Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le cimetière :: Les archives de la ville :: RP inactifs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Gare désaffectée] Kimi ha nanda ? [Ft Matsuda Kai]
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
08.06.18 19:02
Voir le profil de l'utilisateur
8 mai 2060





A Shinjuku, près de la sortie est de la gare, un groupe de jeunes étudiants avaient pris l'habitude de venir faire la fête de temps à autre. Sexe, drogue et alcool étaient généralement les maîtres mots durant ces soirées, mais ce n'était qu'une manière de s'amuser, d'oublier le stress que la ville imposait sur ces innocents bacheliers qui ne tenaient guère à se frotter au marché noir. En soi, ils n'étaient pas bien différents des jeunes un peu trop décalés qu'avait connus Tokyo il y a 40 ans.

Ils s'étaient trouvés un endroit tranquille, un peu comme un QG, où aucun Yakuza ou dealer d'héroïne ne viendrait les faire chier. Chaque rendez-vous s'avérait devenir leur cocon d'une nuit. Ils se donnaient aux plaisirs, les mêmes dont bénéficiaient les mafieux. Pourtant, les ressentis étaient différents. Ces étudiants avaient total contrôle et possession de leur propre personne. Ils avaient choisi d'être ici, choisi de se piquer et de laisser libre cours à leurs envies sexuelles. Ils aspiraient à la liberté.

C'est avec eux que, deux-trois fois par mois, Aina passait ses soirées. Il n'avait jamais éprouvé une quelconque attirance pour la drogue et n'y avait jamais touché. Il n'y toucherait sans doute jamais. Il n'y avait rien de pire selon lui pour perdre sa dignité et son indépendance. Aspirer à la liberté en étant totalement accros, ces jeunes lui apparaissaient totalement pathétiques. L'unique bon point qui ressortait de ce groupe était qu'ils ne se prenaient pas la tête. Jamais ils ne l'avaient forcé à se droguer. Jamais ils ne l'avaient forcé à rien, en fait. Ils étaient plutôt pacifiques. Un brin ennuyant, vu la routine dont ils ne sortaient jamais, mais sympas. Pour Kizuki, ce n'était qu'un passe-temps parmi tant d'autres.

Le jeune homme referma sa braguette et se leva, en quête d'une poubelle où il pourrait jeter son préservatif. Même rebelle, il gardait les bonnes manières. L'aventure se présentait néanmoins compliquée. Il se sentait divaguer. A droite. Puis à gauche. Une barre avait semble-t-elle décidée d'élire domicile dans son pauvre cerveau embrumé par l'alcool. Il s'était un peu trop lâché sur la compétition de qui videra le plus de bouteille en pleine levrette. Un jour, son esprit compétitif le perdra, il en était sûr, si la curiosité ne lui avait pas déjà creusé une tombe.

Sa main se porta à son crâne alors qu'il s'appuyait de son épaule sur un mur, un peu plus loin d'où était la bande. Pas vomir, surtout, ne pas vomir. Son amour propre en prendrait un sacré coup! Une odeur et des bruits qu'il ne reconnaissait pas vint lui titiller méchamment les sens. Ils ne lui étaient pas totalement inconnus, mais il savait d'avance qu'ils ne lui plaisaient pas.

Quelques pas plus tard, le spectacle face à lui le laissa sans voix et la nausée le prit de plus belle. Il porta une main à ses lèvres,  sans quitter la scène du regard, bien trop captivé par la nouveauté de la cruauté à laquelle il avait affaire. Le Yakuza ne semblait pas l'avoir vu venir, bien trop occupé à dévorer sa proie et Aina tenta de se rapprocher un peu plus.

L'odeur était nauséabonde. Il avait déjà travaillé sur des corps et avait réalisé quelques opérations chirurgicales simples lors des stages qu'il avait dû faire à l'hôpital, mais jamais il n'avait senti une odeur pareille. Il la sentait agresser ses narines et remuer son estomac. L'alcool ingurgité juste avant ne l'aidait pas. A ses pieds gisaient un colon, un bout d'estomac et d'autres éléments qu'ils n'arrivaient à reconnaître. Le corps de la jeune femme était dans un état déplorable et des larmes séchées étaient encore visibles au coin de ses yeux noirs magnifiques. Cette belle femme avait dû lutter un moment avant de rendre son dernier souffle.

Une giclée de sang se répercuta sur son visage et il recula, alertant au passage le Yakuza. Son coeur se mit à tambouriner dans sa poitrine. Il avait mal et ses poumons étaient comme comprimés. Il n'arrivait plus à respirer. Il aurait pu s'arrêter là et ne plus bouger. Se laisser aller par cette peur délicieuse. Tenter le diable et essayer d'affronter cet homme qui n'en avait plus que les traits. Il avait toujours son arme. Il aurait pu l'abattre et terminer ce nouveau chapitre. Ça aurait été simple, mais tellement dommage de gâcher cette nouvelle attraction. Il titubait. Il fallait qu'il prévienne les autres. Ils étaient cons mais pas au point de mériter une mort aussi atroce. Un coup d'adrénaline lui donna la force nécessaire pour courir.

Les étudiants étaient encore en plein délire lorsqu'il arriva. L'un avait même prévu de remettre ça, une aiguille plantée dans l'avant bras.

- Cassez-vous!


Un silence flotta dans l'air avant qu'ils ne se mettent à rigoler à gorgé déployée. Ils ne comprenaient pas. Kai s'approchait doucement du groupe bien trop parti au pays lointain pour comprendre la situation. Ils ne voyaient même pas les vêtements baignés de sang du Yakuza.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matsuda Kai
Kyodai ✘ Muranaka

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 73

Avatar : Kyo - DIR EN GREY
Activité RP : 0

Emploi : Producteur de films X, Artiste
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Moriyama Akane" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
12.06.18 15:31
Voir le profil de l'utilisateur

君は何だ


Ca faisait un petit moment que je n'avais pas ressenti cette douleur à la poitrine. Cette sensation d'imploser, que mon coeur s'emballe, que je suis sur le point de mourir. Cette sensation ignoble qui précède généralement un accès de folie, un black out total, des heures passées sans que je ne me souvienne de quoi que ce soit. Cette douleur, c'est celle qui annonce le réveil du monstre en moi. Cette chose, cet animal sauvage qui a élu domicile dans mon cerveau et ne veut pas en déloger. Kazuki a réussi à l'apprivoiser je ne sais comment, mais moi...il ne m'écoute que lorsqu'il en a envie. Et ce soir en particulier, j'ai la nette impression qu'il va faire ce dont il a envie.

"Kazuki..."

Ma voix est rauque, comme si mes cordes vocales peinaient à faire sortir un son qui ressemble à peu près à un mot. Je ne vais pas le contrôler très longtemps. Je...je dois sortir, vite, avant qu'il ne décide d'attaquer Kazuki. Je risquerais de ne pas en sortir vivant avec cette chose qui le protège, qui serait capable de me dévorer même si le monstre est son ami. D'ailleurs, elle s'est mise entre moi et son maître...peut-être sent-elle le danger. C'est étrange...ça faisait longtemps que ce n'était pas arrivé...

C'est dans l'ombre des catacombes que je titube, cherchant à maintenir un certain contrôle sur cette chose qui plus que jamais cherche à prendre le dessus. Pourquoi ne pas le laisser sortir? Tout simplement parce que je ne suis pas encore arrivé à l'ouest, vers les quartiers dont tout le monde se fout, là où beaucoup disparaissent déjà sans que jamais personne ne s'en inquiète. Je commence à perdre conscience, je le sens à ces moments d'absence de plus en plus fréquents. De plus...je n'ai pas mangé aujourd'hui...enfin j'ai oublié de dîner avant de partir, et...je crois que le monstre a envie de pallier à ce problème. Cette fois, ma conscience m'échappe totalement. J'espère au moins être arrivé à Shinjuku...

J'en ai marre de jouer à la brave bête. Je n'ai pas le droit de sortir trop souvent, et en général je suis bridé. J'aime beaucoup Kazuki, mon maître, mais chasser me manque trop. Ce soir, comme j'avais faim, je me suis dit que c'était le moment. C'est toujours mieux comme ça. Je vais pouvoir remanger de la viande délicieuse avec plein de sang partout...celle qui crie, qui cherche à s'échapper mais qui est si faible qu'un coup de poing suffit à l'empêcher de bouger. Comme j'ai réussi à prendre le contrôle tout seul comme un grand, j'ai le droit à une récompense! Je vais pouvoir manger ce que je veux, pour changer de la mauvaise viande qu'on m'autorise à dévorer parfois.

La lumière agresse mes yeux lorsque je sors des catacombes. Je grogne en me les cachant de la main, et feule même tel un chat. Il n'y a personne à l'horizon, c'est bizarre...pourtant il fait nuit, je sais que quand le soleil se couche des gens sortent pour travailler ou faire je ne sais quoi ici. C'est pour ça que je chassais toujours la nuit lorsque je pouvais encore sortir à ma guise. Là...je suppose que la première personne qui passera deviendra mon festin. Ce n'est pas plus mal, je commence à avoir sérieusement faim! Ah, mais voilà quelque chose d'intéressant...j'entends des pas approcher. Des talons, pour être plus exact. Ca doit être une femme...j'en ai rarement mangé, puisque j'avais pas le droit de m'attaquer aux putes. Celle-ci sera celle qui brisera mon abstinence!

La chair tendre d'une femme n'a rien à voir avec celle plus ferme d'un homme. C'est étrange à dire, mais je peux aisément différencier les deux. Sa peau n'est pas bonne, elle doit se mettre du parfum ou je ne sais quoi...mais le reste est délicieux. Je ne suis pas très propre, j'ai du sang absolument partout, mais je m'en fiche! J'adore me baigner dans leur sang, il est si doux et si chaud...J'aime leur ouvrir le ventre pour en respirer l'odeur que d'autres trouveraient dégoûtante. Mais je n'ai pas trop d'appétit pour les organes qui s'y cachent, ils sont trop remplis par tout et n'importe quoi en général donc bon...à part le coeur et quelques bouts de foie, je laisse en général le reste aux autres créatures qui peuplent le quartier.

Trop occupé à festoyer, je n'entends pas les pas approcher. Ce n'est que beaucoup trop tard que je remarque ce type qui n'a même pas l'air de tenir debout, me fixant d'un air visiblement figé d'horreur. Un sourire cruel se dessine sur mon visage tandis qu'il s'enfuit comme il peut en courant. Je n'ai plus tellement faim, mais je peux bien m'amuser un peu...après tout, je vais déjà être puni pour cette sortie nocturne, autant pousser le vice jusqu'au bout!

L'endroit où il est reparti est la gare de Shinjuku. Je connais cette gare, je sais qu'il y a des appartements là-bas parce que je me suis déjà réveillé avec l'ancien maître à cet endroit, au milieu de prisonniers à exécuter. Je sais aussi qu'il y a souvent des fêtes pleines de gens que je n'ai pas le droit d'attaquer. Mais cette fois...je vais quand même m'amuser là-bas. Je n'ai pas besoin de tous les tuer. Je veux seulement jouer...leur retirer des petits bouts pour goûter, et puis leur courir après pour leur flanquer la frousse. Je ne prends même pas la peine de me cacher, m'avance dans cette petite marée humaine sans me soucier d'être arrêté. Ils ont tous l'air sous l'emprise de quelque chose, que ce soit de l'alcool ou de la drogue. Eh...pourquoi j'ai pas le droit de les manger si ce sont des drogués? J'ai le droit hors d'ici! Je fais la moue, mais mon visage s'éclaire en reconnaissant le type qui m'a interrompu en plein festin. Il a l'air toujours aussi choqué. Et je crois qu'il a essayé de prévenir les gens...

"Toi...appétissant..."

Ma voix rauque se perd dans le brouhaha de la fête, mais mon sourire lui annonce déjà la couleur. J'ai envie de provoquer une panique...ça devrait être amusant, ne? J'attrappe violemment un bras qui passait près de moi, attire la personne pour la tenir fermement, et plonge mes dents dans son cou. Son hurlement, le sang qui coule de sa plaie et ses ébats semblent enfin faire réagir la foule, qui commence à s'éloigner de moi et à paniquer. Je vais enfin pouvoir jouer! Les poursuivre un à un, les faire fuir de cet endroit...et surtout isoler ma véritable proie, ce petit être tout frêle qui m'a attiré jusque ici.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
14.06.18 1:53
Voir le profil de l'utilisateur
Aina ne put qu'observer le spectacle qui se déroulait face à lui. Elle avait 20 ans, était en fac de musique et avait créé son groupe de jazz. Elle était douce et avait l'esprit léger. Ses cheveux avaient toujours une odeur différente lorsqu'ils se voyaient, et il s'était amusé à deviner la flagrance de ses shampoings. Elle n'était pas un canon mais elle avait une singularité attrayante. Gosse de riche, elle était toujours vêtue d'une robe élégante qu'il aimait relever lorsqu'ils passaient à l'acte. Délicatement, il avait passé ses doigts sous le tissu pour venir caresser ses seins. Fougueusement, il l'avait pénétrée, de la même manière que les dents du Yakuza s'enfonçaient dans sa chaire.

Elle avait 20 ans et elle agonisait. Lui était vivant. Elle, plus pour longtemps. Cette pensée le fit réagir d'une manière à laquelle il ne s'attendait pas lui-même. L'adrénaline mélangée à l'excitation d'être en vie face à la mort parcourue délicieusement son corps, l'électrisa, lui coupa le souffle. Il bandait, impuissant qu'il était devant cette vision.

Un afflux soudain de salive et un sursaut plus tard, Aina déversait l'alcool et la nourriture qui avaient élu domicile dans son estomac, sur le sol. L'étudiant était désormais à terre alors qu'il entendait un autre de ses camarades de beuveries gueuler un moment. Il avait l'impression que le monde entier lui tournait autour et la nausée le prit de plus belle. Désagréablement, toutes ces voix résonnaient dans sa tête et il se sentit vomir une deuxième fois. Face à lui, le corps inerte de son ancienne compagne d'aventures charnel se vidait de son sang. Fébrilement, Aina tendit son bras pour attraper son poignet. Il n'y avait déjà plus de battements de cœur. Il était trop tard.

Kizuki ne pouvait dire qu'elle lui avait été totalement inutile, puisqu'elle venait de prendre part à une scène totalement nouvelle, qui resterait gravée à jamais dans sa mémoire. Il décida de la toucher une dernière fois pour fermer ses yeux désormais éteints puis se traina hors de la scène. Il était déjà passé à autre chose. Il l'avait jartée de ses pensées.

Il ne savait pas où était partie la bête mais il pouvait toujours entendre les échos des cris de ses anciens compagnons, plus loin. Il ne les reverrait sans doute plus, mais Aina s'en fichait. Alors qu'il se posait dos contre un mur, un sourire ne quittait ses lèvres, même dans ce chaos le plus total. Il réfléchissait. Comment allait-il vivre. Comment allait-il survivre. C'était un combat contre le destin, contre la vie. Son cœur battait toujours aussi fièrement dans sa poitrine. Il était là. Il respirait et jamais il n'abandonnerait.

Difficilement, l'étudiant se redressa. Il avait aperçu les vestiges d'un des nombreux restaurants qui avaient élu domicile dans la gare de Shinjuku et jugea bon de s'y cacher. Aina s'installa juste derrière le comptoir, toujours à terre. Avoir rejeté toutes ces toxines lui avait permis de retrouver un minimum ses esprits et ses reflexes.

Sa main se posa sur son arme. Même dans cette situation, il ne voulait pas l'utiliser. C'était trop facile. Son adversaire n'avait que ses dents et ses poings pour se défendre. Tiens, ça faisait quoi de bouffer quelqu'un?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matsuda Kai
Kyodai ✘ Muranaka

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 73

Avatar : Kyo - DIR EN GREY
Activité RP : 0

Emploi : Producteur de films X, Artiste
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Moriyama Akane" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
14.06.18 12:06
Voir le profil de l'utilisateur

君は何だ


J'aime jouer au chat et à la souris, surtout lorsque les souris sont totalement désorganisées et cherchent à fuir sans savoir où aller. Je m'amuse comme un petit fou, riant à gorge déployée en attaquant au hasard dans la foule. Je garde néanmoins toujours un oeil sur ce gosse, ce type à l'odeur étrange qui n'a pas l'air de supporter tant que ça le spectacle qui se déroule devant lui. A l'odeur de sang s'ajoute celle du vomi, même d'autres fluides corporels de certaines victimes. Si l'autre maître avait été là, il aurait sûrement apprécié le spectacle et aurait même voulu faire une sculpture plus grande encore que celles qui a pu créer jusque là. Ca fait d'ailleurs longtemps qu'il n'a rien sculpté, parce que j'ai cessé de lui offrir mon aide. Sans moi, il ne peut rien faire. Je lui étais indispensable, mais je préfère désormais écouter maître Kazuki. Et comme il a fait du mal à maître Kazuki, je ne l'aime plus.

Le silence retombe dans la gare, seulement ponctué des gémissements agonisants de certaines victimes abandonnées sur place et ma respiration semblable au râle d'une créature monstrueuse. J'aime me nourrir de la peur que j'instaure chez mes victimes, celle-là même qui me donne toujours un peu plus d'adrénaline. Je ne peux ressentir la douleur, mais la faire subir à d'autres a quelque chose de jouissif. Je n'aurais pu supporter d'être bridé comme avant, lorsque je n'avais pas le droit du tout de sortir et que l'ancien maître m'avait tout de même permis de l'aider pour me défouler. Maintenant, j'ai le droit de sortir quand même tant que je ne blesse pas d'innocents...bah, on va dire que c'est pas grave pour ce soir! Je suis à Shinjuku, je peux pas savoir s'ils sont vilains ou normaux les gens, je sais juste que c'était ma zone de chasse avant. Enfin non, c'était plus au sud je crois, vers là où il y a le plus de drogués à la chair moins tendre que celle que j'ai pu tester ce soir. Les gens sont malades, et moi je risque de devenir aussi malade qu'eux si je continue de manger dessus.

Je me balade d'un pas traînant dans le hall principal de la gare, à la recherche de ma proie. Je sais qu'il est toujours là, je le sens. C'est un instinct comme un autre que de pouvoir reconnaître l'odeur de chaque personne, de chaque potentielle victime. On peut dire que j'ai un don, mais je pense que c'est simplement parce que je suis dans le corps de quelqu'un d'autre. J'ai commencé à développer un petit peu mon intelligence, même si je ne sais pas encore très bien parler. C'est peut-être parce que je n'ai pas les mêmes cordes vocales que les autres...je ne sais même pas ce que c'est, mais Kazuki en a déjà parlé quelques fois en me câlinant.

"Petit..."

Mon ouïe surdéveloppée m'entraîne vers les magasins désaffectés depuis bien longtemps, attirée par des mouvements suspects. S'il n'y avait pas ces gémissements un peu chiants, je l'aurais déjà trouvé depuis longtemps! Mais tant pis, je les laisse agoniser tranquillement et me cherche mon nouveau jouet. Je lui ai donné un joli spectacle, j'espère qu'il a apprécié...c'est de sa faute de toute façon, je n'allais peut-être pas me rendre dans cette gare s'il ne m'y avait pas emmené. Il est un peu con quand même, ce type.

"Ah, je sais."

L'odeur se fait plus présente vers cet endroit, et surtout je crois avoir vu quelque chose bouger dans le fond. Reniflant l'air comme mon amie sait si bien le faire, je souris d'un air cruel. Il est là...je ne sais pas où exactement, mais je sais qu'il est là. J'ai pas envie de le manger, celui-là. J'ai déjà beaucoup trop mangé, je suis un peu balonné. Mais je veux quand même jouer, parce qu'il est drôle...Il ne sent pas comme tous les autres. Sa peur à lui est différente. Je goûterai peut-être un petit bout, mais juste histoire de goûter parce qu'il avait l'air appétissant, c'est tout.

"Viens! Viens...toi...viens jouer...!"

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
14.06.18 16:06
Voir le profil de l'utilisateur


Progressivement, Aina réussit à récupérer un souffle normal. Son cœur avait limité le nombre de ses battements, et sa cage thoracique ne se soulevait plus à un rythme effréné. Pour combien de temps, il ne le savait pas encore, mais il profitait de cet instant de répit. Rarement étaient les fois où il avait regardé la télévision. Il n'y en avait ni chez sa mère, ni chez la dame qui les avait élevés et en grandissant, il n'avait jamais eu la convoitise d'économiser pour en acheter une. Mais il pouvait être sûr d'une chose, la situation dans laquelle il était n'enviait en rien les quelques films d'horreur qu'il avait pu voir. Un maigre sourire étira ses lèvres. Au moins, on pouvait dire qu'il n'était pas le premier clampin à se faire tuer. Il ne comprenait pas comme cela était possible d'ailleurs. Il avait été là, à terre, complétement soumis à la situation mais le Yakuza avait décidé de l'épargner un moment. Tout ça semblait n'être qu'un jeu pour cet homme-bête.

"Viens! Viens…toi…viens jouer…!'

Wait. Il avait vraiment cru que l'étudiant allait gentiment sortir de sa cachette pour se mettre à jouer chat? Kizuki ramena ses jambes repliées contre son torse. Il avait besoin de retrouver le maximum de ses forces et réflexes s'il voulait avoir une chance de s'en sortir en se battant à la loyale.

Cannibalisme. Il avait déjà entendu parler de personnes qui se donnaient à ce genre de divertissement mais jamais il en avait vu de ses propres yeux. Dire que l'un d'eux était Yakuza et faisait partie du plus gros clan de Tokyo pourrait en effrayer plus d'un. Qui savait ce que les Muranaka cachaient d'autres.

Son repos ne dura en effet que quelques minutes alors qu'il relevait la tête pour apercevoir celle de Kai dépasser du comptoir. Leurs regards se croisèrent et Aina n'eut le temps de réagir que déjà le corps robuste passait par-dessus. Tout recommença à aller très vite. Ses pupilles se dilatèrent à nouveau et l'adrénaline renfloua son corps d'énergie.

Il évita de justesse la main qui tentait de se saisir de son corps, et de toutes ses forces, Aina le repoussa avec son pied. Il n'avait le temps de se relever que déjà Matsuda s'approchait rapidement vers lui. Il était toujours sur le dos et ses coudes et jambes donnaient le meilleur d'eux-mêmes pour l'éloigner de lui. Il devait se ressaisir de la surprise et adopter une posture qui lui permettrait de se défendre mieux. Il devait. Mais il ne pouvait pas. Kai l'avait déjà rattrapé et était désormais juste au dessus de lui. Aina agrippa ses poignets pour essayer de le contenir alors qu'il avait ramené ses jambes contre son torse pour le repousser. En vain. Aina n'était pas faible, mais face à la force herculéenne que déployait son vis-à-vis, il ne pouvait qu'à peine le réfréner.

Kizuki serra les dents tandis qu'il pouvait déjà sentir un souffle chaud non loin de sa clavicule. Par réflexe, il lui donna un coup de tête qui sembla plus lui faire mal à lui qu'à l'autre.

- Calme toi, ça va aller!

Aina disait ça plus pour se rassurer lui-même que vraiment calmer son adversaire. S'il abandonnait maintenant, il était persuadé que ça en était fini de lui. Il fallait qu'il trouve quelque chose. Un truc pour le faire revenir à ses esprits ou le choquer assez longtemps pour qu'il puisse se défaire de son emprise. Le Yakuza qu'il avait face à lui n'était pas le Yakuza qu'il avait aperçu dans la rue. Il n'était pas dans son état normal. C'était bizarre. Ce n'était plus lui.

D'un geste vif, Aina releva la tête pour planter ses propres dents dans la peau de son assaillant, au niveau de la jugulaire. 'Fin. Planter. Cela s'apparentait plus à une morsure qu'autre chose. Il était peut-être tenté de savoir ce que cela faisait de bouffer un humain mais pas tenté d'en faire l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matsuda Kai
Kyodai ✘ Muranaka

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 73

Avatar : Kyo - DIR EN GREY
Activité RP : 0

Emploi : Producteur de films X, Artiste
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Moriyama Akane" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
18.06.18 17:12
Voir le profil de l'utilisateur

君は何だ


Trouvé ~ j'ai trouvé cette jolie proie qui se planquait comme un rat au milieu des décombres. Il a l'air un peu bizarre quand même, comme si je lui faisais peur sans vraiment l'effrayer pour de bon. Ca me paraît étrange, mais les humains sont étranges de toute façon. Chacun a une réaction différente en me rencontrant, mais ils finissent tous par être la proie de cette peur que j'aime sentir chez eux lorsque mes dents se referment sur leur chair. Je crois que c'est plus ça que la viande qui me nourrit. Mais je n'aime pas beaucoup réfléchir, alors je me laisse seulement guider par mon instinct. Parce que c'est ce que je suis: une boule d'instincts primaires. Rien d'autre.

Il se débat. Peut-être croit-il qu'il peut m'échapper, comme s'il était assez fort pour ça...une seule de mes proies a réussi cet exploit, mais il s'en est sorti salement amoché lui aussi. Le jour où j'ai failli mourir...où nous avons tous failli mourir, simplement parce qu'un type un peu trop doué nous a surpassé. C'était la faute de l'ancien maître. Aujourd'hui, il n'y a aucun risque. Ce gamin n'est pas de taille face à m...
PUTAIN!

Il essaye de me bouffer, là?! Je grogne, un peu en colère d'avoir été doublé en vitesse par une simple petite proie, mais finis par rire en le balançant par terre comme s'il n'était pas plus lourd qu'un rat. Il est amusant. Il veut faire comme moi...ou alors il est comme moi? Je ne sais pas trop, j'ai rarement vu d'autres créatures comme moi. Mais peut-être qu'il en est une quand même...

"Toi...faim aussi?"

Je plante mes dents dans la chair de mon bras jusqu'à faire couler le sang, lui montrant donc au passage comment mordre correctement. Accroupi juste devant lui, je le fixe droit dans les yeux, le bras tendu devant moi. Il saigne, mais je sais que c'est soignable. J'ai connu pire, et de toute façon je ne sens pas la douleur. Je vais juste me faire gronder un peu plus fort, c'est tout.

"Mange."

Il est tout maigre, il doit avoir faim. Mais je crois que ce que je viens de faire, là, ça l'a encore plus choqué que tout à l'heure. Eh, mais c'est lui qui a voulu me manger...finalement il n'a pas faim? Je ne comprends pas tellement. Ou peut-être qu'il ne mange que des morts? J'en ai vu un faire ça une fois, il mangeait les sculptures que créait l'ancien maître. Ah...dans ce cas, je ne peux que lui donner autre chose! Je me dépêche de quitter l'endroit, seulement pour aller chercher un bout de cadavre qui traîne dans le coin et le lui ramener. Je crois qu'il ne veut plus partir...si? Non? Je sais pas, il s'est relevé mais il n'est pas parti. Je lui lance donc le bras que je viens d'arracher, et le regarde fixement.

"Mange...c'est pas vivant."

De nouveau accroupi, j'attends seulement qu'il fasse quelque chose avec ce que je viens de lui offrir. Personne ne peut nous embêter ici, on est tranquilles pour faire ce qu'on veut. Mais il n'a pas l'air de pouvoir s'en sortir...ah, c'est encore un bébé. Je soupire, me rapproche pour récupérer le bras et lui montre comment faire en mordant à pleines dents dedans.

"Mange comme ça. Tiens. Essaye."

Je commence à avoir le ventre plein, à force de dévorer tout et n'importe quoi. Je n'ai même plus envie de le manger lui, juste...lui montrer comment faire. Dans un autre jour, je me serais acharné jusqu'à en croquer un petit bout. Mais là...peut-être que j'ai trouvé un enfant. Un bébé monstre comme moi, à qui je dois montrer la voie.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
18.06.18 23:54
Voir le profil de l'utilisateur


Aina ne sut quelle réaction adopter face à tout ça. Son cerveau lui envoyait de nouvelles informations avec un afflux beaucoup plus important que d'habitude et plusieurs sensations se mélangèrent dans son corps pour au final s'annuler. Il l'observa d'abord s'arracher un morceau de son bras pour le lui donner, lui demander pourquoi il ne mangeait pas, puis aller lui chercher un bout de cadavre qu'il lui envoya également. Kizuki baissa les yeux et son regard se posa sur tout le sang qui mouillait et pénétrait ses vêtements, sur ce bras grossièrement arraché, sur cette montre et cette manucure qu'il reconnaîtrait entre mille. C'était le bras de la femme qui avait été sa première victime. Femme qu'il avait si souvent enlacée et qui maintenant ne faisait partie que d'un mot : souvenir.

L'étudiant releva le regard vers Kai qui lui montrait comment faire et se demanda s'il ne le prenait pas lui aussi pour un cannibale. Cannibale débutant en plus. Il devait donc manger un être humain pour rester en vie? C'était ça, la nouvelle étape de sa survie? Et s'il lui désobéissait, pourrait-il s'en aller? Ses jambes tiendraient-elles le coup? Y'en avait-il d'autres, des comme lui? La chair humaine avait-elle le même gout que celle d'un animal? Fallait-il lui retirer le sang avant de la cuire? Allait-il se casser les dents sur un os?

Dans tout ce flot de pensées aussi invraisemblables qu'inimaginables, il chercha d'où il le connaissait et pourquoi ce prénom lui était venu si facilement à l'esprit lorsqu'il l'avait aperçu. Il avait mis une identité sur ce visage. Alors pourquoi il ne se rappelait pas? Il n'avait jamais croisé quiconque de cannibale avant lui et Aina commença à douter sérieusement de ses capacités mémorielles. Ces traits lui disaient quelque chose, mais l'attitude qu'il avait là contredisait en tout point l'idée qu'il avait.

Fébrilement, l'étudiant attrapa le bras pour se le procurer à nouveau. Jamais encore il n'avait tué quelqu'un, et malgré le choc, il ne pouvait réprimer toute cette excitation qu'il ressentait. Il voulait savoir ce que ressentait cette personne lorsqu'elle mangeait, tout autant qu'il avait peur de ce qu'il devait faire pour ça.

Sans quitter les yeux de l'homme-bête, il lécha doucement la peau qu'il avait déjà léchée plus tôt dans la soirée et ne put retenir une grimace alors que sa langue rencontrait le sang de la demoiselle. Le goût du métal se répandit dans sa bouche et il fallait dire que son palais n'en était pas friand.

Il ne savait même plus ce qu'il faisait, tant la peur et l'excitation l'avaient pris pour otage. Il ne contrôlait même plus son corps tandis que ses lèvres parsemées la peau de légers baisers avant d'y plonger ses crocs.

Un moment sans que rien ne se passe plana entre les deux hommes, ce qui permit à Aina de reprendre un peu de lucidité. Il ne savait pas si c'était la peur de manger un bout d'être humain ou tout simplement si sa mâchoire n'était pas faite pour ça, mais à part laisser des traces de morsures, il n'arrivait à rien, ses dents refusaient de s'enfoncer dans la chair. Intérieurement, il soupira de soulagement. L'étudiant avait sérieusement cru avoir franchi une limite qu'il ne souhaitait jamais franchir.

Tout aussi doucement, il abaissa le bras pour le poser devant lui.

- Je n'y arrive pas.

Lentement, il se redressa sur les genoux pour venir poser sa main sur la joue du Yakuza. Yakuza? Minute.  Aina se trompait-il vraiment à ce point?

- Merci quand même, lui dit-il, armé d'un sourire.

Le jeune homme ne savait comment s'y prendre, mais pour le moment, tout ce qu'il voulait, c'était de ne pas le vexer. Son cerveau avait trop fait le tour du monde en une dizaine de secondes pour lui donner la force nécessaire à se relever et à fuir.

Progressivement, Aina se rapprocha de lui et vint au final poser sa main sur la blessure qu'il s'était faite au bras. Arrachant un bout de ses vêtements, il enroula le tissu autour de la plaie saillante pour la recouvrir. Etre gentil, ça pouvait ouvrir le cœur d'une personne parfois. Il espérait au moins qu'il en reste une trace dans l'homme qu'il pouvait sentir à quelques centimètres à peine de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matsuda Kai
Kyodai ✘ Muranaka

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 73

Avatar : Kyo - DIR EN GREY
Activité RP : 0

Emploi : Producteur de films X, Artiste
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Moriyama Akane" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
20.06.18 12:17
Voir le profil de l'utilisateur

君は何だ


Il ne peut pas manger. Il n'y arrive pas, il n'a pas les dents faites pour. Je pourrais le nourrir moi-même, mais je crois qu'il a un peu trop peur de moi pour ça. Je savais pas, c'est pas ma faute...j'aurais jamais fait du mal à un autre comme moi. Assis en tailleur à même le sol, je garde les yeux rivés sur lui. Je ne sais pas ce qu'il fait. Tout ce que je sais, c'est que maintenant que je n'ai plus faim, je suis beaucoup plus calme. Je pourrais même aller me coucher maintenant, ne...de toute façon, je n'ai plus envie de jouer avec lui, je suis fatigué. Nous apprendrons ensemble une prochaine fois, ne? Je lui pose simplement la main sur la tête, un petit sourire en coin, et ferme les yeux en la laissant retomber toute seule le long de mon corps.

La première chose que je remarque en me réveillant, c'est cette douleur qui me fait immédiatement sangloter. J'ai mal au bras, du coude jusqu'aux doigts, et j'arrive pas à comprendre d'où ça vient. Je ne sais même pas où je suis! Je ne suis plus avec Kazuki-kun à l'évidence, et...je sais pas ce qu'est cet endroit, mais ça pue comme les égouts. Et...je suis couvert de sang...et...le type en face de moi aussi...j'esquisse un mouvement de recul, replie mes jambes contre ma poitrine et le regarde d'un air perdu.

"Vous...vous êtes qui, monsieur? Pourquoi je suis...c'est...c'est le bras de quelqu'un...?"

Je fixe d'un air horrifié le membre en question, qui à l'évidence appartenait bel et bien à quelqu'un. Si je suis là...avec un bras arraché, et que ça pue...ça veut dire que le méchant monsieur a recommencé à faire des bêtises, c'est ça? Je regarde mon bras bandé d'un tissu imbibé de sang. Je n'ose pas regarder ce qu'il y a en-dessous. Ca me fait peur...

"C'est toi qui a voulu me manger, monsieur? Tu...tu es le copain du méchant? Me fait pas de mal, s'il te plaît..."

Ma voix part un peu dans tous les sens à cause de mes pleurs silencieux, mais je n'arrive pas à la contrôler. J'ai peur...j'ai mal...et je ne comprends rien à ce qui se passe aussi, j'ai l'impression de m'être réveillé en plein cauchemar! en regardant attentivement tout autour, je remarque les corps sans vie de beaucoup d'autre personnes. Est-ce que...est-ce que c'est lui qui a fait ça? Ce type qui me fait face? Ou alors...c'est moi? Enfin...le vilain monstre? Je me souviens encore quand Akira me forçait à apparaître il y a un moment maintenant en plein milieu d'une tuerie, juste pour me traumatiser. Mais Akira n'est pas responsable, cette fois. Personne ne pouvait prendre le contrôle, alors j'y suis allé...mais je ne veux plus maintenant, je veux repartir! Sauf que j'y arrive pas, personne n'est là derrière...pas même Kai.

"Je veux rentrer à la maison...j'ai peur...et j'ai mal...je veux pas rester ici monsieur, s'il vous plaît...!"

Je veux retrouver Kazuki-kun, je veux me blottir tout contre lui pour qu'il me fasse des câlins et me rassure. Je veux plus être dans cet endroit! Mais je sais même pas où c'est, je...je peux pas rentrer...si je reste ici, les gens vont venir me tuer, ne? Je dois partir! Partir avec lui...

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kizuki Aina
Muko ✘ Dreamers

Date d'inscription : 05/06/2018

Messages : 251

Avatar : Shiba Ken - Anatashia
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Barman / Etudiant
Multi : Mirai / Ryu
22.06.18 16:40
Voir le profil de l'utilisateur


Il ne sut comment réagir lorsque la main de son vis-à-vis se posa sur sa tête. Était-ce pour lui broyer le crane ou peut-être pour le rassurer compte tenu de son incompétence à manger de la chair humaine? Il ne le saurait sans doute pas, et son incompréhension monta d'un cran lorsqu'il se mit à sangloter. La personne qui juste avant n'arrivait à formuler des phrases correctes et communiquait à la manière d'un homme des temps anciens, était capable de phrases grammaticalement beaucoup plus correctes. Et l'expression de ses mots reflétait la peur qu'il ressentait. La peur?

- Qui es-tu?

C'était quoi ce délire? Il y avait des caméras cachées? Aina avait l'impression d'avoir une tout autre personne devant lui. Personne… Personnalité? Noooon. Si c'était le cas, il avait sacrément de la chance aujourd'hui. Il avait rencontré un cannibale doté d'une double personnalité. Enfin, supposons qu'il n'était pas en train de lui faire une grosse blague pas marrante pour ensuite le dévorer une fois qu'il ne serait plus sur ses gardes.

L'étudiant retira sa veste pour la faire enfiler au Yakuza. Erf, étant plus grand que lui, le vêtement lui était un peu lâche, mais au moins, il arrêterait d'avoir son attention happée par le bandage improvisé.  

- Je m'appelle Aina, et toi? Tout va bien, ne regarde que moi, okay?

Il lui sourit puis dégagea le bras et le morceau de chair un peu plus loin, hors de sa vision.

- Tu as quel âge?

Nan parce que, l'appeler "monsieur", c'était un peu bizarre. Y'avait que les gosses pour l'appeler comme ça, puisqu'il avait en général un statut inférieur à tous ceux qu'il croisait dans cette ville. Ou bien lorsqu'il était au bar aussi; ça lui était déjà arrivé. Pourtant, là, il avait cette étrange impression que la personne devant lui était plus jeune que lui.

- Regarde moi, je suis médecin, je vais t'aider.

Silence.

- Je suis un médecin qui aime beaucoup s'amuser.


Aina se redressa pour tenir Matsuda et l'aider à faire de même. Il pouvait sentir ses propres jambes flageoler encore, toujours sur le coup de la peur et de l'adrénaline. Une fois à la même hauteur, il observa le Yakuza/enfant un moment. C'était assez bizarre de se dire qu'il y avait un gosse dans ce corps robuste d'homme sanguinaire. A côté, Aina faisait bien pâle figure, lui qui n'était pas bien épais, rendant d'autant plus la situation embarrassante vu la voix qu'il prenait et la douceur qu'il mettait dans ses gestes. Jamais il n'avait su faire de mal à un enfant ou encore le manipuler et avait même tendance à devenir prévenant envers eux. Sans doute un résidu de la relation qu'il avait eu avec sa petite sœur.

- On va d'abord passer à l'hôpital d'accord? Tu peux marcher ça va aller?

Il fallait vite qu'il nettoie la plaie avant que celle-ci ne s'infecte. Il se voyait mal devoir amputer ce gosse. 'fin. Gosse. Yakuza. Cannibale. Il savait plus!  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matsuda Kai
Kyodai ✘ Muranaka

Date d'inscription : 18/03/2018

Messages : 73

Avatar : Kyo - DIR EN GREY
Activité RP : 0

Emploi : Producteur de films X, Artiste
Multi : @"Fujiwara Daisuke" @"Moriyama Akane" @"Amakusa Nagato" @"Sato Tetsuya"
26.06.18 12:42
Voir le profil de l'utilisateur

君は何だ


Le gentil monsieur me donne sa veste pour que je n'aie plus froid. J'ai toujours mal au bras, mais ça va un petit peu mieux...même si j'ai vraiment très peur là, toujours. Je ne le connais pas...et je suis couvert de sang, lui aussi...et je sais pas où on est, mais c'est beaucoup trop grand...en plus, j'ai un goût bizarre dans la bouche, j'aime pas! J'ai mangé un truc qu'il fallait pas?

"Je...je m'appelle Sosuke, monsieur. J'ai...euh..."

Je prends le temps de compter sur mes doigts pour être certain de la réponse, recompte une fois pour être sûr, et montre le résultat au garçon en face. Six. Six doigts levés. Je n'aime pas trop parler, encore moins aux gens que je connais pas...j'ai d'ailleurs déjà beaucoup trop parlé! J'ai mal à la gorge, mais même en toussant ça s'arrange pas...je ne comprends pas tout bien. J'ai l'impression d'être dans un des cauchemars que je faisais il y a longtemps encore. C'est bizarre et effrayant.

Monsieur au cache oeil me dit que c'est un docteur. Mais moi, j'aime pas les docteurs. Ca fait mal, ça touche à des endroits où il faut pas qu'un adulte vous touche et ça parle bizarrement. Et puis en plus ça travaille dans des endroits qui puent et qui sont tout blanc, ça fait beaucoup trop peur. Alors un docteur qui s'amuse...Ca veut dire quoi, ça? Je frissonne, mais je crois que c'est vraiment de froid cette fois. Pas trop de peur. Je commence à me calmer, parce qu'il est gentil. Et son oeil visible me regarde pas comme les autres, il me fait un peu penser à Kazuki-kun.

"Non, pas l'hôpital...veux pas!"

J'aime pas l'hôpital. Je connais parce que j'y suis allé une fois avec otou-san, je me souviens encore...je crois que c'était il y a looooongtemps, mais comme je dors beaucoup je m'en souviens bien, des vieux trucs. C'était grave je crois, parce que j'étais malade mais otou-san voulait pas me laisser sortir de la chambre parce que Kai avait fait une bêtise je crois. Du coup, j'ai fini à l'hôpital parce que Kai était trop faible pour rester, et que s'il n'y avait personne aux commandes bah on allait tous dormir pour toujours. J'aimais pas l'hôpital. Nous y sommes restés pendant super longtemps parce que c'était un peu grave, mais j'ai détesté! Je crois que Kai aussi détestait, je l'entendais même à moitié endormi.

Je repousse doucement le monsieur qui veut me porter à moitié, parce que je peux marcher sans problème. Je le lui prouve même en sautillant sur place, avant de le prendre par la main. Je sais qu'il faut me soigner tout de suite, sinon je vais encore finir à l'hôpital pendant trop longtemps. Et...je veux pas.

"Si tu es docteur monsieur, il faut que tu me soignes, comme ça je vais pas à l'hôpital. Ne?"

Mais d'abord...il faut qu'on sorte de cet endroit très moche et trop grand, avec trop de sang et de bouts de cadavres partout. On dirait vraiment...un cauchemar d'il y a longtemps...est-ce que le méchant monsieur a repris du service? Ou est-ce que c'est une simple coïncidence que nous soyons tous les deux couverts de sang de la tête aux pieds? Même si la peur s'est atténuée, je continue de la ressentir. C'est un fait...je ne suis qu'un petit garçon, après tout.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sauter vers: