Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Escape Game - Kohaku feat Tetsuya
 :: La Zone Yakuza :: Sumida

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
05.07.18 3:13
Il ne m’en donne pas assez. Il sait pourtant que pour que je puisse rester concentré, j’ai besoin d’avoir ma dose. Si le manque prend le dessus, je ne pourrais plus rien faire et ça sera tant pis pour lui. De toute façon même s’il me donnait ce qu’il faut, je ne lui donnerais jamais pleinement satisfaction. Pas en étant traité comme ça.

J’ouvre le paquet de cigarette posé à portée de main. Il est déjà vide et mon cendrier est plein. Rageusement, je l’envoie valser dans la pièce. Il n’atterrit pas bien loin. La cave où je suis enfermé n’est pas bien grande. Je l’entends d’ailleurs finir sa course non pas contre un mur mais contre les barreaux de la cellule. Ma cellule. Non maintenant c’est la sienne…

Je me retourne vers lui et scrute la pénombre à la recherche des contours de la silhouette qui est étendue sur le sol. J’ai une mauvaise vue alors dans le noir n’en parlons pas. D’ailleurs je n’ai plus mes lentilles de contactes depuis longtemps. Du coup pour y voir quelque chose j’ai été obligé de mettre ma paire de lunette de rechange. Je la déteste. Je trouve que je ne ressemble à rien avec. Je ne la mets jamais quand j’ai des clients même si je la garde toujours dans mon sac à main. Heureusement car ce client ne me laissera apparemment jamais repartir d’ici.

Je pousse un profond soupir et me lève pour m’approcher de la cellule. Je traine un peu la pâte à cause de la chaine qui relie ma cheville à mon bureau. Je suis là pour travailler. Ça aurait dû être une séance de SM, c’est pour ça que les liens ne m’ont d’abord pas inquiété. Ni la cave. J’ai compris ce qu’on attendait de moi quand on m’a mis devant un ordinateur. On avait percé mon secret. Je ne suis pas une pute comme les autres. J’ai un QI hors norme. Un secret que seuls mes macs connaissent mais qu’ils n’arrivent apparemment jamais à garder bien longtemps. Résultat des courses, me voilà enfermé ici. Et lui ? Qu’est-ce qu’il fiche là ? Je n’en sais rien. Je n’ai pas fait attention à ce qu’ils ont dit quand ils l’ont enfermé là. J’étais concentré sur l’écran mais surtout dans mon trip.

Je reste un instant accroupi près des barreaux avant de tendre la main vers lui. Je crois qu’il est encore vivant. Lorsque je pose ma main sur son corps, je peux le sentir respirer. De toute façon ça aurait été débile d’enfermer un cadavre mais avec ces dégénérés de yakuzas, on ne sait jamais.
« J’avais demandé un sauveur, pas un loser. C’n’est pas en restant enfermé dans ta cage que tu vas m’aider toi. »
Je pousse un profond soupir puis me remet devant mon écran. Je verrais bien quand Blanche Neige se réveillera ce que je pourrais en tirer. En attendant si je ne veux pouvoir avoir au moins ma dose, je n’ai plus qu’à faire semblant de travailler. De toute façon ils sont trop cons pour se rendre compte que j’aurais pu craquer la web-sécurité de cette entreprise depuis des lustres. Je fais juste trainer les choses pour gagner du temps car je ne sais pas encore ce qu’ils feront de moi quand ils auront eu ce qu’ils veulent.


Sato Tetsuya

Date d'inscription : 30/06/2018Messages : 39Avatar : MUCC - TatsuroActivité RP : 1 MasculinEmploi : PDG d'entreprise¥ : 118,000Crédits : haniiiiiiMulti : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
avatar
Kyodai ✘ Muranaka
Voir le profil de l'utilisateur
05.07.18 14:10

Escape game


Pourquoi lorsque tout est planifié au millimètre près, il faut que quelque chose se passe mal? Non mais...sérieusement. Est-ce que je suis aussi maudit que ça pour avoir que des merdes avec tout ce que j'entreprends? Je commence à le croire sérieusement. En fait, il faudrait que j'arrête de prévoir. Et peut-être que j'engage un garde du corps, aussi. C'est pas normal qu'on puisse m'atteindre si facilement sans que je puisse faire quoi que ce soit. Enfin...je me suis quand même bien défendu je trouve, je ne pouvais juste pas faire grand-chose avec le canon d'une arme pointée sur ma tempe. Par contre, ils auraient pu être un poil plus délicat avec ma personne. Ca fait jamais du bien de se faire assommer par la crosse d'un revolver. Le réveil va être rude, je pense...

Et...j'avais raison. La première chose qui me frappe, c'est la douleur lancinante de mon crâne. Putain, ils m'ont pas loupé, ces cons! Ne pouvaient-ils pas utiliser du chloroforme? Quoique, pour l'avoir déjà testé, je crois que les effets secondaires sont aussi terribles qu'une petite bosse à la tête. Altération de la vision, de l'oreille interne et maux de crâne importants...meh. Je vais me contenter de me plaindre de cette nouvelle blessure involontaire. D'ailleurs, comme je suis réveillé, je constate que...le sol est très froid. Un peu humide aussi, ça n'a rien d'agréable. Et cette voix...cette réflexion...tourné vers le mur en pierre, je ne peux m'empêcher de sourire. Au moins, je suis pas seul dans cette galère.

"Joli accueil, je dois dire. J'ai rarement connu mieux."

L'ironie est perceptible dans ma voix. Je dois dire que même si ça me fait chier d'être là...au fond, l'excitation commence à monter. J'aime beaucoup les choses qui changent de ma routine bien chiante et presque aliénante. Je me retourne sans oser me redresser pour le moment. J'ai encore la tête qui tourne à cause de ces connards. Est-ce qu'ils se sont assurés de mon inconscience en balançant la bouteille de chloroforme? Ah putain, j'aimerais bien leur donner des leçons d'enlèvement! Je regarde les barreaux d'un air dubitatif, puis le type qui me fait face. Lui aussi est prisonnier, si j'en juge par la chaîne à sa cheville. Au moins, on est dans la même galère. Reste à savoir pourquoi...

"Hé, pourquoi t'es pas dans une cage, toi aussi? C'est pas très juste, je trouve."

Je donne l'impression de prendre cette situation à la légère, mais en réalité je suis en train d'analyser la situation. Ce type qui est ici...j'ignore si c'est un allié ou un ennemi. Même si nous sommes dans la même galère, j'ai vu beaucoup trop de films pour savoir qu'il est possible qu'il soit affilié à ces hommes qui m'ont enlevé, et qu'il soit seulement là pour gagner ma confiance, me pousser à la faute et extorquer des informations. C'est la manière douce, il me semble. Si j'y résiste, ils emploieront la torture...définitivement, je crois que si je suis là, c'est parce qu'ils en veulent à mon empire. Je leur filerais bien volontiers, mais j'ai fait une promesse il y a longtemps et je refuse de la trahir. Je n'y peux rien. Ils vont devoir me tuer pour tout récupérer, et encore. J'ai donné des directives importantes et j'ai plusieurs alliés dans la poche. Je crois qu'ils n'auront pas le temps de faire quoi que ce soit.

Comme je commence à être un poil plus lucide, je me redresse pour m'asseoir simplement au fond de la cage, adossé contre le mur à observer les barreaux...et surtout la serrure de la porte. Tsukasa m'a appris à crocheter un peu tout et n'importe quoi avec deux pauvres fils de fer, mais je ne vois pour l'instant pas l'intérêt de sortir d'ici. Nous sommes de toute façon dans une pièce fermée et à l'évidence surveillée, et je suis délesté de toutes mes armes. Enfin presque toutes. Mes poings savent être efficaces en cas de besoin. Et ces cons m'ont laissé mes chaussures...l'avantage, c'est qu'au moins je suis habillé pour sortir. Je dégage mes longs cheveux de mon visage par réflexe, et plonge mes yeux dans ceux de l'autre prisonnier. Ami? Ennemi? Est-ce que je vais réussi à le deviner moi-même?

"Pourquoi t'es là, toi? Je t'avais encore jamais vu. Tu bosses évidemment pas pour moi."

Ce type est suspect. Mais...je crois que je vais devoir faire avec. Ils ne nous sépareront pas, même si ce serait peut-être mieux pour éviter toute tentative d'évasion. Après tout, on est toujours plus efficace à deux, non? Quoique, je ne pense pas m'évader tout de suite. J'ai trop de questions sans réponses. Et je suis bien ici, finalement...tant qu'ils ne cherchent pas à m'assommer de nouveau! Un poil de chauffage ne serait pas de refus, cela dit.

EXORDIUM.

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
05.07.18 23:18
Lorsqu’il s’adresse à moi, je me contente de sourire à mon écran sans me retourner. Il est vivant et réveillé. Est-ce que ça va changer quelque chose pour moi ? Ou pour nous ? Tout dépend de s’il est utile ou bien si j’ai encore le droit à un dégénéré qui n’est là que parce qu’il n’y avait plus de place ailleurs. J’y vois quand même un avantage... il pourrait m’aider à gagner du temps et à faire davantage trainer mon travail. Après tout je pourrais toujours leur dire que leur nouveau prisonnier me distrait trop et qu’il m’empêche de me concentrer.  
« Moi je ne suis pas enfermé parce que je suis un très gentil garçon. »
Et que je leur suis bien plus utile devant cet ordinateur que derrière une cage. Je ne suis pas non plus spécialement violent. Et puis à quoi bon leur tomber dessus ? Seul et désarmé, je n’irais pas bien loin. Non avec un peu de chance, mon connard et incompétent de mac finira bien par partir à ma recherche. J’ai juste à gagner du temps... Mais est-ce que je peux vraiment compter sur ce demeuré ? Un doute me vient alors à l’esprit. Mizukawa est tellement con et même si je lui suis très utile en dehors de la prostitution, pas sûr qu’il capte qu’il m’est arrivé quelque chose. Il va sans doute d’abord me chercher dans mes salles de shoot préférées. Et encore ! Il est capable de se dire que je reviendrais de moi-même à la maison pour avoir ma dose...  

J’arque légèrement un sourcil à sa question suivante. Elle n’est pas forcément plus intelligente que la précédente mais elle éveille en tout cas mon intérêt. Suffisamment en tout cas pour que je daigne me retourner vers lui et scruter son visage à travers la pénombre.  
« Vous n’avez pas la tête d’un proxénète alors non, j’n’ai jamais bossé pour vous. De toute façon la plupart de mes ex-employeurs sont morts. »
Mes lèvres s’étirent largement alors que je tente de retenir un petit rire nerveux.  
« Par contre il est possible que je vous ai déjà sucé la bite. Je ne me souviens jamais de mes clients. Il y en a tellement qui passent. À moins que vous soyez du genre à aimer vous faire enculer par les escortes. Il y en a des comme ça mais généralement ces clients-là, je m’en souviens. Pareille pour ceux qui ont des fantasmes ou des pratiques un peu... spéciales. »
Je me lève tant bien que mal de mon siège, me retenant de justesse à mon bureau en sentant la pièce tanguer. Bon, je crois qu’il est l’heure de boire un p’tit coup. J’attrape une bouteille entamée et m’approche un peu trop près de la cellule. Ce n’est pas prudent mais s’il m’attaque je gagnerais du temps au final mais surtout j’aurais une belle excuse pour ne pas avancer ce putain de boulot de merde. J’ouvre ma bouteille, en bois une grande gorgée avant de m’accroupir devant lui pour la lui tendre.  
« Et toi ? T’es là pour quoi ? »
Maintenant que nos visages sont proches et qu’il est réveillé, j’ai l’impression de l’avoir déjà vu quelque part. Ce mec, c’n’est pas juste le clampin du coin qui devait du fric à l’homme qui me séquestre ici. Ce mec, c’est quelqu’un. Qui ? Ah ! Si je n’avais pas la mémoire aussi embrouillée par toutes ces merdes, sans doute que je serais capable de dire où je l’ai déjà vu...
« Qu’on puisse trinquer ensemble sur notre malheur partagé. »
Je n’ai volontairement pas répondu clairement à sa question. Je ne sais pas si je peux lui faire confiance... Si je peux lui dire que je ne suis pas une pute ordinaire et que je suis ici pour hacker le système d’une grosse boite mais surtout pour y introduire un virus pas ordinaire...      


Sato Tetsuya

Date d'inscription : 30/06/2018Messages : 39Avatar : MUCC - TatsuroActivité RP : 1 MasculinEmploi : PDG d'entreprise¥ : 118,000Crédits : haniiiiiiMulti : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
avatar
Kyodai ✘ Muranaka
Voir le profil de l'utilisateur
13.07.18 14:18

Escape game


Proxénète? Ah, je comprends mieux maintenant. Ce type qui n'a définitivement pas l'allure d'un de mes employés est prostitué. Pourquoi me poser la question? Tout le monde semble vendre son cul dans cette putain de ville, et je suis bien placé pour le savoir! En revanche, je n'aime pas sa façon de s'adresser à moi. Nous sommes certes dans le même bateau ici, et je suis peut-être un poil plus dans la merde que lui, mais il me doit un minimum de respect. Je ne suis pas n'importe qui. Je suis le grand Sato, l'homme le plus important de la ville après Tanaka, et je ne permettrais pas en règle générale qu'un type tel que lui me manque de respect. Je ne suis pas gay, et rien que la suggestion que je puisse l'être - ou pire, que je sois du genre soumis - est un affront qui ne restera pas impuni. Je le regarde d'un air mauvais mais ne dis rien, me contentant de serrer la mâchoire. Du calme. Il me faut réfléchir posément. Nous sommes seuls tout les deux ici, et j'ignore si je pourrais m'en sortir sans un peu d'aide; au moins un appât. Même s'il a l'air complètement shooté...ah non, bourré, vu la bouteille qu'il tient dans sa main. Génial. Je suis séquestré dans une cave humide pas confortable avec un type à l'ouest qui m'insulte à demi. J'ai connu des jours meilleurs.

"Je ne sais pas."

Je ne peux pas lui faire confiance, c'est définitif. Même si c'est un potentiel allié, bourré comme il est, il serait capable de parler à nos geôliers pour sauver sa peau. Et...je ne veux pas lui donner de matière, tant qu'il ne me connaît pas encore. Peut-être que l'homme qui nous retient va trahir mon identité, mais dans tous les cas...ah, c'est pas important. Ce qui compte, c'est de sortir d'ici au plus vite. Je ne tiens pas à perdre de nouveau un membre pour le plaisir de la torture, si jamais ils décident de me faire parler. Je sais que je peux endurer le pire, mais j'aimerais quand même limiter les dégâts avant de sortir. J'arrache la bouteille des mains de ce type pour en boire une longue rasade. C'est un whisky très bon marché, je ne suis pas sûr de bien tenir...mais j'ai besoin d'un remontant. Et j'ai mal à la tête aussi.

"Tu es donc une pute au rabais qu'on a enlevé pour le foutre dans une cave avec un ordinateur. J'ignore pourquoi, mais j'ai du mal à croire à ton histoire. Tu ne peux pas être une simple pute. Ceux qui nous ont enlevé ne l'ont pas fait pour s'amuser, ils ont quelque chose derrière la tête."

Après tout, je ne suis pas le plus accessible des hommes. Ils ont dû étudier mes habitudes, tromper mes gardes et employés s'ils n'ont pas choisi au passage d'infiltrer mon entreprise. Je vais devoir faire une petite purge dans mes employés...chercher le traître et le traîner dans la boue avant de l'abattre. Je prends une nouvelle gorgée de whisky, tousse un peu au passage, et baisse les yeux en réfléchissant à voix haute.

"Il attend peut-être que je crache le morceau. Peut-être qu'il t'a placé là pour m'amadouer, me faire parler et récolter les informations. Si tu n'es qu'une pute, alors c'est seulement pour tes charmes qu'il t'a placé là...sauf que désolé, je ne suis pas gay. Et ça, tout le monde le sait...tout le monde...alors pourquoi a-t-il enfermé un homme avec moi? C'est pas pour les infos...tu dois avoir une capacité spéciale, peut-être celle de pouvoir faire parler les gens sans qu'ils s'en rendent compte. J'ai déjà vu ça chez certaines escortes, elles manient les mots à la perfection et apprennent tout un tas d'informations compromettantes. Je m'en suis aussi servi plus d'une fois...mais pas au point de les enfermer dans une putain de cave!"

Il faut que je sorte d'ici. L'ennemi va passer à l'action s'il se rend compte que je suis réveillé, et que nous parlons ensemble. D'ailleurs, le verrou émet un cliquetis bien particulier. Je cache comme je peux mon fil de fer sous un morceau de tissu déchiré servant de couverture de fortune, et me redresse aussi dignement que possible dans ma cage. Je suis calme. Peut-être trop calme. J'attends seulement de voir ce qu'il va se passer par la suite. S'ils doivent me torturer...soit. Je ne leur dirai rien.

"Il semble que nous allons être séparés, jeune homme. J'ai été ravi de converser avec toi."

EXORDIUM.

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
14.07.18 0:20
Une pute au rabais. Bizarrement cette appellation me touche bien plus que je ne l’aurais cru. C’est pourtant ce que je suis. C’est l’image que je cultive et c’est le genre de vie que je mène. Je l’ai choisi, je l’assume et d’habitude j’en ai rien à foutre qu’on me le rappel. Au contraire, ça me rassure et je me sens plus en sécurité. Je ne suis qu’une pute au rabais et pourtant si je suis ici c’est pour une raison bien précise…

J’esquisse un petit sourire lorsqu’il me dit qu’il ne croit pas un mot de mon histoire. Effectivement, ça ne colle pas avec ce qu’il voit. Pourquoi mettrait-on une pute devant un ordinateur ? On dirait que ce type est un minimum intelligent. C’est un bon point pour lui. Même s’il semble incapable de comprendre ce que je fais là. Mais comment le pourrait-il ? Il faudrait savoir qui je suis réellement pour mesurer ma véritable valeur.

J’écoute ses hypothèses sans rien dire, me contentant de sourire. Pourquoi voudrais-je le faire parler ? Je ne suis pas là pour ça. C’est simplement le fruit du hasard qui nous a rassemblés dans cette sordide prison. Tout en l’écoutant, je scrute son visage comme pour graver chacun de ses traits dans mon esprit. Il va mourir. Je connais bien ce genre de type. Ils le tueront quand ils n’auront plus besoin de lui. Ils feront la même chose avec moi mais je suis plus malin qu’eux. Plus intelligent. Je m’en sortirais.
« Si je suis une putain et que vous n’êtes pas gay, c’est que je ne suis pas là pour vous. En plus vous trouvez que j’ai l’air particulièrement séduisant ? »
Sans maquillage, avec mes affreuses lunettes, mes cheveux mal ordonné et mon air fatigué… Il y a quand même mieux pour séduire et faire parler un homme. De toute façon ils viennent déjà le chercher.
« Je serais sans doute le dernier visage amicale que vous verrez avant de mourir alors je vais vous donner mon nom : Haku. »
Mon nom d’artiste.

Je m’éloigne de sa cellule et retourne devant mon écran, faisant semblant de travailler mais écoutant ce qui se passe autour de moi. Ils ne sont pas tendres avec lui mais il n’y a rien de surprenant là-dedans.

Alors que je pensais me retrouver seul, un homme s’approche de moi. C’est celui qui m’a enfermé ici. Il veut savoir comment les choses avances. Il se veut menaçant mais tout ce qu’il m’inspire c’est de la lassitude. Il est trop bavard mais surtout il ne dit que des choses inutiles…

Mes doigts se crispent soudain sur le clavier. Il vient de me dire qu’ils n’auront bientôt plus besoin de moi pour craquer le système des industries Sato et que je dois plutôt me concentrer sur le virus et qu’il a intérêt à être opérationnel.
« Ne me dîtes pas que c’est ce type qui va craquer le système ? »
Son rire gras m’insupporte mais je me retiens de lui sauter à la gorge. Dans l’état où je suis, je ne me ferais que tabasser et ça ne m’apportera pas grand-chose. Sa réponse par contre allume plusieurs voyants dans mon cerveau que je pensais suffisamment anesthésié par l’alcool. Mais il faut croire que comme toujours, le naturel prend le pas sur les drogues douces et dures que je m’injecte dans l’espoir de n’être plus tout à fait de ce monde.

Sans vraiment me rendre compte de ce que je suis en train de faire, je me lève d’un bond et me plante devant cet abruti en m’écriant :
« Non mais vous êtes complètement abruti d’avoir enlevé ce type ! Vous ne pouviez pas faire pire connerie ! Vous croyez que la sécurité de son entreprise va faire quoi en remarquant sa disparition ? Et vous comptez lui faire cracher ses codes en le torturant ? Et s’il vous donne un code qui au contraire détruira tous ses fichiers ? Mon virus ne servira plus à rien si le système est corrompu avant d’être copie. Et n’espérez pas que je puisse restaurer les fichiers. Espèce de dégénéré ! Ramenez-le ici tout de suite ! »
Je me prends une gifle si violente que j’en perds l’équilibre. De toute façon, je ne tiens pas vraiment sur mes pieds et il ne me faut pas grand-chose pour me faire manger le béton qui tapisse la pièce. Je me redresse péniblement et essuie le filé de sang qui coule à la commissure de mes lèvres tout en regardant cet idiot se dépêcher de rattraper ses hommes. Quant à moi, je sais maintenant comment je vais me tirer de ce mauvais pas et je ne pourrais le faire qu’avec l’aide de Sato Tetsuya. Reste à savoir si j’arriverais à gagner sa confiance sans avoir à lui raconter mon histoire…


Sato Tetsuya

Date d'inscription : 30/06/2018Messages : 39Avatar : MUCC - TatsuroActivité RP : 1 MasculinEmploi : PDG d'entreprise¥ : 118,000Crédits : haniiiiiiMulti : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
avatar
Kyodai ✘ Muranaka
Voir le profil de l'utilisateur
20.07.18 16:04

Escape game


Ah...ce n'est définitivement pas mon jour. Je le savais déjà, mais là...je dois avouer que peut-être c'est l'un des pires jours de ma vie. J'encaisse les coups sans vraiment broncher, gémis à peine lorsqu'on tente de m'arracher la peau et ne lâche pas un traître mot alors qu'on me noie dans un seau d'eau dégueulasse. Ils veulent me faire parler? C'est dommage pour eux; même si la douleur ne me laisse pas de marbre, je sais que je ne peux pas craquer. Des millions de vies dépendent de ma résistance, des milliers d'emplois pourraient être supprimés et des factions perdraient la guerre contre leurs ennemis. C'est toujours complexe de travailler dans l'armement, mais quand en plus il s'agit de contrôler l'entreprise première dans ce domaine, c'est bien plus complexe.

"Six...trois...zéro..."

Ils veulent un code? Je vais leur en donner. Ma voix est rendue faible par les mauvais traitements, mais mon cerveau continue de tourner à plein régime. Le type qui accompagne les deux gros bras me faisant passer un sale quart d'heure note les numéros sur un logiciel, sans que je sache réellement de quoi il s'agit. Je vois mal de si loin, avec le sang qui coule dans mes yeux. Putain...ils me doivent une séance chez le chirurgien esthétique, là! Heureusement que je me branle totalement de mon apparence, ça aurait été quelqu'un d'autre...genre, mon frère, je pense...il aurait mal pris tout ça et se serait planqué pendant des semaines le temps de s'en remettre.

"Neuf..."

Le code n'est pas un faux, loin de là. Ce n'est simplement pas celui qu'ils recherchent. Ces chiffres sont synonymes de destruction, ainsi qu'un moyen d'activer un GPS impossible à désactiver par la suite. Non seulement ils vont définitivement s'empêcher d'entrer dans le système, mais en plus mes hommes ne tarderont pas à comprendre où ils sont et ce qu'ils essayent de faire. Même si je risque de crever dans le processus, je sais qu'au moins je les emporterai dans la tombe. Et ça...c'est quelque chose qui me fait sourire.

"Arrêtez tout! Ramenez-le et surtout n'entrez pas les chiffres s'il vous en a donné!"

Ah...merde. Il faut croire que ma dernière heure n'a pas encore sonné. Je soupire de soulagement lorsqu'on lâche finalement mes poignets, et m'effondre sur le sol tant mes jambes sont flageolantes. Ils m'ont vraiment pas loupé, ces cons. J'ai plus qu'à espérer que ça ne me portera pas préjudice après...au moins, je suis tranquille pour un petit moment, j'espère. Je me relève comme je peux, me fait pousser dans le couloir pour revenir à ma cellule aux côtés de ce dénommé Haku. Même si je douille, là, j'ai le sourire aux lèvres. Cette situation même si elle est critique, m'amuse un peu trop pour que ce soit normal.

"Re. Je me faisais chier avec eux dans l'autre pièce."

Nous sommes de nouveau seuls tous les deux. J'ignore si nous sommes surveillés par...je ne sais pas, des caméras de surveillances comme dans un film que j'ai vu il y a longtemps. Ce sont peut-être des idiots, mais pas au point de nous laisser seuls dans une cave, si? J'essuie le sang qui coule dans mon oeil, et récupère mon fil de fer à travers la cage. Au moins, ils ne m'ont pas remis dedans!

"Une idée pour se casser d'ici? J'ai pas tellement envie qu'ils me prennent encore pour un punching ball. C'est con pour toi, à quelque minutes près t'aurais été sorti d'ici sans te faire chier."

EXORDIUM.

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
04.08.18 4:43
Il le ramène dans un sale état. C’était prévisible. Ce qui l’est moins c’est le sourire qu’il affiche. Ce type n’est pas ordinaire à moins qu’il ne soit tout simplement cinglé ou suicidaire. Enfin qui suis-je pour le juger ? Avec mes addictions et mes tentatives de suicide... Au final, on forme un drôle de duo enfermé ici. Une pute et un PDG… C’est en tout cas ce que nous sommes du moins en apparence.
« À ce que je vois je t’ai manqué. Je fais souvent cet effet aux hommes même lorsqu’ils ne sont pas gays. »
Ce n’est pas le moment de plaisanter et pourtant je ne peux pas m’en empêcher. Sans doute à cause de tout ce que j’ai pris ces dernières heures. Ou bien c’est peut-être sa nonchalance et son humour de merde qui déteint sur moi. Qui sait ?

« Pour partir il faudrait d’abord que je puisse me débarrasser de ça. »
Je lui montre ma cheville et pose les yeux sur ce qu’il a récupéré dans la cage.
« Tu m’aides ? »
Je lui tends ma cheville et reprends :
« À quelques minutes près tu serais mort et moi emmené loin d’ici dans une autre cave. On ne leur échappe pas aussi facilement. Après tout, ils ont réussi à me trouver mais surtout ils ont réussi à te capturer. Tu ne devrais pas les sous-estimer. Ce sont peut-être des abruties mais mon petit doigt me dit qu’ils ne sont que des patins et qu’un marionnettiste tire les ficelles dans l’ombre. »
J’ignore qui, mais il doit avoir beaucoup d’argent et de bons informateurs. Après tout ceux qui connaissent ma courte carrière d’hackeur sont tous morts et ceux qui restent se comptent sur les doigts d’une main…

« Contrairement à toi, je suis entré de mon plein grès dans ce bâtiment. Je sais donc très exactement comment en sortir. Je t’aiderais si tu m’aides. Et si on s’en sort vivant, je te dirais tout ce que tu veux savoir et surtout ce qu’ils voulaient faire exactement. »

Le deal est honnête. De toute façon nous avons besoin l’un de l’autre. Seul, je ne m’en sortirais jamais. Je ne suis pas très clean et je ne sais pas vraiment me battre. Lui non plus ne peut pas s’en sortir sans moi. Nous sommes donc condamnés à rester ensemble pour le meilleur et pour le pire, du moins jusqu’à ce qu’on trouve une autre solution.



Sato Tetsuya

Date d'inscription : 30/06/2018Messages : 39Avatar : MUCC - TatsuroActivité RP : 1 MasculinEmploi : PDG d'entreprise¥ : 118,000Crédits : haniiiiiiMulti : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
avatar
Kyodai ✘ Muranaka
Voir le profil de l'utilisateur
08.08.18 11:24

Escape game


J'ai mal partout avec leurs conneries. Sérieusement, ils auraient pu être un peu délicat! Me demander gentiment pour commencer, j'aurais peut-être été tenté de leur donner les codes...spoiler: non. J'aurais jamais pu faire ça, c'est pas seulement mon entreprise mais celle des employés et actionnaires. C'est compliqué tout ce petit monde, j'ai eu du mal à m'en rendre compte, mais voilà. Si je meurs, les actionnaires placeront simplement une nouvelle tête à cette...pieuvre. Si je suis PDG, je ne suis pas l'homme le plus important de l'usine. Et ça, je crois que peu de personnes l'ont compris, à Tokyo. C'est une histoire de pognon après tout. Je crois que le plus gros actionnaire est l'Etat mexicain pour le moment...enfin pas l'Etat en lui-même, un de ses gros bonnets. Ce serait amusant qu'ils dépêchent un latino pour me remplacer ici! Quoique, je doute qu'ils fassent ça. Ils doivent savoir que le mec ne survivrait pas trois jours au milieu de la jungle urbaine japonaise. Les gens sont beaucoup trop racistes pour accepter un type pareil comme patron!

"Hmm, pas faux."

Je cesse de jouer avec mon fil de fer pour crocheter sa menotte, sans me soucier qu'il y ait ou nous une caméra pour nous espionner. Qu'il soit attaché ou non ne change rien, tant qu'il ne quitte pas cet endroit. Non? De toute façon, nous sommes bloqués ici pour un moment...à moins que...

"De ton plein gré? Hoho, minute...tu veux dire que tu les as suivis ici en sachant qu'ils allaient t'enfermer? Donc tu connais déjà le chemin de la sortie?"

J'avais raison, ce type est louche. Mais pourquoi toute cette mascarade s'il est finalement avec eux? Non, je réfléchis d'une manière totalement stupide. Ce type n'est juste pas normal, et en prime il doit avoir deux grammes dans le sang. C'est peut-être une raison pour laquelle il déblatère des trucs aussi étranges depuis tout à l'heure.

"Je sais pourquoi ils m'ont enlevé et torturé, enfin je m'en doute. Ils voulaient les codes pour entrer dans le système de l'entreprise...quelqu'un a dû me trahir de mon côté, mais je ne pourrai faire une enquête qu'une fois sorti d'ici. Tu n'as pas besoin de me faire du chantage pour que je t'aide, de toute façon dans mon état je ne peux pas faire grand-chose d'autre...j'ai besoin de toi, et tu as besoin de moi, au moins pour servir de leurre si jamais nous sommes pris sur le fait. "

Cette aventure risque bien d'être la dernière que je vis, mais étrangement je m'en bats les couilles. Si je crève, quelqu'un d'autre reprendra l'entreprise et ils n'auront aucun accès à ce qu'ils recherchaient de base. Au pire, mon corps pourrira dans une ruelle glauque ou dans cette cave, s'ils ont la flemme de le déplacer. Quant à ce type...je ne lui ai pas juré fidélité, qu'il vive ou meure m'indifère totalement. Tiens, hors sujet, mais je me demande si quelqu'un tentera de venger ma mort...très probablement que non. Le désavantage d'être seul au monde, je suppose. Peut-être Brother...hmm...s'il l'apprend un jour.

"Je t'écoute. T'as un plan pour sortir d'ici, non? Je peux m'occuper de récupérer des armes, je crois savoir où ils en ont planqué. Ca augmentera nos chances de survie."

EXORDIUM.

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
09.08.18 23:42
J’esquisse un petit sourire malicieux en le regardant s’activer sur la serrure qui m’entrave.
« Je te l’ai dit. Je suis une pute. On m’a payé pour une séance SM un peu spéciale. Je suis donc arrivé par la grande porte et je ne me suis pas vraiment inquiété quand on m’a emmené dans cette cave. Donc oui, je sais comment sortir de ce bâtiment. »
Après tout, comment aurais-je pu savoir qu’ils en avaient après mes talents d’hacker ? Je n’ai joué au pirate informatique qu’une seule fois dans ma vie et ça s’est fini en drame. Depuis je veille à me tenir loin de tous ces gadgets. Il n’y a qu’à voir la tête de mon téléphone portable. C’est une antiquité qui ne prend même pas de photo et c’est très bien comme ça. De toute façon je n’ai pas besoin de photographie. Ma mémoire et mes coups de crayon suffisent à immortaliser un visage ou une scène…

Je pousse un soupir de soulagement lorsqu’il me retire les chaines qui me retenaient prisonnier. Ma cheville est dans un sale état mais à priori ça ne devrait pas m’empêcher de marcher ou de courir. Enfin j’espère… On verra. De toute façon je suis une marchandise précieuse, même s’ils me rattrapent, ils ne me tueront pas. Ils ont bien trop besoin de moi. Lui ? Il serait capable de m’abandonner à la première occasion et il aurait tort…
« J’espère que tu sais aussi crocheter une porte. Moi je vais m’occuper du système de surveillance. »
Je lui indique d’un mouvement de la tête une caméra qui nous espionne. Je pense qu’ils n’interviendront pas en voyant qu’il m’a retiré ma chaine. Ce qu’ils veulent, c’est qu’il me donne un code dont je n’ai que faire. Pour détruire son entreprise, je n’ai pas besoin de lui. Je peux le faire quand je veux mais ça ne m’intéresse pas. Si je le faisais ça ne me rapporterais rien et ça ne mettrait pas fin au trafic d’arme qui n’est pas la pire chose qui existe à Tokyo. Au contraire, la faillite de son groupe ne ferait qu’apporter plus de misère à cette ville... et je crois que j’ai suffisamment contribué au mal qui ronge Tokyo. Je n’ai pas envie d’alourdir ma croix ni l’ardoise que j’aurais à régler dans l’au-delà.

Je me relève péniblement et lui fait signe de me suivre. Je m’assois sur mon siège et lui attrape le bras pour tirer vers mon écran.
« Je vais pirater le système de surveillance du bâtiment. Les caméras en dehors de cette pièce vont diffuser une image figée. Ce qui nous permettra de nous balader sans nous soucier d’elles. Pour qu’ils ne remarquent pas immédiatement notre disparition, je vais enregistrer vingt secondes d’image alors parles-moi pour faire comme si tu étais coopératif. Raconte-moi ce que tu veux. Vingt secondes ça va vite. Ensuite il ne te restera plus qu’à ouvrir cette porte et me faire confiance pour la suite.»
Je me tourne alors vers lui et prend un air concerné mais également concentré. J’ai besoin de cet homme pour sortir d’ici. Pirater leurs caméras de surveillance n’a pas de sens si je ne peux pas sortir d’ici. Or je ne sais pas crocheter une serrure. Lui a l’air de savoir comment s’y prendre et j’espère qu’il y arrivera sinon il nous faudra trouver autre chose pour quitter cette cave.




Sato Tetsuya

Date d'inscription : 30/06/2018Messages : 39Avatar : MUCC - TatsuroActivité RP : 1 MasculinEmploi : PDG d'entreprise¥ : 118,000Crédits : haniiiiiiMulti : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
avatar
Kyodai ✘ Muranaka
Voir le profil de l'utilisateur
27.08.18 16:42

Escape game


J'affiche une grimace en tentant de comprendre comment nous allons nous échapper de cet endroit. Il connaît le chemin, mais...peut-être est-il particulièrement gardé. Sans armes face à des types armés jusqu'aux dents, je doute de pouvoir faire grand-chose. Ah, pourquoi est-ce que c'est toujours aussi compliqué? Pourquoi est-ce que ce genre de situation ne peut pas être aussi simple que dans un jeu vidéo? J'aimerais bien trouver une arme quelconque dans un coffre en bois planqué dans ma cellule, ah...

"Si tu leur montres une image fixe, ils ont pas intérêt à capter qu'on se fiche d'eux. Mais ok. Si tu sais ce que tu fais...je me débrouillerai pour faire ce que tu attends de moi."

Je dois crocheter la porte, mais seulement une fois qu'il a organisé son petit machin avec les caméras. Intérieurement, j'espère quand même qu'ils ne sont pas également dehors, juste derrière la porte, à nous surveiller à la fois de près et de loin...je ne donne pas cher de notre peau s'ils arrivent à détecter notre inactivité. S'ils ouvrent la porte avant même qu'on parvienne à l'extérieur de cette foutue planque, on est mort! Mais en même temps...il faut trouver un semblant d'armurerie, ou un type assez idiot pour se laisser voler. Je ne veux pas rester désarmé à risquer ma peau contre un ennemi complètement cheaté. Je soupire longuement, regarde son petit bordel informatique, et attends seulement son signal pour quitter ma position. Là...il a normalement réussi à diffuser ce qu'il voulait. Nos adversaires sont donc aveugles...et nous, nous pouvons commencer les choses sérieuses.

"J'espère seulement qu'ils ne sont pas juste derrière, hmm."

Je ressors mon fil de fer, frissonnant au passage de froid alors que mes mains glacées tremblent de façon intermittente. Ils m'ont pas loupé, ces cons. Si je m'en sors et qu'ils sont toujours vivants, je vais les buter. Ils ont intérêt à quitter cette planque avant que je puisse mettre la main dessus, parce que je ne compte pas faire de quartier. Je fixe la serrure des yeux, puis la crochette mollement en galérant un peu au passage. Eh, c'est plus complexe que de crocheter une pauvre menotte, hein! Au moins, je suis heureux qu'ils n'aient pas capté que j'avais de quoi nous libérer. Ils auraient sûrement voulu nous fouiller, et là...adieu mon petit outil bien pratique.

"Tu as fait une boucle sur toutes les caméras existantes dans les parages, ou seulement sur la nôtre? Pour savoir si on se fait chier à les éviter ou non."

Trouver l'angle mort d'une caméra, c'est galère lorsqu'on ne l'a pas vue avant. Je finis par ouvrir cette putain de serrure non sans avoir galéré un bon moment, et entrouvre la porte pour observer le couloir. Désert...bon, il faut croire qu'une bonne étoile s'est levée, même si j'avoue avoir toujours du mal à tenir sur mes jambes. Je fais le fier, mais je suis quand même un homme...et j'ai mes limites.

"On peut y aller. Tu passes devant, tu connais l'endroit mieux que moi. Si tu repères qui que ce soit...arrête-toi immédiatement, et je passerai devant pour libérer la voie. Compris?"

Inutile de le mettre en danger, s'il ne sait pas se battre. En fait j'en sais rien, mais avec sa carrure de crevette et son métier je doute qu'il ait beaucoup d'occasion pour utiliser ses poings. Moi? Je devrais être aussi incapable que lui...mais j'ai un bon entraînement physique, merci au sport que je m'efforce de pratiquer depuis mes plus jeunes années pour maintenir la forme. Maintenant...c'est à lui de me prouver son utilité.

EXORDIUM.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: