Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[+18] Juste like a game - Akira feat Aina - 23 Mai 2060
 :: La zone des vermines :: Nakano :: Casino Lucid dream

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Activité RP : 12Messages : 89Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki KeiAvatar : Aki -Sid MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 202,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
03.07.18 3:37
Au moins maintenant je sais qu’il est charmant au réveil. Chassez le naturel et il revient au galop comme on dit. Quant au numéro de charme, il n’aura pas duré bien longtemps. De toute façon il sait déjà qu’il a gagné et que je lui donnerais ce qu’il attend de moi. Alors oui, pourquoi se faire désirer ? Puisque je suis incapable de lui dire non alors autant en finir.
« On va déjà prendre un café parce que j’ai pas dormi contrairement à toi. »
Je lui fais signe de me suivre et voilà que nous quittons ensemble le Lucid Dream. À nous voir comme ça il y aurait de quoi se faire des films. D’ailleurs je pense que j’aurais le droit à quelques remarques de la part de mes collègues sur la touche que j’ai eu cette nuit et effectivement j’ai ferré un poisson mais celui-ci ne finira pas dans mon lit. Non on va plutôt essayer de ne pas finir dans un cercueil ensemble et ça sera déjà pas mal. D’une certainement manière je regretterais presqu’il ne s’agisse pas d’un rendez-vous galant. Au moins on en revient toujours vivant d’un coup d’un soir… quoique ça dépend du mec sur qui on tombe… Et ça aussi j’en sais quelque chose…
« J’n’ai pas de voiture et crois-moi on en aura pas besoin ce soir. »
Je lui fais signe de me suivre et notre premier arrêt s’avère être un café où je m’en prends un grand à emporter. J’ai besoin de rester éveillé même si ce qui nous attend ne risque pas de me donner envie de dormir.
« On ne va pas pouvoir aller jusqu’à Meguro ce soir. Vu l’heure, le temps d’y arriver, il fera déjà jour et il n’y aura plus rien à voir. De toute façon même si on avait une voiture, se pointer là-bas comme ça ne servirait à rien. »
J’ai déjà enquêté. J’ai déjà creusé des pistes. J’ai simplement tout laissé tomber en cours de route parce que d’autres choses me sont tombées dessus. Ensuite ça ne servait plus rien de reprendre les recherches parce que je n’avais plus aucun moyen d’utiliser ces infos et que je me suis enlisé dans mes propres soucis.
« J’espère que marcher ne te fait pas peur parce qu’on va jusqu’à Shibuya. D’ailleurs vu que tu étais en veine ce soir, j’espère que tu n’as pas déjà claqué tout ton fric parce que tu vas en avoir besoin. »
Sur le chemin, je lui explique que notre première étape est un bar sordide de Shibuya qui organise des combats de chiens clandestins dans l’arrière cours du bâtiment. C’est bien moins impression que ce qu’il y a à Meguro mais ça lui donnera un aperçu de ce qui l’attend. De toute façon Shibuya est a mi-chemin alors autant s’y arrêter. Comme ça il n’aura pas complètement raté sa nuit en m’attendant.
« Si tu veux enquêter sur les Molosses, tu dois d’abord les voir et pour les voir il faut remonter toute la filière. On ne fait pas ça sur un coup de tête. Il faut y aller en douceur et avec prudence sinon on se fait descendre au premier faux pas. Quand on y sera, on commandera à Mad Dog au bar. Le barman nous servira puis nous laissera passer derrière son comptoir. Ensuite on aura plus qu’à se laisser guider vers les combats et parier. Ça devrait être suffisant pour se fondre dans la masse et pouvoir approcher les types qui vendent des tickets pour les combats de Meguro et crois-moi, ils ne jouent pas dans la même cour. »
Jusque-là c’est disons… sans risque réel, sauf si un type pète un câble ou encore qu’un chien s’échappe de sa cage. De toute façon après l’avoir conduit aux portes de l’Enfer, il se ravisera et ne voudra pas la franchir. J’en suis certain.

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 25Messages : 180Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 285,000
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
06.07.18 12:40
Marcher ne l'avait jamais effrayé, au contraire. La marche était souvent synonyme qu'une bonne soirée venait de se finir, qu'elle se soit passée dans un bar ou dans un love hôtel. Même si, en l’occurrence, là, elle allait à peine commencer et offrirait un contenu divergeant à 180° de ce qu'il avait l'habitude d'avoir.

- Quand je dis que je compte dormir, je dors hein. J'ai joué avec personne d'autre que toi cette nuit alors fais pas ton jaloux.

Maintenant qu'il y repensait, sa soirée au casino avait été balayée comme une vulgaire feuille au gré du vent. Lui qui avait souhaité se détendre de ses deux semaines sans repos aucun, le voilà qu'il avait décidé de lui-même de repousser les nombreux réconforts que pouvaient lui offrir Tokyo. Quoique, à bien en juger, ce qu'ils s’apprêtaient à faire semblait bien plus divertissant qu'un simple lot de consolation.

Aina l'écouta sans broncher alors qu'ils traversaient les nombreuses rues les séparant de Shibuya. Le jeune croupier avait l'air de s'y connaître sur le sujet. Un minimum. Minimum qui leur ouvrirait certainement les portes de ce trafic de chiens alors minimum tout de même dont il ne se plaindra pas. Un large sourire étira les lèvres du jeune barman. Fallait le prendre pour un idiot pour essayer de lui faire croire qu'Akira n'était qu'un simple croupier. Vu l'attitude qu'il renvoyait, ça ne devait pas être la première fois qu'il se frottait au milieu sombre de la ville.

- Sur une échelle de 1 à 100, à combien j'peux te faire confiance que tu ne me laisseras pas crever là bas si les choses tournent mal?

Peu importe la réponse, Aina avait déjà fait son calcul pour le descendre à 0. De ce fait, jamais il n'avait été surpris, pas même lorsqu'un membre de leur groupe les avait trahis il y a deux ans de cela maintenant. C'était autant une manière de ne pas s'ouvrir aux autres que de se protéger d'éventuels imprévisibilités. De plus, au plus la réponse avoisinait les 1, au plus la personne était sincère et était digne de confiance. Alors qu'au plus elle s'approchait des 100, au plus il fallait se méfier.

- Et moi? Sur une échelle de 1 à 100, à combien tu penses pouvoir me faire confiance?

C'était marrant à chaque fois de savoir ce que les autres pouvaient penser de lui, qu'ils aient tords ou raisons d'ailleurs. Il n'avait jamais changé sa façon de vivre et sa vision des choses par rapport aux autres, mais c'était intéressant de connaître l'image qu'il renvoyait. C'était une information plus utile qu'il n'y paraissait.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Activité RP : 12Messages : 89Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki KeiAvatar : Aki -Sid MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 202,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
07.07.18 0:23
Nous marchons en direction de ce que je sais être une destination dangereuse. Je le sais et pourtant je nous conduis tout droit vers la gueule du loup. Ou du molosse en l’occurrence. Dire que je ne suis pas nerveux ou inquiet serait mentir et en même temps je suis excité mais surtout impatient en dépit du calme que j’affiche. Après une longue convalescence, il est peut-être temps que j’ose à nouveau faire face au danger. Kizuki est peut-être un signe du destin. Continuer à me laisser abattre et à m’occuper égoïstement de mes petites affaires ne me ressemble pas. Ça me donne même l’impression qu’ils ont gagné. Qui ça ils ? Je n’en sais rien. Les autres. Ceux qui aimeraient que cette ville reste tel quel. Ceux qui se font de l’argent grâce aux malheurs des innocents et des plus faibles. Ceux contre qui je suis parti naïvement en croisade il y a quelques temps déjà…

Sa question m’interpelle. Elle est pertinente et importante. Il y a un an je lui aurais répondu sans hésiter 100. Aujourd’hui très sincèrement je ne sais pas.
« Je ne sais pas. Je ne sais pas non plus si je peux te faire confiance. Les trahisons et les déceptions, j’en ai eu beaucoup dernièrement mais je veux encore garder espoir envers l’humanité. Sinon ça serait triste. Alors faisons juste notre mieux pour rester envie et entraidons-nous autant que possible. »
Je lui adresse alors un sourire sincère. Je le connais à peine et je ne souhaite pas sa mort. Il veut aller au-devant du danger alors allons-y. Je prendrais mes investigations là où je les ai laissées la dernière fois. Et si ça se trouve, tout ce qu’il me fallait c’était un compagnon de route.

Nous arrivons à destination et malgré l’heure il y a foule dans le bar au point qu’il faille jouer des coudes pour arriver jusqu’au comptoir. Nous ne sommes pas dans une boite de nuit mais bel et bien dans un établissement de débit de boisson et de jeu complètement illégal. Ici les paries pleuvent et les écrans aux images basses qualité diffusent différents types de combat et autre match dont les paris sont ouverts à tous. Pourtant aucun chien n’apparait sur les écrans. Eux, ils se regardent en direct pour des questions de discrétion puisqu’ils sont les premiers maillons d’un vaste réseau.

Pour être certain de ne pas perdre Kizuki, je lui empoigne le bras et ne le lâche qu’une fois arrivé contre le comptoir sale et jonché de verre tantôt vide, tantôt plein. J’attire immédiatement l’attention du barman. Il faut dire qu’avec nos petites gueules d’anges, on sort un peu du lot.
« Deux Mad Dog. »
Il nous fixe longuement. Je ne lui souris pas et soutiens son regard. Il finit par me répondre :
« Va falloir attendre un peu pour ça. Je vous sers quoi en attendant ? »
« On va prendre deux bières. »
Il acquiesce puis s’éloigne pour nous servir. J’attrape alors le haut du vêtement de Kizuki pour l’obliger à se rapprocher de moi. Lorsque nos visages se retrouvent très près l’un de l’autre, je lui glisse à l’oreille :
« La salle doit être pleine. On va attendre qu’il nous fasse signe pour entrer. »
Il y a tellement de bruit que pour nous entendre parler nous devons soit crier soit se chuchoter dans l’oreille. La seconde option étant la plus discrète surtout pour ce que nous envisageons pour le reste de notre nuit…

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 25Messages : 180Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 285,000
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
07.07.18 17:38
Effectivement, Akira semblait savoir s'y faire, même si le jeune barman ne comprenait pourquoi il fallait toujours jouer au dur pour être pris au sérieux. Il le faisait lui même naturellement dans certaines situations, mais il fallait avouer que ça en revenait au même qu'à faire le concours de qui avait la plus grosse. Il arqua un sourcil lorsque son compagnon l'attrapa par le t-shirt. Il n'avait rien dit lorsqu'il lui avait saisi le bras, mais l'attirer physiquement à lui de cette manière ou qu'on le touche tout simplement ne lui plaisaient pas vraiment. Enfin, il n'y avait que dans une seule situation qu'il aimait ça, et cette situation ne s'y prêtait pas. A moins qu'un petit tour ne vienne leur filet un coup de pouce

Alors qu'il regardait le barman se démener dans ses commandes dont la fin se faisait timide à voir, Aina passa devant le jeune croupier pour se retrouver face à face, s'appuyant sur le comptoir derrière lui histoire de ne pas se retrouver complètement avachi sur lui. Il se pencha vers l'avant afin que ses lèvres se rapprochent de son oreille, son corps ne faisant qu'effleurer le sien.

-Tu vois le mec au fond à droite derrière moi? Je te dis ça au cas ou, mais ne regarde jamais sa cicatrice. Un jour un mec a osé le faire et s'est retrouvé avec une balle dans la gorge.  Et je ne te parle même pas du bain de sang qu'il avait créé juste après dans le bar.

Ce type était de la pire race. Il était de ceux qui n'hésitaient jamais à tirer. Rien qu'une contrariété était une bonne raison pour presser la détente. Et il y en avait d'autres comme ça qu'il reconnaissait dans l'établissement. Aina passait quasiment tout son temps dans les sales quartiers mal famés alors au bout d'un moment, il avait appris à connaître certaines personnes. Par observation ou lorsqu'il allait leur parler en quête de divertissement. Heureusement qu'il ne s'était encore jamais mis à dos ceux présents ici.

Son collègue de métier leur apporta leurs bières. Aina, malgré son comportement, était plus cocktails que bière, mais il ne refusait jamais un verre. L'alcool et lui, c'était une histoire d'amour qui avait commencé en grandes pompes.

Tandis qu'il avançait son bras pour s'approprier son brevage, il sentit plus qu'il ne vit une main tâter ses fesses. Euh oui c'était pour quoi? Aina avisa son acolyte d'un oeil interrogateur avant de deviner qu'il s'agissait du mec qui venait de passer. Alors ouais, mais non. Ça n'allait pas le faire. Il se retourna et posa une main sur son épaule pour la retenir. Épaule qui accueillit bientôt son bras en entier. Akira n'avait pas besoin de lui dire, il savait qu'ils ne devaient pas trop se faire remarquer. De plus, commencer une bagarre avec autant de monde relevait au suicide vu les hommes qu'ils connaissaient avoir le sang chaud, et bien plus chaud que le sien.

- Ça te dirait un paris avec moi sur le prochain match qu'il y a à la télé beau brun?

Le lieu semblant s'y prêter, il ne verrait donc pas de soucis à accepter. La réponse le conforta dans son idée et un large sourire naquit sur ses lèvres.

- Tu gagnes, je t'offre mon cul. Je gagne, tu me donnes ton doigt.


Aina n'était pas Yakuza et en avait même rien à foutre de ce système. Une dignité. Que ce soit chez l'un ou l'autre.  Voilà ce qui était en jeu. S'il gagnait l'autre allait devoir vivre avec cette honte.  S'il perdait il devrait subir la prostitution. Même s'il trouverait certainement un moyen pour lui de s'en sortir et que son pote ne le laisserait jamais dans ce genre de merdier. Ouais. Aina était de ce genre là, à parier au quitte ou double. Et pour le moment, cela lui avait toujours été bénéfique.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Activité RP : 12Messages : 89Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki KeiAvatar : Aki -Sid MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 202,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
08.07.18 6:54
Kizuki se décale légèrement et voilà que je me retrouve pris en sandwich entre le comptoir et lui. Il me glisser ensuite quelques mots à l’oreille, me donnant ainsi des indications sur quelques clients de sa connaissance. J’arque un sourcille en écoutant son histoire tout en me demandant s’il me fait marcher ou s’il est sérieux. Si c’est le cas, il va falloir que je me pose de sérieuse question sur lui. Il n’a rien d’un gars ordinaire. Il n’a d’ailleurs rien en commun avec moi malgré les apparences. Ce monde il le connait bien, non pas parce qu’il l’a exploré comme moi. Non, il en fait parti et ça fait toute la différence pour moi. Ceci étant dit, ça ne m’empêchera pas d’aller aux bouts des choses avec lui. Après tout je me suis engagé et à aucun moment il ne m’a trompé sur sa nature. Au final je ne fais que le découvrir petit à petit et lorsque je le connaitrais mieux, je pourrais alors le juger et savoir s’il est digne ou non de confiance.

Nos bières ne tardent pas à arriver. Je les paie puisque je les ais commandé et laisse Kizuki se servir en premier. Vu notre programme de la nuit, mieux vaut éviter les excès. Voilà pourquoi mon choix s’est spontanément tourné vers cette boisson sans que je ne demande l’avis de mon compagnon d’une nuit. Je ne le connais pas encore très bien mais mon petit doigt me dit qu’il ne doit pas être du genre très raisonnable.

Alors que je range mon portefeuille avant de prendre ma bière, je vois Kizuki me regarder d’un air surpris. Je l’interroge du regard avant de comprendre à l’expression de son visage que je ne vais pas aimer la suite… D’ailleurs tout va très vite. Il rattrape le mec qui venait de passer près de nous et lui propose un putain de parie à la con ! Mais sérieux ? Il croit que c’est le moment ? Et j’n’en ai rien à faire du pourquoi et du comment ! On n’est pas là pour ça !

Avant que l’autre ne réponde je me mets entre eux mais surtout je me plante devant Kizuki :
« C’est une blague j’espère ? Je croyais qu’on était ensemble cette nuit ! T’as déjà oublié pourquoi je suis là ? Je tourne le dos et tu vas déjà voir ailleurs ? »
Fini la discrétion puisqu’en réalité je ne lui parle pas vraiment. Je veux que l’autre entende et avec un peu de chance Kizuki en profitera pour fermer sa grande gueule et ravaler sa fierté.
« Je te préviens, c’est lui ou moi. Mais si c’est lui, moi je me casse tout de suite et ça ne sera pas la peine de ramener ta gueule devant moi pour continuer ce qu’on a commencé, parce que ça sera non. »
Et je suis sérieux. Je ne suis pas là pour perdre mon temps avec ce genre de connerie. Maintenant s’il n’est pas capable de se concentrer sur nos objectifs, tant pis pour lui. Même si je sais que je ne pourrais pas le laisser tout seul dans cette galère. Il serait capable de s’attirer encore plus d’ennui. Surtout si le barman le laisse entrer dans l’arrière cours.

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 25Messages : 180Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 285,000
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
08.07.18 9:58
S'il avait oublié pourquoi ils étaient là? Aucune chance. Et c'était d'ailleurs pour ça que lui, il était resté discret. Plusieurs regards dont certains qu'il aurait aimé ne pas attirer se posèrent sur eux et les gens se reculèrent, comme pour laisser un cercle d'espace aux trois sources d'emmerde. Fait chier. Aina n'aimait pas être un centre d'attention, mais apparemment Akira en avait plus rien à foutre. Autant lui il aimait se foutre dans des situations pas possible, autant son compagnon adorait se faire remarquer. Discrétion zéro avec lui.

- Toi, t'as pas peur de tourner le dos à un obsédé.

Obsédé qui le regardait d'un mauvais œil ceci dit. Son pari avait dû très clairement le refroidir et faire bouillonner le sang qui était en lui. Très contradictoire effectivement. Avec ce genre d'enjeux, il y avait deux réactions possible : la méfiance, ou la sous-estimation et à priori, ce fut le premier qu'il avait éveillé auprès du brun.

- Ce soir tu passes avant tout et tu le sais, mais, chéri, si toi t'aimes écarter les cuisses quand on te pelote le cul, c'est pas le cas de tout le monde. Surtout par le premier couillon qui passe.

Apparemment l'insulte passa mal aux oreilles du-dit couillon qui lui fonça dessus sans tergiverser davantage, envoyant valser Akira sur des spectateurs aux oreilles assez fines pour avoir envie de tenter une ou deux mains baladeuses sur le corps ainsi offert. Aina s'y attendait et put de ce fait éviter la première droite qui lui était destinée et enchaîner sur un direct du droit. Dire que si Akira n'était pas intervenu, le problème aurait été vite solvé avec le résultat de leur pari. Néanmoins, l'échange ne dura que quelques coups, puisqu'un sifflement seconda la raideur du corps de son assaillant. L'instant d'après, le corps s'étalait de tout son long au sol.

Aina profita du silence momentané créé par la surprise pour tourner la tête et poser son regard sur l'homme à la cicatrice qui s'était approché d'eux, silencieux à la main. Il lui fit un signe de tête, plus pour le saluer que pour le remercier. Il n'avait rien demandé et n'était pas en situation aussi dangereuse que la fois où il l'avait aidé. A son avis, il avait certainement profité du brouhaha causé par leur altercation pour s'acquitter de sa dette. Quand le jeune barman disait qu'il était irascible, il l'était vraiment. Et rien qu'un événement aussi anodin que celui-ci pouvait le faire sortir de ses gonds. Ce mec n'était pas commode, et il fallait mieux l'avoir dans son camps qu'en face.

Ce genre d'incident était tellement fréquent dans les bas-quartiers que l'ambiance du bar reprit sa place naturellement et le brun fut rapidement oublié tandis qu'il se faisait embarquer pour se faire jeter à la rue, mort. Toucher un cul et perdre la vie, c'était triste comme sort, mais Aina passait déjà à autre chose alors qu'il retournait au comptoir, s'adressant à un Yagami passablement énervé.

- Bah alors? Il t'en faut aussi peu que ça pour ne plus savoir tenir sur tes jambes? lui fit-il, railleur.

L'étudiant grimaça alors qu'il portait la bière à ses lèvres. Il y porta une main et put apercevoir une traînée de sang sur cette dernière lorsqu'il l'éloigna. Cet enfoiré avait eu le temps de laisser une marque avant de s'éteindre apparemment. Il soupira et ne s'en formalisa pas plus que cela, laissant l'alcool glisser tendrement dans sa gorge assoiffée.




Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Activité RP : 12Messages : 89Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki KeiAvatar : Aki -Sid MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 202,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
08.07.18 11:40
« Non. »
Je n’ai pas peur de tourner le dos à un obsédé et si jamais il s’avise de me… Je n’ai pas vraiment le temps de finir de penser ma phrase que Kizuki enchaine les répliques qui me laissent sans voix. Non mais il est taré de me dire ça ? Avant même que je ne puisse dire quoi que ce soit, je me retrouve projeté contre les autres clients qui se sont attroupés autour de nous. Un peu sonné, je mets du temps à me relever pour prendre la bagarre en cours ou plutôt pour assister à son épilogue. Tout est allé si vite ! Et avant que je ne comprenne vraiment ce qui est en train de se passer, le type qui avait une altercation avec Kizuki se retrouve étendu sur le sol. Il est… mort. J’adresse un regard horrifié à mon compagnon d’une nuit mais réalise rapidement qu’il n’y est pour rien. C’est ce type à la cicatrice qui est intervenu. Apparemment ce que Kizuki m’avait raconté sur lui n’était pas des histoires. Je déglutis avec difficulté alors que le mort est trainé dehors et que les autres clients reprennent leurs activités comme si de rien n’était. On est dans les bas-quartiers et ce genre d’altercation est monnaie courante. J’en sais quelque chose pour faire parti de ce monde depuis presqu’un an.

La vie reprend son cours dans le bar et lorsque mon regard se pose sur lui, je sens à nouveau la colère m’envahir, notamment en repensant à la manière dont il est s’adressé à moi mais surtout ce qu’il a osé me dire devant tous ces gens !
« Alors toi… tu vas juste la fermer. »
Je presse mon index contre son torse et efface un peu plus la distance qui me sépare de lui afin qu’il soit le seul à pouvoir entendre ce que je dis et tant pis si nos visages se retrouvent très près l’un de l’autre. De toute façon je ne suis plus à ça près. Là tout de suite, je suis furieux et pas seulement à cause de ce qu’il m’a dit mais surtout à cause de la situation dans laquelle il nous a mis tous les deux ! C’était stupide et inutilement dangereux !
« Premièrement tu ne m’appelles plus jamais chéri, ok ? Deuxièmement je n’écarte pas les cuisses quand on me pelote le cul, ok ? Et t’avise pas d’essayer sinon tu vas te prendre mon poing dans la figure ! Et troisièmement… »
C’est à cet instant précis que le barman pose nos deux Mad Dog sur le comptoir. Je le regarde du coin de l’œil, grogne un juron entre mes dents puis ajoute :
« Tu saignes. Allé viens, on y va. »
Je sors un mouchoir en papier et le pose contre sa lèvre légèrement fendue avant de payer nos consommations, de prendre mon verre et de partir en direction de la porte dans le fond où deux gorilles nous attendent. C’est là bas qu’ont lieu les combats de chien et plus vite on y sera, plus vite je serais débarrassé de ce type. D’ailleurs je sens que je vais fulminer de rage pendant un moment.

Nous passons la porte et empruntons un couloir menant vers la cours intérieure. D’ici on entend clairement des aboiements. Je ne parviens pas à distinguer ceux des molosses des chiens normaux mais ça n’a pas d’importance. Les chiens génétiquement modifiés qu’on va trouver ici n’ont rien à voir avec ceux qui m’ont attaqué. Ils seront sans doute beaucoup plus petits et beaucoup moins agressifs. En général les molosses qu’on trouve à Shinjuku sont ceux qui sont les plus faciles à maitriser. Pour voir les vrais monstres, il nous faudra attendre Meguro mais avant d’y aller, nous devons nous faire des contactes ici.
« Maintenant c’est à toi de jouer. Parie et fais-toi remarquer. Avec un peu de chance on se fera accoster par des mecs qui organisent les combats de chiens de Meguro et qui cherchent de nouvelles têtes. »
Je suis encore un peu fâché. Il doit le sentir à mon ton un peu sec mais j’imagine que ça me passera. D’ailleurs pour me calmer je bois une grande gorgée de Mad Dog en sachant pertinemment que ce n’est pas raisonnable dans la mesure où il s’agit d’un mélange d’alcool fort. Mais tant pis, j’en ai besoin là tout de suite pour m’aider à faire disparaitre ma mauvaise humeur.

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 25Messages : 180Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 285,000
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
16.07.18 20:40
S'il continuait de le toucher avec son doigt, il allait finir par le bouffer, si ce n'était l'encastrer dans un mur. On ne le touchait pas, et surtout pas pour faire sa mijaurée vexée. Il soupira puis finit sa bière d'une traite avant de s'approprier sa nouvelle boisson qui s'avérait beaucoup plus alcoolisée et suivit Akira. Des aboiements canins pouvaient déjà résonner entre les murs du couloir qu'ils empruntaient, mais les cris d'encouragement qui lui agressèrent les oreilles à peine ils avaient pénétré dans la cours furent définitivement ce qui lui arracha un large sourire.

Le meilleur spectacle, c'était celui qu'offrait tous ces gens à s’égosiller sur ces paris aussi intéressants qu'une grand mère en promenade. Il n'y avait pas de réels enjeux, outre l'argent, et ce n'étaient que des chiens. Des animaux ouais, et il entendait déjà tous ces hypocrites crier au scandale alors qu'ils évitaient soigneusement du regard tous ces mendiants qui peuplaient les rues.

Sans faire cas du ton qu'employait son compagnon à son égard, Aina s'approcha de l'intérieur du cercle formé par la masse, et ses yeux remplis d'excitation dévisagèrent un à un toutes les personnes ici présentes. Tout ces gens étaient pathétiques, tellement ils mettaient d'ardeur dans ces paris, confiant à l'idée de faire partie de la cours des grands vilains alors qu'ils s'extasiaientt sur un malheur animal. Soit par ennui, soit pour oublier leur propre malheur.

- J'me demande s'ils seraient autant enjoués s'il y avait des Hommes à la place de ces chiens.

En tout cas, si un jour Tokyo proposait ce genre de paris, nul doute que Aina en deviendrait facilement accro. Les désillusions et déchéances humaines étaient pour Aina la meilleure des choses que pouvait lui offrir la ville. Un vrai délice.

Comme à l'intérieur du bar, il reconnaissait quelques têtes, et c'était dans ce genre de moment qu'il se remerciait d'avoir passer toutes ces années à vagabonder dans les rues malfamées de Tokyo. Alors que certains y perdaient la vie, d'autres récupéraient des connaissances. Après avoir bu une grosse gorgée de son breuvage enchanteur, l'étudiant fit signe à Akira de le suivre.

- C'est plutôt toi qui va devoir te remarquer en fait. Au moins avec celui-là.


Il ne savait pas si le gars vers qui il les emmenait pourrait leur servir à grand chose, mais l'ayant déjà croisé au casino, il le savait joueur. Joueur aux mains baladeuses, certes, mais joueur tout de même. Après avoir donné du coude pour passer, il s'arrêta à mi-chemin pour lui passer la moitié de la somme totale qu'il possédait.

- Tiens, c'est ce que j'ai gagné au casino, prends le. Le type que j'vais te faire rencontrer est du genre à aimer les nouvelles têtes toutes innocentes comme la tienne. Et vu qu'il me connait déjà bah...

Il haussa les épaules. En fait, ils ne se connaissaient pas vraiment. La seule fois où ils s'étaient parlés était lors d'une soirée il y avait deux ans de cela sur un bateau, puis n'avaient fait qu'incliner la tête lorsqu'ils se croisaient au LucidDream.

- Fais juste attention à pas te faire bouffer.

Tout deux dominants lorsqu'il s'avérait être une partie de jambes en l'air entre hommes, ils avaient vite déduits qu'ils n'étaient pas compatibles et s'étaient quittés après une petite heure de discussion. Maintenant qu'il y repensait, ce gars avait été un vrai moulin à paroles.

Une fois à sa hauteur, Aina posa une main sur l'épaule du gars avant de lui faire une accolade amicale. S'il le considérait comme un pote? Même pas en rêve. Et cette soirée lui dévoilera s'il aurait au moins l'honneur de servir en tant que pion.

- Hey mec! Comment tu vas? J'te présente Akira, un pote à moi. Dis, ça te dérangerait de l'aider un peu pour les paris? Il est un peu trop timide pour oser faire de lui-même, et j't'avouerai que moi-même j'y connais pas grand chose.

Kizuki resta un petit moment à écouter des explications toutes aussi logiques les unes que les autres, mais bon, puis s'écarte du duo après avoir fait signe à Akira de son départ, sans se faire remarquer par l'autre gars. S'il restait, il ne risquait pas d'en tirer quelque chose. Si quelqu'un pouvait bien l’intéresser et lui soutirer les verres du nez, c'était le Yagami, pas lui. Au prix de quoi, ça, il ne le savait pas encore, mais bon, il n'allait pas être le seul à se mouiller dans l'histoire.

Un groupe d'hommes au loin avait attiré son attention, et c'est sans gêne qu'il s'engouffra dans la masse pour s'en approcher, pariant sur l'un des deux chiens au passage.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Yagami Akira

Date d'inscription : 02/04/2018Activité RP : 12Messages : 89Multi : Hisakawa Kohaku - Tokugawa Ryosuke - Kurosaki KeiAvatar : Aki -Sid MasculinEmploi : Croupier / étudiant¥ : 202,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
16.07.18 23:42
Je lui adresse un regard surpris tout en le suivant dans la foule. Mais qu’est-ce qu’il a encore en tête lui ? Et pourquoi je le laisse m’embarquer là-dedans ? Avant que je ne réalise ce qui se passe nous nous retrouvons avec ce qui s’avère être une de ses connaissances mais également un habitué de ce bar et des paries. Et merde Kizuki ne me dit pas que… Si, il m’abandonne entre les mains baladeuses de ce pervers. Je commence à comprendre pourquoi il m’a dit de faire attention à pas me faire bouffer. Si j’avais su, j’aurais pris les devants et j’aurais trouvé une autre solution pour avoir des places pour Meguro. Enfin j’imagine que c’est trop tard et que je pourrais difficilement avoir ce que je veux si je me défais trop brutalement de ce type.

Du coin de l’œil, je vois Kizuki au loin. Au moins il ne m’a pas complètement largué. Je vide d’un trait le peu d’alcool qui me reste dans mon verre tout en écoutant le gros lourd qui se tient à mes côtés. Je joue les minets ignorants comme je sais si bien le faire, amenant doucement la conversation vers la possibilité de voir de plus gros chiens, bien plus féroces que ceux qu’on voit ici. Il hésite mais mon sourire d’ange le fait craquer surtout quand je lui promets d’être particulièrement gentil avec lui. Ça en est presque trop facile. Surtout qu’il a des places sur lui. Il veut juste me les montrer dans un coin tranquille et discret. Je retiens un soupir de lassitude et affiche mon sourire le moins crispé avant de le suivre, jetant un regard noir à Kizuki alors que je me laisse entrainer vers les toilettes. Ce sale con me le paiera mais j’aurais ma vengeance quand il se fera dessus en voyant les molosses de Meguro.

Contrairement aux apparences, je ne suis pas un garçon frêle et fragile, mais surtout je ne suis pas sans défense. Quand je dis ça, je ne parle pas du flingue que j’ai toujours sur moi. Lui, je ne l’utilise jamais sur les humains. Pour les mecs comme celui que je suis jusqu’aux toilettes mes quelques années de muay thai sont amplement suffisantes.

Avant de faire quoi que ce soit, je demande à voir les places. Ce sont des tickets d’entrée tout ce qu’il y a de plus vrai. J’en ai déjà vu mais également tenu alors je sais qu’il ne me roule pas. Par contre, c’est lui qui va avoir une sacrée surprise s’il croit qu’il va avoir le droit de me faire ce qu’il veut. D’ailleurs il ne tarde pas à déchanter notamment lorsque sa tête heurte la cuvette des toilettes. Je crois que je ne lui ai rien cassé. Peut-être qu’il aura le poignet un peu foulé et une affreuse migraine mais il s’en remettra vite.

Le type est inconscient à mes pieds lorsque je sursaute en entendant la porte des toilettes s’ouvrir. C’est Kizuki. Je lui adresse un regard contrarié et lui montre les billets en déclarant :
« C’est trop tard pour y aller ce soir. Filons vite d’ici avant d’avoir des ennuis. »
Je ne tiens pas à être pris dans une bagarre générale. Après tout vu la clientèle, j’imagine bien qu’il ne leur faut pas grand-chose pour avoir envie de cogner le premier venu.
« Je suis claqué et j’ai besoin d’une nuit de sommeil. »

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 25Messages : 180Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 285,000
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
17.07.18 1:17
Au cas ou, Aina entra dans les toilettes, histoire de vérifier dans quel état se trouvaient les deux hommes. Il espérait qu'Akira ait réussi à jouer les allumeuses, après, s'il s'avérait qu'il avait aussi décidé de profiter d'un bon coup de queue, c'était tout à son honneur et il retournerait dans la cours pour le laisser prendre son pied un moment. Après tout, après une bonne journée de boulot, une bonne partie de jambe en l'air était grandement appréciée et il soupira à cette idée. Deux semaines de stage couplés au boulot au BirdCage. Autant dire que les occasions pour s'offrir un moment de plaisir s'étaient comptées sur les doigts d'une main.

Au final, de ce qu'il comprit, le gars n'avait pas eu trop de chance avec Akira. Non mais. Il aurait pu éviter de l'assommer comme ça. Comment il allait faire lui, lorsqu'il retomberait dessus? Il n'aurait même pas la possibilité de s'en servir!

Le voyant déjà prêt à prendre la poudre d'escampette, Aina le retint par le bras, attirant son regard sur un trousseau de clefs qu'il fit tourner autour de son index, sourire vainqueur aux lèvres.

- Avant de partir, j'aimerais qu'on passe d'abord quelque part.

Malicieux, Aina laissa planer le secret de leur destination alors qu'il lui lâchait le bras pour se diriger plus loin, beaucoup plus loin, à l'intérieur d'un grand bâtiment caché en partie par l'établissement et la grande cours intérieur. En prenant part aux paries, il avait ferré un gros poisson et s'était retrouvé à draguer l'un des organisateurs de la soirée. Le gars était venu de lui-même à lui tandis qu'il pariait un peu au hasard. De ce qu'il avait compris, il l'avait déjà vu auparavant alors qu'il était encore informateur pour son ancien groupe. Pour être franc, à la nouvelle, Aina avait imperceptiblement été pris de surprise. Il avait toujours réussi à passer entre les mailles du filet et très rares étaient ceux qui pouvaient l'identifier à ce groupe. Kizuki était passé maître dans la discrétion tant il paraissait inoffensif aux yeux des gros malfrats de Tokyo. Toutes les situations dans lesquelles il était intervenues s'étaient déroulées de manière totalement naturelles. Alors qu'il répondait ouvertement aux avances de l'organisateur, intérieurement, Aina était déjà en train de faire le point. Si l'information avait fuité, cela ne pouvait venir que d'une seule et unique personne.

Agile de ses doigts et regards, il ne lui avait cependant pas fallu très longtemps pour lui dérober ses clefs, entreprenant qu'il était. Clefs qu'il enfonça dans la serrure pour déverrouiller la porte. Il se demanda de combien de temps il disposait avant qu'il ne se mette à le chercher d'ailleurs, puisqu'il avait prétexté devoir aller chercher son pote aux toilettes pour éviter qu'il ne se fasse violer. Hey, ça avait été à moitié vraie en plus!

Aina se tourna vers le Yagami et lui fit signe d'être silencieux avant d'ouvrir la porte et de s’engouffrer à l'intérieur. Silencieusement, il la referma derrière l'autre jeune homme et lui attrapa la main alors qu'il cherchait apparemment l'interrupteur.

- Cht, n'allume pas, sinon tu vas les réveiller. Utilise plutôt la lumière de ton téléphone pour éclairer, lui chuchota-t-il à l'oreille, après avoir cherché à tâtons cette dernière.

Plusieurs ronflements bien distincts leur arrivèrent aux oreilles et les lèvres d'Aina se fendirent dans un large sourire.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Contenu sponsorisé


Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: