Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

自由になりたいっす[Ft Fujiwara Yoshimaru]
 :: La zone des vermines :: Shibuya :: Harajuku

Aller à la page : Précédent  1, 2

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
02.07.18 23:33
Il voulait se la jouer intimidant? Très bien. Aina ne quitta pas une seule fois ses yeux du regard. Jamais il ne s'était senti en état d'infériorité devant un Yakuza, et encore moins devant Yoshimaru. Il le savait sérieux, mais ce n'était qu'un Homme, tout comme lui. Il avait certes plus de pouvoir et d'autorité que lui, pauvre citoyen ordinaire de Tokyo qu'il était, mais au fond, ils étaient semblables. Ils avaient une tête, un cœur, deux bras et deux jambes, et avaient très certainement été façonnés dans le ventre de leur mère. A l'origine, il n'y avait pas de différences. Aina s'obstinait à, lorsqu'il parlait avec quelqu'un, faire abstraction de tout ce système de famille, Yakuza et autres délires du genre. Il prenait bien sûr en compte la puissance qu'ils avaient en mains, mais ni ne baissait la tête, ni ne rougissait sur ses origines. Il n'éprouvait guère de jalousie également.

Cependant, il ne put retenir un sursaut dans son cœur alors que son corps se contractait aux dires de son patron. "C'est toi qui pressera la détente". Il ouvrit la bouche mais la referma aussitôt tandis que ses doigts partirent jouer ensemble, nerveusement. Pensif, il ne détourna toutefois pas le regard, se perdant dans les onyx noirs de Yoshimaru, en quête d'une réponse, d'une échappatoire. Il avait la gorge serrée et l'idée de tuer un homme l'excita autant qu'elle l'effraya. Ces derniers temps, la tentation ne faisait que ça, de lui tendre la main pour ensuite se cacher et passer son minois à travers la porte, titillant le jeune homme au plus haut point.

- Pourquoi c'est toujours comme ça avec vous? Vous ne connaissez que la facilité. Dès qu'un truc vous échappe vous tuez.

Plusieurs fois, il avait été témoin de cette réalité. Il en avait vu des règlements de compte dans la rue et des exécutions, comme celle des parents de son pote. Face au spectacle, il n'avait jamais sourcillé. La mort des autres ne le touchait pas. La mort de son propriétaire ne le toucherait pas non plus. Il y avait juste cette putain de fierté qui lui soufflait que s'ils le tuaient, cela reviendrait à accepter sa défaite.

- Et qu'est ce que t'essayes de faire de moi hein? J't'ai déjà dit que j'étais pas un meurtrier, et j'vois pas ce qu'avoir une paire de couille à avoir avec ça. Si tout le monde t'écoutait, Tokyo serait en ruine avec vos conneries. "Il fait chier alors je le tue". Non mais vous vous écoutez franchement? C'est limite plus l'anarchie par votre faute que par la faute des gangs de la rébellion. Une organisation mon cul!

La colère faisait de nouveau son grand retour pour le protéger. Le protéger de cette frontière qu'il désirait tant traverser. Il voulait le voir crever et être celui qui presserait la détente. Mais il avait promis. Qui sait ce qu'il deviendrait une fois qu'il aurait franchi la limite.

Aina se mordit la lèvre alors qu'il se levait et allait vers sa fenêtre pour lui faire prendre l'air et lui éviter de fracasser sa table. Son énervement n'était pas totalement tourné vers Yoshimaru. Il avait totalement raison. Tuer pour ne pas être tué. Les vies des citoyens il en avait rien à cirer et la situation à Tokyo le régalait parfaitement. Il en avait marre de toujours devoir se battre contre cette putain de distorsion qui lui martelait l'esprit tous les jours depuis la naissance de sa sœur.

- Je veux pas le tuer. Ça serait trop facile, c'est comme si j'avais perdu face à lui. C'est peut-être idiot pour toi, mais j'ai jamais tué personne, alors comprends un peu que se résoudre à ça, c'est comme si j'abandonnais.

Se tournant vers le Yakuza, l'étudiant passa une main dans ses cheveux, un peu calmé. Aina, c'était le genre de boule qui explosait d'un coup mais redescendait très vite. Il disait ce qu'il avait à dire, pété un coup puis passait à autre chose. Il n'était pas rancunier.

- On y va. Mais on essaye de lui faire peur, ou j'en sais rien. Mais si tu veux vraiment m'aider, essayes au moins de trouver une alternative à celle d'appuyer sur la détente.




Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
03.07.18 14:42
自由になりたいっす

2060年05月

Aina me fait penser à ma fille, parfois. Lui aussi il fait des petites colères comme Tomoe, avant de finalement se plier face à l'autorité.
Il ne veut tuer personne. Il ne veut pas avoir de sang sur les mains, probablement pour avoir la conscience tranquille. C'est à ça que nous servons, nous les Yakuza : à faire le sale boulot. J'ai choisi cette vie de gangster en connaissance de cause.

« Si tu n'es pas capable de le tuer toi-même, c'est que tu ne le hais pas autant que tu le prétends. »

Je bois une nouvelle gorgée de son ignoble Sencha et repart à la fenêtre fumer une nouvelle cigarette. Aina me stress, c'est un fait. C'est pour ça que je fume autant quand je suis à côté de lui. Je préfère m'en griller une plutôt que de lui envoyer mon poing dans la gueule. Je manque de m'étouffer quand il me dit qu'il veut y aller maintenant pour négocier sans tuer le bonhomme.

« Aina. Regardes-moi attentivement. Est-ce que j'ai l'air d'un Yakuza dans ton tee shirt et un vieux pantalon comme ça ? On dirais que je me suis chié dessus tellement c'est large et mal coupé. »

Jamais je ne mettrais ça de mon plein gré. C'est seulement parce que je n'ai pas le choix. Non, décidément ces fringues là sont dégueulasses c'est définitif. C'est comme ça que les jeunes s'habillent aujourd'hui ?... J'imagine même pas l'inconfort de ce truc si tu ne portes pas de caleçon, avec les valseuses qui se baladent un peu trop librement. Ce genre de fringues c'est un coup à se faire une torsion testiculaire ! C'est dangereux, ça devrait être illégal. Et aussi parce que c'est moche, un peu comme les crocs c'est horrible.

« J'ai toujours fait très attention à mon apparence. Ma mère était mannequi, mon père directeur d'un magazine de mode. Alors je peux pas sortir comme ça. Je préfère encore y aller à poil, tellement c'est moche. »

Superficiel. Oui, je le suis et c'est indéniable. Narcissique aussi... Mais c'est une autre histoire.

« Ton type, il va me voir débarquer fringué comme un hippie qui fume des gros joints, il va bien rigoler. Alors c'est hors de question qu'on y aille ce soir. »


I'll shoot you down, don't mess with me

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
05.07.18 12:13
Aina haussa simplement les épaules lorsque son patron lui fit part de son avis. Sa volonté de garder sa promesse était juste plus forte que sa colère actuelle. Il l'avait insultée, ça ne méritait pas qu'il fasse passer les vœux de sa sœur au second plan. Yoshimaru pouvait penser ce qu'il voulait, ce n'était qu'un Yakuza qui se croyait bien supérieur à force de savoir appuyer sur une détente. Un sourire en coin étira les lèvres du jeune barman. Sauver une vie était bien plus compliqué qu'en subtiliser une.

Alors que Fujiwara l'interpellait, voilà qu'il jouait déjà les petites pétasses de famille riche.

- Et bien t'as qu'à remettre ton pantalon trempé, j'doute très fort qu'il te prenne plus au sérieux avec ça et le nez coulant, fit-il en pointant le tissu tout dégoulinant qui pendouillait sur le rebord de chaise.

Aina posa sa serviette sur le dos du fauteuil et avisa une nouvelle fois la tenue qu'il avait prêtée au proxénète. Ok, il n'y avait aucune classe là dedans, mais il fallait dire que son aîné avait beaucoup moins l'air d'avoir un balai dans le cul. Sans vouloir manquer de respect, il devrait se prendre un doigt ou deux, ça devrait le détendre.

Maintenant qu'il y pensait, il avait un smoking étendu dans la salle de bain. Il avait mis des mois à se le payer, alors ça ne devait pas être de la trop mauvaise qualité, même si elle devait être loin derrière comparée aux tenues que Yoshimaru mettait. Boarf. Non, c'était mieux de le voir faire sa princesse. En plus de ça il l'entendait déjà râler parce qu'il n'avait pas eu le temps d'aller le faire repasser.

- Alors, déjà tes clichés de merde tu te les mets où je pense hein. Ensuite, tu crois vraiment qu'il va nous attendre gentiment jusqu'à demain?

Déjà qu'il lui était tombé dessus chez lui sans prévenir. Avec la balle qu'il s'était prise, il doutait que son proprio' rentre sagement chez lui en sachant que son gentil locataire était blessé. Aina non plus, ne se voyait pas attendre que Monsieur aille chez lui prendre un bon bain, se reposer, se parfumer et ensuite revêtir une tenue qui puait la richesse. En attendant qu'il se prépare, l'étudiant aurait le temps de se faire tuer une dizaine de fois.

- Ca m'étonne qu'ils ne soient pas encore repassés par ici mais ça ne saurait tarder. Et s'ils ne me trouvent pas, ils iront au BirdCage au bout d'un moment. T'as cru t'avais le temps de te faire belle ou ça se passe comment?

Dépité, Aina débarrassa les tasses de thé qu'il lava directement. S'il laissait traîner, il le savait, la vaisselle pouvait attendre une bonne semaine avant d'être faite. Y'avait qu'à voir les semaines où il vivait en réclusion totale outre le boulot pour bûcher sur ses cours avant un examen.

- T'as une voiture, alors j'peux t'accorder à la limite que tu passes chez toi te changer, mais on attendra pas demain.

Il espérait sérieusement que son patron n'ait pas eu l'idée qu'ils allaient passer la nuit ici. Il n'avait que son fauteuil pour faire office de matelas, soit, un seul lit. Et il ne serait pas aller par terre, c'était hors de question.

- Si t'es pas content, rentre chez toi et fous moi la paix.

Déjà qu'il l'avait fait chier pour qu'il accepte son aide, si en plus il pensait qu'il allait pouvoir l'ordonner, il se foutait le doigt dans l’œil. Après s'être essuyé les mains, Aina attrapa une veste qu'il enfila, sauta dans ses baskets et se dirigea vers la sortie.

- J'compte pas attendre sagement qu'on vienne m'assassiner. Si tu m'accompagnes tant mieux, si non tant pis. Tu verras le résultat demain soir sans avoir le droit à aucun spoiler.




Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
13.07.18 22:28
自由になりたいっす

2060年05月

Même s'il me fait chier et que je ne l'avouerai jamais, Aina n'a pas tord. Ils finirons par aller le chercher au Birdcage. Mes hommes ne les laisseront pas entrer avec des armes, c'est certain. On interdit a nos clients d'en avoir sur eux pour raisons de sécurité depuis l'incident avec Kenta qui s'est fait à moitié tuer par un psychopathe le mois dernier. Certains râlent, d'autres comprennent et se plient bien gentiment à cette nouvelle règle. Je faisais déjà gaffe à mes putes avant, j'avais toujours quelqu'un pour les escorter elles et leurs clients à la chambre, histoire de dissuader certains types d'être un peu trop rudes avec mes putains. On est pas à Shinjuku. A Chuo, une catin avec des bleus et des marques partout ça ne rapporte rien.  

« On passe au Birdcage. »

Je prend mes clefs de voiture, mon paquet de clopes et descend avec mon barman pour monter dans ma berline noire. Voiture de Yakuza, celle que tous les types qui ont du fric ont pour rouler. Que ce soit à Tokyo ou même à l'extérieur, une grosse cylindrée étrangère noire aux vitres teintées, ça veut dire que la police n'oseras sans doute pas venir te faire chier. Même si tu te gares comme une merde devant le konbini du coin pour aller acheter un paquet de clopes.

Une fois Aina à côté de moi, je démarre et roule à peu près aux limitations de vitesses imposées. J'ai toujours conduit vite. Vite, mais bien tout de même. Le seul accident de voiture que j'ai eu, je n'étais pas au volant et c'est un type qui nous a foncé dedans avec sa moto. Il a déglingué la bagnole de notre Oyabun, a fait foirer une course poursuite et m'a envoyé à l’hôpital à cause d'une clavicule cassée. Depuis, il est obligé de bosser pour nous et payer sa dette. Si ça avait été à Tokyo ? Les mecs d'ici l'auraient tout de suite achevé sur le macadam.

« Tu restes en bas avec Jiro. Je reviens rapidement.  »

Je fais au plus vite pour remonter me changer chez moi. Bien entendu, Daisuke semble surpris de me voir débarqué fringué comme un vieux hippie toxico. Je dépose un baiser sur ses lèvres et caresse sa joue.

« Quelqu'un que je connaît a des ennuis. Je dois y aller, mais promis je reste en retrait. J'y vais avec trois gars, et je reviens sain et sauf. »

Depuis l'accident avec Nagato... Comment dire ? Mon mari a besoin que je le rassure tout le temps sur mon travail. Et je viens de lui dire la vérité. Je n'ai juste pas précisé que ce quelqu'un s'avérait être Aina.


I'll shoot you down, don't mess with me

Contenu sponsorisé


Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: