Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Falling ✘ ft. Yukimura
 :: La zone des vermines :: Shinjuku :: Kabukicho

Sato Tsunade

Date d'inscription : 16/06/2018Activité RP : 12Messages : 43Multi : Yoshimaru - Kagami - Asami - KazukiAvatar : Kina ShenEmploi : Vendeuse à Armurerie Sato¥ : 176,000Crédits : VTP.
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
17.06.18 19:44

Falling



Quartier de merde. Qu'est-ce que je fous ici, déjà ?... Ah oui, c'est vrai. Un type avec qui j'avais rendez-vous m'a posé un lapin. Pourtant c'est lui qui a insisté lourdement pendant plusieurs semaines pour m'inviter à boire un verre. On devais se retrouver ici, à Kabukicho devant le sexshop qu'il tiens. Il a menti sur toute la ligne, finalement il est juste employé. Il n'est pas non plus le Yakuza haut placé qu'il prétendais être, il est à peine Shatei et il m'a avoué la queue entre les jambes que son patron lui avait demandé de faire des heures supplémentaires et qu'il allait devoir annuler. Je me suis faite jolie pour rien, ce soir. Il a même eu le culot de me demander d'attendre qu'il ait terminé le travail. Mon cul oui, je vais pas poireauter ici jusqu'à deux heures du matin alors qu'il est à peine vingt et une heures !

Après l'avoir traité de pauvre merde et lui avoir dit que ce n'était pas la peine de me rappeler, j'ai pris mes clics et mes clacs et je me suis cassée de là. La station de métro la plus proche étant en travaux, je dois donc marcher un peu plus loin. Avec mes escarpins, bien entendu. Ils sont jolis, je les aime beaucoup mais ils ne sont pas pratiques. Surtout à Kabukicho, là où les trottoirs ne sont pas entretenus. Il y a beaucoup trop de putes qui travaillent ici si vous voulez mon avis, c'est du coup à cause d'elles et de leurs clients que les pavés sont aussi usés.

Je râle donc intérieurement, pour ne pas m'abaisser au niveau des gens de Shinjuku qui savent faire preuve d'une vulgarité sans égard. A force de traîner dans les bas quartiers pour le travail, j'ai fini par apprendre un petit peu le dialecte local, le Shinjuku-ben. Mais je préfère ne pas l'employer, j'aurais l'air ridicule comparé aux natifs d'ici qui savent se montrer très inventifs quand il est question de jurons. C'est décidé, ma soirée est foutue alors je me tire d'ici pour rentrer à Nakano. J'irais au petit restaurant Chinois à quelques rues de chez moi pour prendre à emporter et j'irais manger dans mon canapé devant une série Netflix. Ce connard de Yukimori de toute manière ne méritais pas de voir ma petite culotte ce soir.

Alors que je presse le pas pour aller dans le métro, cette saloperie de trottoir de merde a raison de moi et de mes escarpins. D'une manière assez peu élégante, je me sens partir en avant et je sais que la chute va arriver. Soirée de merde, jusqu'au bout.

Heureusement pour moi, quelqu'un me rattrape à la volée et j'évite de m'écorcher les genoux ou de me faire une entorse. Le type me relève et je suis surprise de voir quelqu'un comme lui à Kabukicho. C'est le genre de beau mec un peu mature mais pas désagréable à regarder. La trentaine, propre sur lui et qui sent bon. Je le regarde et bafouille un petit remercient confus tandis qu’il me tend mon sac à main que j'ai fait tomber au passage :  

« Merci Monsieur... »

Je ne sais pas pourquoi, mais je soupire et commence à lui confier mes malheurs :

« Vous avez éviter de rendre ma soirée encore plus désastreuse qu'elle ne l'étais déjà. »


EXORDIUM.


When life gives you lemon, squeeze them in peoples eyes.

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Activité RP : 7Messages : 46Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa RyosukeAvatar : Kamijo MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 99,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
23.06.18 4:10
Je suis à la recherche d'un homme, à qui je ne veux pas forcément du mal. Il possède des informations qui pourraient m'être utiles et c'est à cette fin que j'essaie de lui mettre la main dessus. Malheureusement il s'agit d'une vermine sans adresse fixe, rodant dans d'obscure clubs de Kabukicho. Le contraire aurait été surprenant mais surtout trop facile. Quelles informations peut bien détenir un homme comme lui, au point de faire sortir un homme comme moi de son confort ? J'esquisse un sourire en imaginant l'expression du visage de mes proches s'ils apprenaient le but et la destination de mon escapade nocturne. Elle n'a d'autre fin qu'assouvir ma vengeance. Après tout, il me reste encore un homme à abattre. Le dernier. Le chef du groupe qui m'a pris tout ce qui m'était cher.  

Bien que plus de 20 ans ce soit écoulés depuis ce qui est arrivé à Osaka, j'en garde un souvenir encore douloureux. Mon cœur quant à lui est toujours rempli de colère. C'est peut-être la raison pour laquelle je n'ai jamais pu l'offrir à qui que ce soit. Je ne suis pas encore prêt à faire le deuil de ce qui s'est passé et je ne le ferais pas tant qu'un de ces monstres sera encore en vie.  

Ceci étant dit, j'ai malgré tout une vie bien rangée. À défaut d'avoir un compagnon ou une compagne fixe, j'ai un fils. Un garçon que j'ai adopté et qui suffit à mon bonheur. Peut-être parce qu'il porte le même prénom que feu ma petite sœur... C'est un peu malsain mais c'est malgré tout réconfortant. Comme à chaque fois que je sors chasser, je l'ai laissé seul à la maison. Kagami est grand maintenant. Il n'a pas besoin de baby-sitter et puis il est habitué à mes absences que nous mettons sur le compte de l'inspiration. D'une certaine manière ce n'est pas un mensonge puisque je me sers souvent de mes mésaventures pour mes romans, mais ça c'est un secret et nul n'a besoin de le savoir.  

Puisque c'est dans les bas-quartiers que se trouve ma proie, j'essaie de me fondre dans le décor. Ma tenue est simple, sobre et classique. J'ai opté pour du noir passe partout mais surtout pratique pour les éventuelles projections de sang. J'ai également noué mes cheveux comme j'ai pu. Du rouge sur du blond, c'est un peu voyant alors je ferais attention. Ainsi vêtu je passe pour un honnête citoyen... enfin pas si honnête que ça puisque je me retrouve à errer à Kabukicho.  

Alors que je prends le chemin d'une enseigne fréquentée par ma proie, je croise le chemin d'une étrange jeune fille aux allures de poupée. Je ne lui aurais prêté aucune importance si elle n'avait pas trébuché devant moi. Par réflexe, je l'ai rattrapé. Après tout comme on dit : gentleman un jour, gentleman toujours.  

Au premier coup d'œil je comprends qu'elle n'est pas prostituée ni escort. Pourtant elle répond à tous les critères physiques du genre mais je ne sais pas... je dirais que c'est mon sixième sens ? Je passe beaucoup de temps à observer les gens pour les besoins de mes romans, de fait j'ai une bonne intuition pour ce genre de chose. Mais alors que fait cette adorable poupée dans un quartier comme celui-ci ? Quelque chose me dit qu'elle n'est pas aussi frêle et fragile qu'elle en a l'air.  
Jouant mon rôle à la perfection jusqu'au bout, je ramasse son sac à main et le lui tends en souriant :
« Je vous en prie. C'était naturel. Vous ne vous êtes pas fait mal ? »
Apparemment sa soirée n'est pas une grande réussite. J'acquiesce et vois du coin de l'œil un homme correspondant à la description de ma proie, entrer dans un bar à deux pas de nous. Est-ce vraiment lui ? Il faudrait que je puisse m'en assurer.  
« Je ne sais pas si cela va vous rassurer, mais la mienne n'est pas très bonne non plus. »
Elle parait surprise et je lui adresse alors un sourire de circonstance en ajoutant :
« On m'a posé un lapin. J'hésitais donc à prendre malgré tout un verre dans ce bar ou rentrer chez moi et me commander un plat chinois. »
Lui faire la conversation devant ce bar va me permettre de surveiller un peu les alentours et m'assurer que ma proie y reste bien. En effet, il n'y aurait pas pire que de la suivre immédiatement à l'intérieur pour me rendre compte qu'elle n'y reste pas. Et là ressortir juste après elle serait pire que tout en matière de discrétion et de filature.  

Sato Tsunade

Date d'inscription : 16/06/2018Activité RP : 12Messages : 43Multi : Yoshimaru - Kagami - Asami - KazukiAvatar : Kina ShenEmploi : Vendeuse à Armurerie Sato¥ : 176,000Crédits : VTP.
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
23.06.18 15:50

Falling


L'histoire de cet homme est bien trop semblable à la mienne. Est-ce qu'il est capable de lire dans les pensées ou quelque chose du genre ?... J'ai tendance à croire à ce genre de trucs, même si j'y trouve en général une explication rationnelle. Comme le langage du corps ou autre. Mais là c'est fort, on lui a posé un lapin à lui aussi et tout comme moi il comptais du coup rentrer chez lui et se prendre du chinois. J'esquisse un petit sourire amusé. Parfois, il faut croire aux coïncidences.

« On m'a aussi fait faux bon. Alors histoire que je ne me sois pas faite jolie pour rien, autant vous accompagner pour prendre un verre, Monsieur. »

Je ne connaît pas encore son prénom, ni son nom. Mais c'est le genre de mec assez chic qui me plaît bien généralement. Peut-être un Yakuza avec une bonne place ? Ou alors, un type qui a pas mal de fric. ça vaudra toujours mieux que ce minable de Yukimori. Histoire de m'assurer de ne pas tomber de nouveau sur cette chaussée trop mal entretenue, je prend son bras pour m'y accrocher et me dirige vers le bar avec lui. Il est grand, bien habillé et il sent bon. Je crois que finalement j'ai gagné au change !

« Puisque nous allons prendre un verre et que nous avons donc officiellement un rendez vous, autant me présenter je suppose. Je m'appelle Sato Tsunade. »

La situation m'amuse bien plus qu'elle ne le devrait. Après tout, je suis en train de suivre un inconnu dans un bar mal famé de Kabukicho, en pleine nuit. Mais je ne suis pas stupide au point d'être sortie sans une arme sur moi. J'ai mon fidèle bereta dans mon sac à main, et un couteau dans mon décolleté, bien caché dans mon soutien gorge. Alors si il tente quoi que ce soit de louche, j'ai de quoi le blesser gravement voire le tuer en cas de pépin.

Nous marchons donc tous les deux et je rigole de nouveau quand il m'annonce son nom. Yukimura.

« J'avais rendez vous avec un certain Yukimori. Finalement, je vais tout de même passer une partie de ma soirée avec un Yuki. »

Yuki-san Ou Yuki-kun. Je ne sais pas trop quoi lui dire, pour ne pas paraître trop mal polie ou familière. Il a l'air d'être très bien élevé, vu la manière dont il parle. Alors... Je ne sais pas trop comment l’appeler en attendant. Nous entrons dans le bar, qui finalement n'est pas aussi merdique que ce dont il avait l'air depuis l'extérieur. Je ne me risquerais pas d'aller aux cabinets dans un endroit pareil, mais tout de même c'est pas totalement crado ici.

Après m'être installée avec mon nouveau rendez-vous, je commande un whisky au serveur qui viens tout de suite s'occuper de nous.

« Est-ce que vous avez du whisky Hibika ? »

Non. L'endroit n'est pas assez chic. Il me propose du coup un verre de Akashi, qui visiblement est ce qu'ils ont de meilleur. Je n'aime pas l'alcool bon marché... d'ailleurs il n'y a pas grand chose que j'aime quand il est question de boire. Généralement, je prend du bon whisky ou du bon saké. Parois une bière, quand je suis avec des amis dans un cadre plus décontracté. Mais vous ne me verrez jamais prendre un mojito de petite pétasse qui rigole trop fort comme une grosse niaise. Ni même un martini ou un cocktail trop sucré. Non, je bois comme un homme. J'ai de toute manière des goûts et des intérêts assez masculin, en dépit de mon apparence.

« Dites moi, comment est-ce que je dois vous appeler ? Monsieur Sanada ? Ou bien puis-je me permettre d'être familière et de vous appeler Yuki-kun ? »

J'esquisse un petit sourire joueur tout en sortant une cigarette. Il a l'air d'être le genre de mec qui aime dominer et tout contrôler. Je ne suis pas spécialement une jeune fille soumise, contrairement à ce que l'on pourrait croire vu la manière polie dont je m'exprime. Mais si le type en vaut la peine, je veux biens rentrer dans ce genre de jeux. Et ce Yukimura a un certain charisme qui ne me déplaît pas. Je dirais même qu'il pourrait très bien faire de l'effet à ma petite culotte si il commençait à vraiment me draguer.

EXORDIUM.


When life gives you lemon, squeeze them in peoples eyes.

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Activité RP : 7Messages : 46Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa RyosukeAvatar : Kamijo MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 99,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
07.07.18 3:58
J’esquisse un sourire à sa réponse. J’avais vu juste. Ce n’est ni une prostituée, ni une escort. C’est simplement une jolie jeune fille à qui on a posé un lapin. Celui qui a osé faire ça le regrettera sans aucun doute. Pour ma part je regrette d’être en chasse car même si elle est un peu jeune à mon goût, elle n’en reste pas moins très belle et très attirante. Le hasard fait souvent bien les choses ou peut-être pas… Le timing est à la fois et mauvais. Tant pis, nous verrons bien où tout cela nous mènera. En attendant sa proposition tombe bien. Accompagné, je serais bien plus discret que seul. Le tout étant de ne pas se laisser distraire. D’ailleurs j’ai de la chance qu’elle ait cru à mon histoire. Il y a malgré tout du vrai dedans. Si je n’avais pas repéré ma proie, je serais sans aucun doute rentré me faire un chinois.

Elle prend mon bras et nous prenons la direction du bar qui m’intéresse tout particulièrement. Nous en profitons pour faire les présentations. Après tout, elle sera ma partenaire pour quelques heures même si j’ai bien l’impression qu’elle prenne un peu trop à cœur notre rendez-vous. En même temps elle aurait tort de passer à côté de l’occasion de mettre le grappin sur un homme comme moi. Et moi, j’aurais tort de me priver de lui dire non… Si ce n’est que je ne suis pas censé être là pour ça ce soir ! Enfin nous verrons bien comment concilier l’utile à l’agréable mais surtout pour ne pas passer pour un abominable gougeât. Après tout j’ai une réputation de gentleman à préserver même si je suis également connu pour être un playboy…
« Sanada Yukimura pour vous servir mademoiselle Sato et je suis enchanté de faire votre connaissance. »
Apparemment c’est presque le destin qui a voulu que nos routes se croisent cette nuit puisque je me substitue à un autre Yuki. Peut-être devrais-je considérer ma rencontre avec cette jeune fille comme un bon présage dans cette croisade punitive que je mène depuis de nombreuses années.

Nous nous installons au bar d’où je peux parfaitement surveiller ma proie, la sortie mais également favoriser la proximité avec la demoiselle qui m’accompagne. Oui après tout, il n’y a pas de mal à lier l’utile à l’agréable. D’ailleurs je ne tarde pas à découvrir que mademoiselle Sato est une femme pleine de surprise. Au lieu de commander un cocktail, elle commande un whisky. Je la suis donc dans son choix. Je tiens bien l’alcool alors je n’ai aucune raison de me priver. De toute façon je doute qu’ils aient réellement quelque chose d’intéressant à proposer en termes d’alcool. Mais je ne vais pas faire le difficile. Après tout, je ne suis pas ici pour ça.

Je souris à sa question et réponds sans hésitation :
« Seulement si je peux vous appeler Tsunade et vous tutoyer. »
Elle sort une cigarette et dans le même temps je sors mon briquet pour l’allumer. Je n’en prends pas. J’ai envie et besoin d’avoir les mains libres. D’ailleurs l’une d’elle se trouve très près de la sienne et lorsqu’on pose nos verres, je la frôle légèrement en m’emparant de ma boisson.
« Je propose de trinquer au hasard et à la bonne fortune car je suis certain que tu es d’une compagnie bien plus charmante que celle initialement prévue. »
Je porte mon verre à mes lèvres et regarde du coin de l’œil ma proie occupée à s’enivrer dans un coin du bar. Il n’a pas l’air prêt de bouger d’ici alors je pense que je peux me détendre et profiter un peu de ma compagne d’une nuit.
« Alors Tsunade, que fais-tu dans la vie ? »

J’imagine qu’elle me retournera la question alors il va falloir que je me décide sur ce que je lui répondrais. Certainement pas que je suis écrivain et encore moins rentier. Peut-être lui dirais-je que je suis dans l’immobilier. Ce n’est pas complètement un mensonge. C’est une de mes nombreuses distractions qui paient entre autres l’argent de poche que je verse à Kagami et ses nombreux caprices. Autant dire qu’il s’agit d’une goutte d’eau dans l’étendu de la fortune des Sanada.

Sato Tsunade

Date d'inscription : 16/06/2018Activité RP : 12Messages : 43Multi : Yoshimaru - Kagami - Asami - KazukiAvatar : Kina ShenEmploi : Vendeuse à Armurerie Sato¥ : 176,000Crédits : VTP.
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
08.07.18 17:30
[center]
Falling



Nous allons donc nous montrer familliers l'un envers l'autre. J'esquisse un petit sourire amusé à sa question. Qu'est-ce je fais dans la vie ? Je pense que ça risque de le surprendre. Je tire sur la cigarette qu'il viens de m'allumer et remercie le serveur qui nous apporte nos whisky. Après avoir poliment trinqué avec Yuki-kun, j'en bois une petite gorgée.

« Je travaille pour l'entreprise familiale dont mon oncle est l'héritier. Les Sato sont à la tête du trafic d'armes à Tokyo. Lui est au siège en tant que PDG bien entendu, je suis pour ma part simplement vendeuse dans l'une de ses boutiques à Meguro. »

Moi qui suis toute frêle et féminine, ça doit le surprendre de m'imaginer vendre des armes à feu. En général, on crois que je suis vendeuse dans un magasin de fringues ou de maquillage, ou que je suis étudiante vu mon âge. Mais les études ce n'est vraiment pas pour moi.

« Surprenant, je sais. »

Vu qu'il n'avait pas l'air de savoir qui étaient les Sato, je suppose qu'il ne doit pas être Yakuza. C'est donc juste un type riche, qui ne fait pas partie de la pègre. C'est assez rare ! J'ai beau connaître des gens de tous les milieux, en général ceux qui ont de la thune viennent de familles de Yakuza. C'est l'ordre des choses à Tokyo. Alors lui aussi me surprend.

« Si Sato ça ne te dis rien, peut-être que le nom de ma mère te parleras plus : Yagami. »

Oui, ils sont partout. Même si je tiens à m'éloigner d'eux, je ne peux pas nier le fait d'appartenir à cette famille. Nouvelle gorgée de whisky, nouvelle bouffée de cigarette :

« Mais je ne suis pas proche de ce côté de la famille. En plus, même si ma mère s'appelle Yagami, elle est enseignante au lycée de Kita, en Japonais. Donc... »

Je laisse planer la fin de ma phrase et hausse les épaules. Putains de Yagami. Nouvelle gorgée de whisky qui me brûle légèrement la gorge, mais tant pis je suppose ?

« Et toi, Yuki-kun ? Qui est-tu ? »



EXORDIUM.


When life gives you lemon, squeeze them in peoples eyes.

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Activité RP : 7Messages : 46Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa RyosukeAvatar : Kamijo MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 99,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
13.07.18 5:30
Mademoiselle Sato est donc une jeune fille d’une bonne famille et pas de n’importe laquelle. Je connais vaguement de nom les Sato pour l’avoir déjà entendu au moins une fois dans une conversation. En fin de compte tout le monde se connaît à Tokyo du moins dans le milieu. Pour ma part je n’appartiens pas à ce monde. Je ne suis pas Yakuza et je n’y ai accès que par l’intermédiaire d’amis grâce à qui je grappille de quoi nourrir mon imagination. Et puis de toute façon je suis un homme d’affaire et que je le veuille ou non j’ai malgré tout à faire à eux. Après tout c’est eux qui contrôle cette ville et moi malgré ma fortune je ne suis qu’un simple étranger. Quant aux Yagami, j’ai également entendu parler d’eux. D’un côté le trafic d’arme, de l’autre la sécurité de la ville… On peut dire que cette demoiselle est aussi bien née que dangereuse. Le genre de fille que j’évite à tout prix. Je n’ai pas besoin de m’attirer inutilement des ennuis en flirtant avec la fille d’un tel ou d’un tel. Généralement je préfère les anonymes. En effet certains yakuzas ne sont pas très commodes surtout quand on touche à leurs femmes ou leurs filles et si je veux avoir la paix pour mes petites activités, mieux rester discret. Après tout je n’aimerais avoir du sang inutilement sur les mains, du moins plus que nécessaire. Ma petite croisade personnelle m’oblige bien trop souvent à user de moyen sanglant et cruel pour arriver à mes fins, ce qui n’est jamais sans dommage collatéraux…

« Moi ? J’ai un CV bien moins impressionnant que le tien. »
D’ailleurs je commence à regretter de lui avoir donné mon véritable nom. Tant pis. Ce n’est pas comme si nous aurons à nous revoir après ce soir, à condition qu’elle ne soit pas du genre cinglé collante. Si c’est le cas, je n’aurais plus qu’à la transformer en jolie poupée de chair avant qu’elle n’attire trop sur moi l’attention de sa célèbre famille. Ceci étant dit, aussi paradoxale que cela peut l’être, je ne peux nier cette attirance qu’elle m’inspire. Son côté poupée de porcelaine me plait beaucoup. Ça et le parfum du danger alors que ce n’est ni le lieu ni le moment de se laisser aller à une aventure aussi éphémère que risquée.
« Je suis dans l’immobilier. J’achète et je vends des appartements, des bâtiments… Parfois il m’arrive d’avoir un coup de cœur pour une vieille ruine que je décide de rénover avant de la remettre sur le marché. »
C’est un passe-temps qui me permet d’offrir un argent de poche plus que conséquent à ma petite princesse mais qui a aussi des avantages non négligeables pour mes activités secrètes.
« Et quand je ne travaille pas, j’aime passer du temps dans les bars à vin. Je suis passionnée d’œnologie et de gastronomie. Et toi ? Que fais-tu quand tu ne travailles pas ? »

Sato Tsunade

Date d'inscription : 16/06/2018Activité RP : 12Messages : 43Multi : Yoshimaru - Kagami - Asami - KazukiAvatar : Kina ShenEmploi : Vendeuse à Armurerie Sato¥ : 176,000Crédits : VTP.
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
14.07.18 19:00

Falling

Yukimura est donc un homme d'affaires. C'était prévisible, puisqu'il n'est pas Yakuza. Je trouve tout de même ça étonnant, qu'il donne l'impression d'être si riche en restant honnête. Mais Tokyo est pleine de surprise. Et ses habitants aussi.

« Vraiment ?... Je vais devoir te demander ton numéro de téléphone alors, je cherche à déménager. »

En soi, j'ai les moyens de me louer un petit appartement dans un quartier sympa. Je restais seulement dans celui des Yagami par commodité, mais maintenant qu'ils m'ont collé mon cousin dans les pattes je n'en ai plus vraiment envie. J'apprécie Akira, mais peut-être pas au point de vivre avec lui. Surtout que contrairement à moi, mon cousin est proche de la famille. Trop proche même, Kazuya lui demanderas tôt ou tard de m'espionner et je préfère éviter que ça arrive. ça m'emmerderait de tuer mon cousin, et de faire passer sa mort pour un bête accident.  

« C'est une longue histoire, mais mon cousin a déménager chez moi. On est en collocation forcée, et ça ne me plaît pas. J'ai besoin de ma liberté. Alors je compte lui laisser mon appartement actuel, et peut-être m'en trouver un autre. »

C'est aussi un bon moyen d'avoir le numéro de ce type. Il est pas dégueulasse à regarder, et j'avoue que j'aime bien de temps en temps être avec un homme plus âgé. Ils savent généralement mieux s'y prendre avec une femme qu'un jeune homme de vingt ans. Ils sont plus patients, plus expérimentés et connaissent en général mieux l'anatomie féminine. Ce n'est pas une règle absolue, ça m'est déjà arrivé de tomber sur des nuls qui pourtant n'étaient plus des gamins. Mais je ne sais pas, je sens que Yukimura sait y faire. J'ai comme une sorte de sixième sens pour sentir ce qu'un mec vaut au lit.

L'air de rien, je regarde ses mains. C'est un peu stupide comme croyance, mais je ne peux pas m'en empêcher. Elles sont jolies, bien entretenues et il n'a pas des petits doigts boudinés. C'est que ça doit donc aller, niveau calibre.

« J'ai aussi appris à mon perroquet à dire petite bite aux hommes quand il en voit un. Mon cousin n'aime pas trop ça. »


EXORDIUM.


When life gives you lemon, squeeze them in peoples eyes.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: