rester rationnel, mais la peur commence à nouer mes entrailles. Je ne suis pas un grand courageux, je peux même avouer sans crainte que je suis un putain de trouillard lâche incapable de se défendre seul. Alors me retrouver face à des inconnus qui n'ont à l'évidence pas de bonnes intentions à mon égard, c'est un coup à me faire pisser dans mon froc.

"Je...qu'est-ce que vous me voulez?"

Mon fric, à l'évidence. Je n'ai pourtant pas la tronche d'une des escorts qui se balade ici, et qui doivent quand même être bien plus friquées que moi étant donné le métier qu'elles exercent. Mais non...il faut que ça tombe sur moi, sinon ce n'est pas drôle, hein? Je déglutis avec difficulté, reculant jusqu'au mur contre lequel je fini collé. Je suis terrorisé. Je crois que je n'ai pas eu aussi peur depuis que j'ai failli finir de nouveau en labo, lorsque les types sont venus me cueillir à la fermeture du bar. Je suis seul, et...ils ont l'air quand même vachement forts...j'espère qu'ils vont me laisser intact, si je leur donne mon fric...tant pis, je travaillerai davantage au bar pour regagner ce que j'ai perdu!

C'est alors que j'envisage de parlementer qu'une...chose...tombe pile entre mes ennemis et moi. Cette chose se redresse difficilement, visiblement mal en point, et je peux enfin apercevoir un demi visage derrière une longue mèche de cheveux. Eh? Mais...il pleut des gamins à Ginza maintenant? La surprise passée, c'est maintenant autour de l'inquiétude. Ce type n'aurait pas pu plus mal tomber. J'aurais pu en profiter pour me faire la malle, mais j'étais beaucoup trop surpris pour oser bouger...et maintenant, nous sommes tous les deux dans la même situation pourrie. Merde.

"Euh...? Cousin...?"

Je ne comprends pas vraiment ce qu'il essaye de faire, mais me laisse quand même entraîner par ce type qui a une sacrée tchatche. Avec un peu de chance, ça pourrait marcher...
Ou pas.
Nous nous retrouvons tous les deux propulsé contre le mur de nouveau, et je laisse même échapper un gémissement de douleur en fermant les yeux. Ca a beau faire presque un an, ma cicatrice continue de me faire mal...et les points de suture dans ma nuque ne sont pas seulement là pour faire joli, ils tirent pas mal lorsque je bouge trop vite la tête. C'est putain de chiant quand on y réfléchit, mais je n'ai pas vraiment le loisir d'y songer plus que ça. Je suis encore plus dans la merde, maintenant. Parce que ce type a énervé les autres, et que maintenant au lieu de vouloir seulement me piquer mon salaire des deux mois précédents, ils veulent nous casser la gueule...génial.

"Je suis pas sûr que c'était une bonne idée...t'en as d'autres j'espère?"

J'ai l'air plein d'assurance, mais en réalité je suis vraiment à deux doigts de faire dans mon froc. Pourquoi est-ce que je suis sorti de chez moi, déjà? J'aurais dû demander à Asami de m'accompagner...lui les aurait dézingué en moins de deux! Pourquoi est-ce que ça n'arrive qu'à moi...

EXORDIUM.



Revenir en haut Aller en bas
Kizuki Aina
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
14.06.18 13:36
Voir le profil de l'utilisateur


- La ferme.

Quelle répartie! Quelle éloquence dont l'étudiant faisait-il preuve! Aina n'était généralement JAMAIS accompagné lorsque les emmerdes lui tombaient dessus, et s'en sortir seul était plus simple que s'en sortir à deux. Il n'y avait pas besoin de regarder en arrière, veiller sur l'autre et trainer le boulet. Ou être le boulet en question.

Il grimaça alors qu'il se relevait, une main derrière son crâne. En l'occurrence, ici, ça avait été lui, le boulet

- Quoi? Vous avez jamais vu deux membres d'une même famille s'envoyer chier?

Aina songea à son boulot. Il allait encore être en retard. Fujiwara allait encore l'engueuler. Putain.

Il avisa son nouveau compagnon d'emmerde qui avait l'air plutôt calme pour quelqu'un qui ne se défendait pas. Il semblait même avoir une parfaite maitrise de soi, contrairement à Kizuki qui ne cachait en rien son agacement. Ca le faisait chier. Bien trop pour continuer d'afficher ce sourire hypocrite qu'il leur avait servi.

Aina chopa un bout de verre qui trainait au sol, espérant que ça réussirait à les dissuader un moment, ou au moins les déstabiliser. C'était assez rare de trouver des petits jeunescomme eux qui tenaient tête, même face à une situation qui semblait désespérée.

- Tu sais te battre?

A deux contre quatre, ils avaient leur chance. Ils n'avaient pas l'air armés, et les seuls objets coupants à disposition étaient ces petits bouts de verre éparpillés. Aina avait assez de confiance en lui et de réflexe pour savoir qu'il saurait éviter les grosses blessures et pourrait s'en tirer avec quelques égratignures. Mais qu'en était-il du jeune homme? Ce dernier avait l'air d'ailleurs assez pointilleux sur son apparence, il doutait qu'une éraflure sur son visage lui fasse grand plaisir. Ils étaient assez différents sur ce point du coup, puisque Kizuki n'apportait qu'un intérêt minimal à prendre soin de son visage. Il se trouvait ni laid, ni beau, juste dans la banalité. Et la banalité lui seyait très bien.

Aina n'écoutait même plus ce que leur disaient leurs agresseurs. Au lieu de ça, il tourna son visage vers son partenaire qui rêvait sans doute d'être à mille lieues d'ici, et lui sourit gentiment.

- Si tu vois une occasion pour toi de te casser, tu te casses, tu coures, et surtout tu ne te retournes pas,lui souffla-t-il à voix basse.

Un beau visage comme le sien, ce serait con de l'abimer. De plus, il se rappelait de la ville dans laquelle il vivait, alors s'il était prostitué, pour sûr, son apparence était son gagne pain.

- Moi, c'est Aina. Enchanté cousin.

Selon toute apparence, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase puisque l'un des hommes se jeta sur eux. Non surpris, Aina évita le coup d'un mouvement habile avant de pousser le bras de son assaillant qui finit la tête la première dans la benne à ordure.  
Revenir en haut Aller en bas
Moriyama Akane

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 85

Avatar : Aoi - the GazettE
Activité RP : 0

Emploi : Barman et gérant au Cassis
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
26.06.18 12:20
Voir le profil de l'utilisateur


Courage, fuyons!


Il m'envoie clairement chier, mais j'ai pas le courage de m'en offusquer. En fait, j'ai la trouille, là. Je veux juste rentrer chez moi et me blottir contre Asami dans notre lit, me faire câliner et chouchouter. J'aurais pas dû sortir si tard en même temps, c'est de ma faute...mais pour une fois que je décidais de sortir autre part que dans ma zone de confort! Vais-je devoir me contenter des quartiers neutres, une fois de plus? Il faut croire que oui...si je m'en sors vivant, ce dont je doute, là, tout de suite. Et ce type qui les a provoqués en plus de ça, alors qu'ils allaient me laisser tranquille si je leur donnais mon argent! C'est vraiment pas mon jour, je crois.

Le type qui se prétend mon cousin semble vouloir se défendre avec un pauvre bout de verre. Moi, je ne compte rien tenter de stupide. Je suis lâche, trouillard, et puisque je ne le connais pas, je n'aurai aucun remords à le laisser derrière moi pendant qu'il s'occupe de ces gens. De toute façon, je ne sais pas me battre. Ma dernière bagarre remonte au collège, là où c'était courant de se taper dessus pour X raisons tout simplement parce que c'était toujours bien la merde à Nakano. Mais c'était il y a...cinq ou six ans? Peut-être même sept! Quoi qu'il en soit, je n'ai plus jamais levé le poing depuis, et je ne compte pas le faire aujourd'hui.

Je n'ose pas lui parler, de peur qu'on nous entende, mais ça ne semble pas lui poser de problème. Aina, puisque c'est apparemment son nom, a l'air d'être le genre de mec à toujours chercher la bagarre sans se soucier de son apparence. Il porte un bandeau sur un oeil, je suis persuadé qu'on lui a arraché dans une baston comme celle-là. C'est trop dangereux de chercher la merde comme ça, je ne veux pas y être mêlé! Mais acculé ainsi dans une rue sans issue, je ne vois pas comment je pourrais fuir. Il faudrait qu'aucun d'eux ne cherche à m'empêcher de passer, ce dont je doute...ah, comment faire?! Les voilà qui attaquent maintenant!

Leurs mouvements sont chaotiques. J'ignore s'ils ont l'habitude de se battre, mais ils ne ressemblent pas tellement aux gamins de Nakano dont la bagarre était devenu le sport quotidien. Ils ne sont pas très stables sur leurs jambes, leurs mouvements sont assez lents pour que je puisse éviter le maximum sans jamais chercher à riposter, seulement à passer derrière eux pour fuir cet endroit le plus vite possible. Je ne fais même plus attention à Aina, tout ce que je veux, c'est sauver ma peau. Je commence à voir la lumière là-bas, nous sommes presques arrivés à la rue principale à force d'éviter encore et encore les coups...quelques pas de plus et je pourrai me glisser de l'autre côté, courir sans me retourner et rentrer en vitesse retrouver mon Asami!

Ca, c'était le plan initial. Le plan tel qu'il aurait dû se dérouler, sans accroc, sans que rien ni personne n'essaye de s'en mêler. Cependant je pense m'être un peu trop emporté par rapport à cette idée. Je ne suis plus un petit jeune des cités, je ne suis pas assez rapide pour tout évider. Lorsqu'une douleur étrangement bien connue me traverse le flanc, je sais que j'ai sûrement fait une erreur impardonnable. Je ne cherche même pas à retenir un cri de douleur, ni même les larmes qui coulent déjà à flots sur mes joues. Je n'ai pas été complètement planté, ce n'est qu'une grosse égratignure...bon, d'accord, ça pisse le sang, mais cet endroit est déjà fragile de base. Et comparé au type d'à côté, aux prises avec trois des quatre assaillants, je m'en sors pas trop mal.

Cette blessure me conforte dans l'idée qu'il faut que je me casse. Vite. Mais elle me dit aussi que je ne peux pas fuir si facilement. Je ne pourrai pas courir très longtemps avec ça, et...est-ce que je commence à ressentir du remord par rapport à Aina? Peut-être que le fait de poser un nom sur ce visage m'a involontairement lié à celui-ci! Quelle horreur...je vais devoir l'aider à s'en sortir d'une façon ou d'une autre, sinon je ne pourrai plus me regarder dans le miroir! Que faire, que faire...ah, idée. J'avise une vending machine visiblement en panne et me précipite dessus en évitant un deuxième coup de couteau bien placé, puis la pousse de toutes mes forces sur le groupe en pleine action. Je ne sais pas me battre, mais j'ai juste à les séparer, non? Putain, j'ai mal...mais au moins, mon action un peu stupide les a interrompu. Nous devons en profiter! C'est un chemin tout tracé vers l'extérieur!

"Aina, par là!"

S'il saute sur la machine, c'est un trajet direct jusqu'à moi, qui suis déjà plus proche de la sortie. Il n'y a qu'un type à battre par ici, c'est plus simple...non...?

EXORDIUM.



Revenir en haut Aller en bas
Kizuki Aina
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
29.06.18 17:05
Voir le profil de l'utilisateur


Durant l'intégralité de l'échange de coups, le sourire ne quitta pas une seule fois le visage d'Aina. Cette sensation exquise d'avoir l'impression que votre cœur pouvait défoncer votre cage thoracique à tout moment le remplissait de joie. Malgré les coups et blessures qu'il recevait en retour des siennes, il s'amusait. L'adrénaline provoquée par le danger n'avait rien à voir avec les autres. Celle-ci, il y avait bien longtemps qu'elle l'avait séduit dans les moindres parcelles de son corps et son étreinte ne faisait que se resserrer avec le temps.

Lorsqu'une machine vint le séparer des trois autres, il tourna la tête, déjà prêt à se jeter sur la personne qui venait d'intervenir mais se reprit bien vite. Lui, il ne lui avait rien fait. Il cherchait peut-être à l'aider à se sauver, mais Aina soupira intérieurement. Il avait parlé français ou quoi quand il lui avait dit de se casser sans se retourner? Néanmoins, il relativisa. Un contre trois, c'était compliqué, et même s'il s'en tirait bien pour le moment, il n'avait pas une endurance infinie. Il saura par-dessus le distributeur, attrapa la tête du quatrième gars qu'il claqua sans ménagement contre le mur et suivit son cousin d'un jour hors de la ruelle. Une fois sortis, ils ne s'arrêtèrent qu'après avoir été sûrs de les avoir semés et Aina l'attira dans une autre ruelle, déserte.

Aina s'approcha de l'autre jeune homme et souleva son t-shirt sans aucune réserve. Ils étaient exténués et vu ce qu'il voyait, il n'avait pas le temps de faire dans la douceur. Si lui s'en était sortie avec plusieurs contusions et quelques entailles, son vis-à-vis n'avait pas eu la même chance visiblement.

- Putain fais chier.

De ce qu'il pouvait voir, quelques éclats de verre s'étaient logés dans la blessure. Blessure qui en recouvrait une autre, beaucoup plus ancienne maintenant qu'il regardait un peu mieux, et son compagnon avait l'air d'essayer de la cacher du mieux qu'il pouvait. Aina rabaissa son t-shirt pour éviter de le gêner plus que nécessaire puis se passa une main dans les cheveux, à la recherche d'une solution. Il ne pouvait pas s'en occuper là maintenant de suite, il ne ferait qu'aggraver les choses mais attendre plus longtemps était loin d'être une solution. Il songea à l'hôpital et son appartement mais ceux-ci étaient bien trop éloignés de Chuo. Il ne voyait qu'une seule issue à vraie dire, mais il doutait que son patron soit des plus heureux lorsqu'ils les verraient débarquer, pleins de sang, dans son établissement. Mais au moins, là-bas, il pourrait lui procurer les premiers soins nécessaires avant de l'envoyer à l'hôpital.

- Tu penses que tu peux marcher encore un peu?

Le barman pouvait le voir perdre ses forces autant qu'il le voyait perdre son sang. Il ne fallait pas le faire trainer plus longtemps. D'un mouvement sec, il le redressa et passa un bras sous le sien pour le soutenir et l'aider à marcher. Douceur et délicatesse pouvaient se retourner dans leur tombe.

Quelques rues plus loin, ils arrivèrent au Birdcage et Aina les fit entrer par la porte de derrière, hors du champs de vision des clients, et descendit les escaliers pour s'engouffrer dans la cave. Là, il y avait tout son matos en double qu'il avait entreposé, au cas ou il arriverait un pépin comme celui-ci. Et des pépins à Tokyo, ça arrivait très souvent.

L'étudiant l'allongea à même le sol et lui fléchit les jambes avant de partir se laver les mains. Il grimaça lorsque l'eau rencontra l'une des nombreuses coupures qu'il s'était fait durant la bataille.

- Dis moi cousin, c'est quoi ton pti nom?

Aina s'en foutait. Royalement. Mais fallait bien trouver une excuse pour occuper son esprit qui avait pas mal l'air paniqué.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.
Revenir en haut Aller en bas
Moriyama Akane

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 85

Avatar : Aoi - the GazettE
Activité RP : 0

Emploi : Barman et gérant au Cassis
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
06.07.18 13:09
Voir le profil de l'utilisateur


Courage, fuyons!


Nous sommes partis loin de tout ce bordel, mais nous ne sommes pas en sécurité ici. Pas tant que ces types rôdent pour une raison ou pour une autre. Si seulement Asami était là...si seulement j'avais mon putain de portable sur moi, aussi! Mais j'ai pas vraiment l'habitude d'en avoir un, alors je l'oublie souvent à la maison. Adossé contre un mur pour reprendre ma respiration, je commence à ressentir la douleur sur mon flanc. Cette blessure ne me laissera jamais vivre tranquille, c'est ça? Je serre les dents et regarde mon T-shirt, sans trop oser le soulever. Enfin...ça, c'était sans compter ce type qui n'hésite pas à me désapper à moitié dans la rue! J'ai beau protester, essayer de cacher cette horreur, il l'examine tout de même du regard. Je...je me sens un peu violé, là. Depuis ce jour, je déteste laisser les autres voir ce que je cache. Alors qu'un inconnu y ait accès sans autorisation...uh...même Ogata devant qui je me suis mis presque nu selon ses volontés a fait l'effort de ne pas me forcer! Non, décidément, je déteste déjà ce type. Sauf que là, j'ai pas trop la force de le repousser. Je perds quand même beaucoup de sang...mes fringues sont ruinés...moi qui aimais tant ce T-shirt...

"Si tu me files un coup de main, oui."

Mes jambes tremblent, mais je crois que c'est la peur et l'adrénaline qui retombe. Ma blessure ne peut pas être si grave, si? Comme elle est placée, j'ai l'impression de revoir cette plaie béante à la sortie du labo...sauf que là, elle a l'air quand même moindre. Je doute de mettre autant de temps à m'en remettre. Un petit tour chez le médecin et c'est bon, non? Sauf que ce type m'emmène totalement à l'opposé de là où je veux me rendre. Qu'est-ce qu'il fout, putain?! Pourquoi est-ce qu'on repart dans une ruelle, surtout à côté de ce que je devine être une maison close? Il y a toujours des types louches là-dedans! J'ai pas envie de me faire de nouveau attaquer, moi!

"T'fais quoi...?"

Il me fait entrer dans ce truc, mais je crois que j'aurais préféré rester à l'extérieur. On est où là, au juste? Pourquoi est-ce qu'il m'emmène ici? Est-ce qu'il...attendez...c'est une maison close, non? Alors...il va me donner à son patron? Il va me forcer à faire la pute, c'est ça?! Non, c'est hors de question! Je veux pas, je veux sortir...mais j'ai du mal à bouger, la douleur me cloue sur place. Putain, ça faisait pas si mal tout à l'heure! Qu'est-ce qu'il a foutu? Il a aggravé la plaie pour me forcer à rester ici, hein?!

"Tu fais quoi, là...?"

Je ne comprends rien, définitivement. Allongé sur le sol à le regarder s'agiter, je ne saisis pas totalement ce qu'il cherche à faire. On dirait qu'il va me soigner, non? Mais je veux pas qu'il regarde encore ça! Personne n'a le droit de le voir. Personne, à part mon cher Asami. J'en ai les larmes aux yeux rien que de penser qu'il va de nouveau tenter de me voir comme ça...

"A...Akane. Mais...s'il te plaît, regarde pas ça...je vais bien, ne? Je préfère...appeler un médecin."

Et je me retiens à grand-peine de ne pas faire une crise de panique là tout de suite, histoire de ne pas me ridiculiser plus que nécessaire. Déjà que je suis une vraie fontaine...

EXORDIUM.



Revenir en haut Aller en bas
Kizuki Aina
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
06.07.18 16:29
Voir le profil de l'utilisateur
Le jeune homme semblait avoir toujours aussi mal après l'avoir mis dans une position qui aurait dû le soulager et lui permettre de mieux respirer et Aina arqua un sourcil d'incompréhension. Peut-être le stress en était la cause. Il y avait souvent des douleurs provoquées et / ou approfondis à cause de la psychologie, ou d'un délire comme ça. Il fallait donc le détendre. Génial. C'était un homme ou un gamin qu'il avait par terre?

Après être parti chercher une serviette qu'il humidifia et plia, il vint la déposer délicatement sur le front du jeune garçon.

- Akane, écoute moi, je suis médecin, et je t'ai amené ici car je n'ai pas de voiture.

Oui, il était médecin, à une année près certes, mais c'était approximativement la même chose. Un mensonge tel que celui-ci devrait lui faire plus de bien que de mal d'ailleurs.

- L'hôpital est trop loin, et y aller à pied comportait beaucoup trop de risques.

Il perdait beaucoup trop de sang, il ne fallait pas traîner et Aina se devait de commencer à traiter la blessure dès maintenant. Le temps leur était toujours un adversaire redoutable pour eux, les médecins (ou en devenir). Sans prendre en compte les plaintes de Akane, l'étudiant vint attraper le rebord du t-shirt qu'il souleva une nouvelle fois.

- Ecoute si tu veux m'en vouloir, très bien, mais tu le feras une fois que tu seras à l'hôpital et soigné. En attendant, je vais avoir besoin de toi que tu m'aides à répondre à certaines questions.

Il n'était pas doux et son ton était sec, mais le calme ne le quitta pas une seule fois.

Sans poche de sang à portée de mains, les soins que pouvait lui prodiguer Aina s'en retrouvaient limités. Il avait la dextérité pour retirer les bouts de verre qui s'étaient infiltrés dans la blessure, mais pour cela il lui fallait du sang, c'était indéniable. Alors qu'il le badigeonnait d’antiseptique pour éviter que la plaie ne chope d'infections, il lui posa des questions simples comme son type de sang, son rhésus, s'il avait des antécédents autre que sa blessure, un problème dans le sang, anémique, hypoglycémique, tout ce qui pourrait être utile et ferait gagner un temps monstre une fois à l'hosto. En plus de ça, il devrait pouvoir réussir à le tenir éveiller.

Il vit Mariko passer par là et grimaça un instant. Oh non pourquoi cette cruche qui avait plus d'habilité avec une bite entre les doigts qu'un simple verre d'alcool était celle qui leur tombait dessus.

- Mariko! Par ici! Appelle moi Yoshimaru. Dis lui de descendre. Vite!

Non mais, la situation était pas assez voyante pour comprendre qu'elle devait se grouiller? Comment ça il l'aimait pas? Ah mais il n'avait rien contre elle hein. Tant qu'elle ne franchissait pas les limites de son bar.  

Aina sortit plusieurs petits straps adhésifs et vint fixer les rebords de la plaie de sorte à ce qu'elle évite de s'écarter et provoque plus de dégâts. A l'aide d'une compresse, il exerça une pression légère sur la blessure. Avec le verre à l'intérieur, il fallait faire attention à ne pas forcer.

- Akane, de quelle couleur est ton sous-vêtement?  

Qu'il le traite ou qu'il occupe sa tête de questions d'incompréhension, tous les moyens étaient bons pour le maintenir éveillé. Putain mais qu'est-ce qu'il foutait ce patron encore?



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.
Revenir en haut Aller en bas
Moriyama Akane

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 85

Avatar : Aoi - the GazettE
Activité RP : 0

Emploi : Barman et gérant au Cassis
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Matsuda Kai" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
09.07.18 12:23
Voir le profil de l'utilisateur


Courage, fuyons!


Lui? Médecin? Il se fiche de moi. Les médecins n'ont pas cette dégaine, cette tronche, et...n'est-il pas un peu trop jeune? Je ne sais plus, je n'ai pas envie de réfléchir. Tout ce que je sais, là, c'est que j'ai mal et que je ne veux pas qu'on me regarde. Surtout pas à cet endroit-là. C'est privé...c'est beaucoup trop laid!

C'est donc les larmes aux yeux et sans plus essayer de me dégager que je réponds d'une voix monocorde à ses questions personnelles. Je ne sais pas pourquoi, ce genre d'informations est resté gravé dans ma tête, surtout cette histoire de groupe sanguin. C'est peut-être parce qu'on s'intéresse autant à ça qu'au reste lorsqu'on rencontre une personne, le groupe sanguin indiquant un penchant de sa personnalité...même si j'ai toujours trouvé que c'était des conneries, tout ça, j'avoue que je lorgne quand même sur cette information lorsque je me dégote un amant. En l'occurrence, Asami est du groupe O, même si je l'ai pris pour un A au début. Pour ma part, je m'en sors bien avec mon B. Je suis presque un cliché quand on regarde la description.

Mon esprit vagabonde ailleurs alors que je le sens me tripoter à cet endroit. J'ai presque l'impression de me faire violer, vraiment. C'est pour ça que même si je suis silencieux, les larmes continuent inexorablement de couler sur mes joues. Merde...c'est tellement ridicule...si j'avais su que je prendrais aussi cher, j'aurais fait ce que je sais si bien faire: fuir la scène en laissant ce type derrière moi, rentrer sagement à la maison et ne revenir qu'une bonne semaine plus tard avec Asami pour me protéger. Mais non, ce n'est pas ce que j'ai fait. J'ai cru que j'allais pouvoir aider quelqu'un, me faire virtuellement pardonner auprès de tous ceux que j'ai abandonné jusque là sans jamais me retourner. Au final, qu'est-ce que j'y ai gagné? Une blessure peut-être plus grave que je le pense, et me faire violer par ce type qui n'a pas l'air d'y connaître grand-chose. Il y a du bon à être lâche, finalement.

"Pourquoi...tu me demandes ça?"

Ne voit-il pas qu'il en a assez fait? Qu'il m'a déjà bien amoché, et qu'en plus de ça il s'acharne sur moi dans un endroit glauque? Il a appelé des renforts, mais je ne veux pas partir avec eux. Je veux appeler Asami...mais je n'ai pas de portable...et je connais pas son numéro par coeur...mon pauvre Asami, il va s'inquiéter pour moi! Je n'ai jamais disparu aussi longtemps, à part lorsqu'on m'a enlevé...

"Bleu...mais ça te regarde pas!"

J'ai encore la force de m'offusquer, c'est que ça ne doit pas être trop grave, non? Je sursaute en entendant la porte s'ouvrir, et vois débarquer un grand type en costard. Celui-là, il aurait dû faire mannequin. Mais quelque chose me dit qu'il ne s'est pas contenté de cette carrière...il engueule le type qui me touchait jusque là, et j'ai du mal à réprimer un petit sourire. Est-ce que je suis sauvé? Ou est-ce que lui aussi va essayer de me déshabiller...? Asami...qu'est-ce que tu ferais dans ma situation? Tu ne te serais pas mis dans cette merde, je sais...mais...laisse-moi imaginer.

EXORDIUM.



Revenir en haut Aller en bas
Fujiwara Yoshimaru
Fujiwara Yoshimaru
Wakagashira ✘ Matsumoto

Date d'inscription : 16/03/2018

Messages : 293

Avatar : Hara Toshimasa
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage
Crédits : VTP // Tumblr
Multi : Kazuki - Asami - Kagami - Tsunade
16.07.18 23:08
Voir le profil de l'utilisateur
Courage, Fuyons !


« Fuji-saaaaaaaaaaan ~ Aina-kun te demandes à la cave, je crois que c'est un peu urgent. »

Pourquoi est-ce que je n'ai jamais une soirée tranquille au Birdcage ? Du moins, c'est rare d'avoir une nuit sans incident. Je hausse un sourcil en voyant Mariko m'annonce que non seulement ce petit fils de pute d'Aina est là, mais surtout qu'il a le culot de me demander de venir à la cave. Il n'est pas venu travailler ce soir, alors j'ai du aller moi-même derrière le bar. J'ai juste demandé à Mariko de descendre me chercher une bouteille de Whisky. J'en ai bu pas mal, et les clients aussi. Je dois avouer que j'ai un petit coup dans le nez mais ça va. Je gère. Je marche droit, j'arrive encore à parler correctement et à penser de manière cohérante. En soi, je n'ai pas énormément picolé... Juste deux ou trois verres, c'est rien comparé à ce que je peux descendre quand je vois Tetsuya !

Malheureusement, je suis obligé de laisser prendre la relève à Mariko. Je regarde autour de moi, soupire et lui fait signe de passer derrière le bar. Histoire de la prévenir tout de même, je l'attrape contre moi et soulève son menton pour qu'elle me regarde dans les yeux :

« T'as pas intérêt à picoler. Et si un client t'offre un verre, tu te prends un jus d'orange. Est-ce que je suis clair, Mariko ? »
« O...Oui Fuji-san... »

Après lui avoir collé une fessée pour la forme, je descend les escaliers qui mènent à la cave rapidement. Bordel, qu'est-ce qu'il fout là ce petit connard ?!

« AINA ?! T'AS INTERET A AVOIR UNE TRES BONNE EXCUSE TU M'ENTENDS PETIT CON ?! »

Je comprend encore moins quand je vois un gars couvert de sang. Qu'est-ce qu'il se passe ?! Je regarde le type, puis mon barman et fronce les sourcils en croisant les bras.

« Expliques moi tout de suite ce qu'il se passe. Et qui c'est celui-là ?! Un client ?  »
(c) AMIANTE


I'll shoot you down, don't mess with me
Revenir en haut Aller en bas
Kizuki Aina
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
17.07.18 1:59
Voir le profil de l'utilisateur
Ouais bon par contre, les insultes en guise de bonjour, faudrait qu'il arrête un peu, ça devenait redondant à force et Aina allait finir par s'offusquer. Courage Yoshimaru! Tu peux faire preuve de plus de diversité dans ton vocabulaire! On est tous avec toi!

- Non, ce n'est pas un client. Lui, c'est la cause du pourquoi j'suis en retard. On s'est retrouvés à devoir se battre contre quatre types et il a fini par se faire couper avec un bout de verre, qui s'est en partie brisé à l'intérieur de la plaie, du coup j'vais avoir besoin de toi pour...


Aina s'arrêta net dans ses paroles alors qu'il regardait son patron droit dans les yeux. L’haleine qui lui parvenait jusqu'aux narines lui informa que ce dernier venait de s'enfiler plusieurs bons verres de Whisky. Et ce, en plein service. Qu'il ne vienne surtout plus lui faire la morale lorsqu'il s'autorisait à boire un cocktail alcoolisé avec ses clients!

- Oublie, t'as trop bu c'est hors de question que tu prennes le volant. Bon, changement de programme.


Pas une seule fois Aina n'avait cessé de se concentrer sur la pression constante mais légère qu'il exerçait sur la blessure. Un seul faux pas pourrait aggraver une situation qui ne l'était pas, à condition de faire vite. Le temps continuait de dérouler ses parchemins.

- J'ai besoin que quelqu'un nous emmène à l’hôpital, je ne peux rien faire sans poche de sang. Il faut vite qu'il se fasse opérer, il y a trop de sang qui coule pour que je puisse voir si un organe a été touché, et je ne peux pas retirer les bouts de verre, certains sont certainement en train de nous permettre de gagner du temps et tant qu'ils sont là, ils évitent la rupture d'autres vaisseaux sanguins et donc d'une hémorragie plus importante.

Le jeune barman attrapa d'une main d'autres compresses qui vinrent remplacer celles déjà imbibées de rouge, puis, toujours sans faire de gestes qu'il pourrait regretter, vint tremper une serviette dans le seau d'eau froide qu'il avait mis juste à côté de lui. Ses doigts se serrèrent pour l'essorer et vinrent ensuite la poser comme ils purent sur le front du jeune homme. Abasourdi, Kizuki reporta son attention sur le proxénète qui n'avait pas bien l'air de comprendre où il venait en venir. Il avait bien choisi son moment boire son coup.

- Yoshimaru. J'ai besoin que tu ailles me trouver quelqu'un en état de conduire une voiture et de deux autres personnes qui pourraient m'aider à le porter. Maintenant.

Il était sérieux. Le temps jouait en leur défaveur et plus le temps usait de son encre, plus le risque d'infection grandissait.

- Akane, tu m'entends toujours? Est-ce qu'il y a quelqu'un que tu souhaiterais que l'on prévienne? Je ne sais pas, des parents, une petite amie?



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: