Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le cimetière :: Les archives de la ville :: RP inactifs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Le Cassis] Une mélodie aux sonorités divergentes [ft Sato Tetsuya]
avatar
Mochizuki Mirai
Shatei ✘ Matsumoto
Date d'inscription : 27/06/2018

Messages : 86

Avatar : Maria - GARNiDELiA
Activité RP : 3

06.08.18 16:43
Voir le profil de l'utilisateur

Sato Tetsuya ft Mochizuki Mirai.

Une mélodie aux sonorités divergentes





Le sourire aux lèvres, mon regard se perd dans le reflet que me renvoie le miroir de la salle que l'on m'a réservé pour le concert de ce soir. Mes yeux pétillent, et malgré la fatigue accumulée, les traits de mon visage n'en font pas encore les frais. Il n'y a que la joie qui parle à travers mes yeux. Je suis heureuse, il n'en fait aucun doute. Ce petit concert improvisé, c'est pour fêter secrètement le retour de mon père. Il était parti à l'étranger pour une affaire, sans doute lié au trafic du clan mais il n'a pas voulu m'en dire plus. Même si je commence à l'accompagner plus souvent à Tokyo lors des diners pour négocier un contrat, j'ai l'impression qu'il souhaite me préserver du mieux qu'il peut de ce monde là. Pourtant, il le sait, que cela fait un moment que je suis prête à endosser les responsabilités qui me seront confiées dans le futur. Et même si nos affaires me blessent, cela fait déjà cinq ans maintenant que ma lame a gouté au sang des hommes.

Rapidement, je remets en place le nœud dans mes cheveux. Je ne veux pas m'attarder trop longtemps dans cette suite improvisée. Le concert n'étant pas très cher à ma demande, il y a beaucoup de monde qui assistent peut-être à leur tout premier ce soir, et rien que l'idée d'offrir un peu de bonheur et de sourires à toutes ces personnes qui n'ont les moyens de se payer en général ce type de divertissement me remplie de joie. Je veux les rejoindre, les remercier de leur bonne humeur mais surtout sauter dans les bras de mon père. Il n'est certes parti qu'une semaine, mais il m'a vraiment manqué.

Sans perdre une minute de plus, j'ouvre la porte et m'entraîne à l'extérieur lorsque je percute quelqu'un et me retrouve rejetée en arrière. Un peu sonnée, je relève la tête. Et il me faut un certain temps je dois dire. Cet homme doit bien faire trente centimètres de plus que moi! Sa hauteur et sa prestance me font un peu penser à mon père, mais bien vite j'abaisse la tête, fourmillant milles excuses à son égard.

- Excusez-moi monsieur, je ne regardais pas où j'allais! Je me suis un peu laissée aller par l'engouement du concert.

Toujours un peu gênée, je relève les yeux vers lui et lui sourit. Jamais je n'aurai cru qu'une personne comme lui puisse un jour être intéressé par ma musique, mais très souvent les premiers jugements sont trompeurs, et si j'ai pu lui apporter ne serait-ce qu'un peu de plaisir ce soir, j'en serais d'autant plus contente.

- Puis-je vous aider monsieur? Vous êtes vous perdu? A moins que vous ne cherchiez les toilettes?

Nerveusement, me voilà déjà à regarder un peu partout autre que lui. Mes dents viennent mordiller ma lèvre inférieur alors que mes joues s'empourprent légèrement de rose.  Je ne peux m'empêcher de lui poser une question qui peut sembler égoïste au premier abord.

- Est-ce que… est-ce que le concert vous a plu, monsieur?


MY SONGS ARE MY WEAPONS
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sato Tetsuya
Kyodai ✘ Muranaka
Date d'inscription : 30/06/2018

Messages : 46

Avatar : MUCC - Tatsuro
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : PDG d'entreprise
Crédits : haniiiiii
Multi : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
09.08.18 13:56
Voir le profil de l'utilisateur

Une mélodie aux sonorités divergentes


Le travail. Encore et toujours. Est-ce que j'ai le temps pour faire la moindre activité extérieure? Pour avoir une vie privée, peut-être? Non, pas tellement. En vérité, j'essaye de remplir au plus vite la paperasse pour en être débarrassé, mais les comptes arrivent après ça, et ensuite les réunions, la tournée des boutiques pour vérifier que tout va bien...je pourrais déléguer ça, mais je ne le fais pas. Pourquoi? Peut-être parce que j'ai une conscience professionnelle trop développée. Après tout, cette entreprise est devenue toute ma vie. Sans elle, je finirais sûrement errant dans les rues à trouver une activité quelconque, comme me piquer ou avaler des litres et des litres d'alcool. Enfin ça, je le fais déjà. Je ne suis pourtant pas alcoolique, du moins je ne crois pas...j'ai seulement un petit penchant sur la boisson. Ce n'est pas un mal, non? De toute façon, tous les salarymen finissent leurs journées bourrés dans les ruelles sales de Tokyo. Moi au moins, j'ai la décence de terminer ainsi chez moi, lorsque je ne trouve pas de demoiselle à inviter dans mes bras. C'est déjà le level supérieur.

Le Cassis. Comment je me suis retrouvé ici au juste? Je ne me souviens plus très bien comment je l'ai appris mais...ce soir, quelque chose de spécial va se produire ici. C'est pour ça que je me suis déplacé si loin de mon milieu naturel, en pleine zone neutre...je fais tache ici, avec ma dégaine de yak. On va dire qu'on a pas forcément besoin d'être yakuza pour porter un costume, non? Et puis j'ai presque la même tronche que les vigiles à l'entrée! D'ailleurs, le bar commence à être plein à craquer, le barman ne chôme pas. Je connais cet endroit pour l'avoir évité plusieurs fois. Ici, les yakuza ne sont pas les bienvenus. Tout comme les junkies un peu trop agressifs, ou les dealers qui sont bannis à jamais de ces lieux. C'est un endroit calme comme il n'en existe plus tellement à Tokyo, où les gens se rassemblent pour oublier leur journée merdique dans un monde qui n'est pas le leur.

Pourquoi un type comme moi entre-t-il dans ce bar, dans ce cas? Parce qu'aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Ce bar possède une scène, et sur cette scène va se produire un ange d'une minute à l'autre. Je connais la réputation de Mirai, je connais également son potentiel. Il est normal qu'un type tel que moi vienne l'encourager dans ce qu'elle fait, même si j'ai mis longtemps avant de pouvoir me libérer pour un unique concert. Mais ce n'est pas seulement pour ce concert que j'ai décidé d'annuler ma soirée, de reporter mon travail à demain; je veux savoir. J'ai appris de drôles de choses en me baladant en ville, à force de rencontrer des centaines de personnes d'un milieu que peu de gens dans la salle connaissent réellement. Je suis simplement venu les vérifier.

Il fait chaud, mais le bar est fait pour ça. Je laisse au jeune barman le soin de me préparer un cocktail maison; je ne suis pas le genre de mec à boire n'importe quoi pour me donner un genre, je n'ai vraiment pas besoin de ça. Si je veux boire du whisky de qualité, je reste simplement chez moi où j'ai une petite collection intéressante. Dehors...je me livre à quelques expériences. C'est donc avec un verre rempli d'un étrange liquide violet vif que je regarde la scène de loin. Les lumières se tamisent, il est temps de commencer...

Le concert est comme je le devinais déjà, un chef d'oeuvre simple mais efficace. La demoiselle n'est pas du genre à dénigrer son public, d'où le prix de l'entrée; même si je sais que le bar ne fais pas payer en général, mais ce soir était spécial. Je sors de là seulement pour fumer une cigarette bien méritée, regardant le ciel dégagé. C'est amusant comme l'univers est totalement différent ici de celui de Ota. A Ota, les usines masquent le spectacle des étoiles. Mais nous sommes assez éloignés pour que la pollution ne vienne pas jusque ici. Je soupire longuement sans faire attention aux personnes sortant de l'établissement. Cet endroit est important, pour le développement de la ville. Même moi qui suis un yakuza, je m'en rends compte.

Alors que je m'apprêtais à m'en aller, ayant passé une bonne soirée et récolté quelques informations, une très petite personne me percute de plein fouet. Petite de mon point de vue, en tout cas. Je la regarde longuement avant de capter qu'il s'agit de la demoiselle phare de cette soirée. J'esquisse un sourire en me penchant respectueusement devant elle. Je ne suis pas un rustre, après tout!

"Inutile de vous excuser de la sorte, mademoiselle Mochizuki."

Mochizuki...comment n'ai-je pas fait le rapprochement avant? Peut-être parce qu'un né yakuza ne le reste pas forcément. Mais je crois que dans cette famille, c'est une autre histoire.

"Ne vous en faites pas. Oui, le concert était très bien, très...intéressant. C'est original de choisir un tel endroit pour se produire, non? Ca devait vous changer des salles de concert."

Mais cet endroit n'était pas un choix hasardeux de la part de la demoiselle. Je pense qu'elle avait parfaitement calculé son coup. C'est du marketting après tout, je connais déjà le topic...elle est simplement venue amasser de nouveaux fans moins riches qui iront plus tard économiser pour la voir dans une autre salle.

"Avez-vous un peu de temps devant vous, ou devez-vous rentrer dans l'immédiat? J'aimerais discuter de...quelque chose."

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mochizuki Mirai
Shatei ✘ Matsumoto
Date d'inscription : 27/06/2018

Messages : 86

Avatar : Maria - GARNiDELiA
Activité RP : 3

09.08.18 23:14
Voir le profil de l'utilisateur

Sato Tetsuya ft Mochizuki Mirai.

Une mélodie aux sonorités divergentes






Mon regard brille de surplus lorsqu'il m'annonce avoir apprécié mon concert. Je me sens fière et mes lèvres ne cessent de s'étirer en un large sourire alors que la joie déborde de tout mon être. Je ne peux faire autrement qu'être contente d'avoir fait passer un agréable moment à cette personne. Je n'ai pas l'habitude d'entrer en contact avec un fan ou bien juste d'un curieux venu m'écouter puisque mon père m'en empêche en général. Peut-être que je su-réagis? Je ne sais pas, je n'ai jamais été très douée pour cacher la ribambelle de sentiments qui me traverse. Je m'y force lorsqu'il est sujet de mon clan et des opérations qu'il faut mener pour celui-ci, mais l'indifférence ne coule décidément pas dans mes veines.

- Ca me change effectivement, mais je suis heureuse d'avoir pu venir ici ce soir. Il y a tellement de personnes qui ne peuvent pas s'offrir ce genre de divertissement alors que ce n'est que ma voix. J'aurai préféré ne pas mettre de prix d'entrée, si je peux me permettre d'être sincère. Mais mon père a insisté pour en mettre un, même bas. Il trouve que si je m'offre sans rien demander en retour, les gens vont finir par ne même plus considérer ce que je fais.

Un peu comme tous ces gens qui se lassent de ce qu'ils peuvent avoir gratuitement, cherchant à obtenir ce qu'ils ne pouvaient avoir. Je n'ai jamais compris ce désir de possession de choses inatteignables. Peut-être parce que j'ai déjà tout ce que je souhaite, et bien plus. Je n'ai rien besoin de demander que déjà mon père me l'apporte sur un plateau d'or. Je suis une enfant pourrie-gâtée et je le sais maintenant depuis bien longtemps. Je ne peux cependant me détourner de ma vision des choses. Pour moi, la seule chose importante est l'amour des autres. Que cela vienne de notre famille, ou de nos amis.

- Si ça ne tenait qu'à lui, il me garderait pour lui tout seul, fis-je en rigolant doucement. Ce qui est bien avec ce bar d'ailleurs, c'est que les personnes peuvent y venir sans craintes pour passer un bon moment. Ce n'est pas comme les quartiers un peu plus compliqués à Tokyo.

Ces quartiers compliqués qui pourtant font vivre mon clan tout entier, même s'il nous arrive de venir dans ces coins tranquilles de la ville.

- Hum? Oui oui bien sûr!

Respectueusement, j'abaisse légèrement la tête. Encore une fois, je brave les interdits de mon père alors que me voilà à rester auprès d'un homme qui m'est totalement inconnu. Le seul avec qui il m'autorise à rester autant que je le souhaite est mon garde du corps mais j'ai l'impression que celui que j'ai en face de moi à besoin de me parler de quelque chose d'important, et peut-être d'urgent. En général, les gens souhaitant travailler avec moi passent par mon manager alias mon père, mais peut-être n'est-il pas au courant? Et pareillement lorsque l'on nous confère une mission d'assassinat. Seuls les membres de ma famille, voir quelques anciennes personnes avec qui nous avons travaillé savent que j'opère sur le terrain. Rien n'est officiel bien sûr, et mes cibles ne sont plus vivantes pour en témoigner. Un ancien client qui revient vers nous pour nous demander notre aide? Si c'est le cas, je me dois de ne pas faillir à mes devoirs!

- Par contre, pour votre sécurité, je préférerais que l'on retourne dans ma suite alors. Je ne tiens pas à vous effrayer nous vous inquiétez pas mais... je ne peux pas vraiment me permettre de me montrer en compagnie d'un homme.

En parlant de ça, je me dis qu'il n'a jamais entendu parler de la violence implacable du chef des Mochizuki lorsqu'il s'agissait des personnes s'approchant de sa fille. Ou bien il n'a pas peur, mais je ne peux m'empêcher d'être inquiète s'il nous voit ainsi tous les deux à parler. Je décide donc de l'emmener vers ce que je qualifierai pour le moment de "lieu sûr", soit, ma suite.

- C'est juste ici, s'il vous plait.

Je l'invite à me suivre et ferme la porte à notre passage. Je rougis à nouveau alors que je constate avec effroi le bordel vestimentaire que je peux mettre dans une seule pièce. Et il n'y a pas que ça. Mon maquillage est étalé un peu partout et deux-trois emballages de gâteaux et confiseries nous saluent fièrement du bout de la pièce. Je range toujours ce que je dérange, mais vu que je n'avais pas encore prévu de partir tout de suite, j'ai tout laissé en plan. Niveau catastrophe, on ne pouvait que rarement faire pire.

- Juste une petite minute je vous prie.

Très vite, je ramasse les robes nous empêchant d'avancer pour les remettre soigneusement sur leur cintre. Certaines viennent de Paris, d'autre d'Amérique, celle-ci de Rome je pense. Je suis vraiment gâtée par mon père, et je n'ai besoin de personne pour m'en rendre compte. Malgré tous ces vêtements, mon choix s'était porté sur ce kimono court à moitié stylisé que ma mère avait aimé porter une fois, lors de l'un de mes petits spectacles improvisés à la maison durant mon enfance.  

Deux sièges se retrouvent libres et je lui fais signe qu'il peut s'asseoir, en faisant de même après lui avoir apporté un verre d'eau bien frais. Je n'ai que ça ici, bien que je doute que cela aille à sa convenance. Depuis que mon père m'a surprise rentrée complètement bourrée alors que j'avais fait le mur pour aller en boîte, j'essaye de me tenir en sa présence.

- Je vous écoute monsieur, excusez-moi du temps perdu.

Soudain inquiète, je rajoute :

- Ce n'est pas quelque chose de grave j'espère!




MY SONGS ARE MY WEAPONS
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sato Tetsuya
Kyodai ✘ Muranaka
Date d'inscription : 30/06/2018

Messages : 46

Avatar : MUCC - Tatsuro
Activité RP : 0

Masculin
Emploi : PDG d'entreprise
Crédits : haniiiiii
Multi : @"Fujiwara Daisuke" - @"Moriyama Akane" - @"Matsuda Kai" - @"Amakusa Nagato"
10.09.18 17:25
Voir le profil de l'utilisateur

Une mélodie aux sonorités divergentes


Je dois suivre la demoiselle dans sa suite. C'est étrange comme situation, ça me paraît être du déjà vu...mais en général, quand je termine la soirée dans la suite d'un hôtel, c'est pour baiser toute la nuit comme un animal. Or, pour une fois, je ne pense pas qu'à ça. Ce serait mentir que de dire que je n'y pense pas une seule seconde, elle est quand même jolie, Mirai...c'est le style de femme que j'apprécie, discrète et belle à la fois, issue d'une bonne famille en plus de ça. Quelque chose qui m'intéresse, mais je ne suis pas là exclusivement pour ça. Je ne refuserais pas quelques faveurs, évidemment...ce serait stupide de ma part, oh! Je n'ai que rarement le temps de me détendre après tout.

Je la suis donc dans sa suite sans prononcer le moindre mot, les sens en alerte. Si mes informations sont exactes, alors je risque gros en me montrant seul avec elle. J'aurais peut-être dû assurer mes arrières en contactant le chef de famille en premier, mais...comment dire? Je suis peut-être un peu casse-cou, j'apprécie beaucoup trop d'être pris pour cible et me mettre dans des situations difficiles. Tant que ça ne me coûte pas la vie au final, si je frôle la mort, je me sens un peu plus vivant. Comme cette fois où j'ai fini enfermé avec un type bizarre dans un sous-sol...certes, la torture que j'ai subie là-bas n'était pas de tout repos et je ne voudrais y retourner pour rien au monde, mais j'avais quand même trouvé intéressant de voir comment je pouvais me démerder dans une situation pareille. Nous nous sommes échappés tous les deux au final, mais cette adrénaline...ah. Je me demande pourquoi je suis autant accro à cette sensation; je suis pourtant persuadé qu'elle me conduira à ma perte à terme.

La suite de la demoiselle est dans un petit bordel digne d'une diva, mais je n'ai rien à dire je pense. Mon bureau est dans un état pitoyable, et c'est sans compter celui de Meguro qui doit abriter une tornade de temps à autres tant je n'arrive pas à le ranger. Je ne retrouve rien, mais j'arrive quand même pas à me discipliner pour le mettre en ordre! Au final, je perds du temps pour pas grand-chose. Mais je me sens moins seul, là, même si c'est quand même moindre...au moins, je rends le truc présentable quand je dois recevoir quelqu'un, sauf si c'est une surprise. Là, je ne garantis rien!

Je m'asseois sur la chaise désignée, et avale une ou deux gorgée d'eau. C'est bien fade, après ce que j'ai pu tester ce soir. Ce petit barman ira loin dans la profession, s'il continue ses créations bizarres. Je regarde la demoiselle avec intérêt, me demandant comment aborder le sujet. C'est assez délicat, après tout...

"Hmm...non, rien de bien grave. Voyez-vous, je suis votre carrière de loin depuis quelques temps, sans vraiment avoir le temps de me déplacer moi-même à un concert. Et j'ai rencontré récemment beaucoup de personnes, dont quelques unes portant le nom de Mochizuki."

Ah, je la vois se tendre légèrement. Ce n'est plus la jeune femme souriante des planches...

"Votre famille est alliée du clan. Pourtant, vous êtes là, à vous produire ainsi sous la protection de votre père. Je trouve ça étrange que vous vous mettiez autant sous le feu des projecteurs...ce n'est pas ce qu'on attendrait d'une personne de votre rang, n'est-ce pas? Ce n'est évidemment pas une critique, je ne fais qu'émettre une supposition. J'aime beaucoup ce que vous faites malgré tout ça."

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Boss Tanaka
Oyabun ✘ Muranaka

Date d'inscription : 12/03/2018

Messages : 176

Activité RP : 0

Masculin
Emploi : Chef de la ville
01.11.18 13:07
Voir le profil de l'utilisateur
Attention, votre sujet a été jugé inactif car sans réponse depuis le 10 Septembre.

Vous avez jusqu'au 10 Décembre 2018 pour vous manifester au près de l'un des deux admins par message privé, afin de remettre votre RP en jeu.

Si rien n'a été fait d'ici le 10 Décembre, votre sujet sera considéré comme abandonné et seul Sato Tetsuya bénéficiera des 500 yens par poste en cas de RP abandonné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mochizuki Mirai
Shatei ✘ Matsumoto
Date d'inscription : 27/06/2018

Messages : 86

Avatar : Maria - GARNiDELiA
Activité RP : 3

03.01.19 18:13
Voir le profil de l'utilisateur

Sato Tetsuya ft Mochizuki Mirai.

Une mélodie aux sonorités divergentes







Avec grande attention, je porte mon regard dans le sien, noyant mes iris doux dans les siens, beaucoup plus noirs, ne cessant de me rappeler ceux de mon père, fort et plein d'assurance. Si le début de sa réponse a le don de faire renaître rougeur et sourire timide, la fin me fait l'effet d'une claque froide de bon matin. Ma famille contient très peu de membres. Tellement que je me demande jusqu'à quel niveau s'est-il rapproché du cœur des Mochizuki. Qui est-il d'ailleurs, pour connaître les personnes de ma famille?

Alors que mes ongles se crispent légèrement autour de mon verre, je m'efforce de garder un visage le plus naturel possible. Quelque chose me dit que s'il est venu vers moi et non vers mon père, c'est qu'il n'est pas encore parvenu à lui parler directement. Ou peut-être fais-je fausse route mais je ne parviens pas à comprendre pourquoi. Pourquoi moi, la fille du chef de famille qui, publiquement, ne passe son temps qu'à chanter et se produire sur scène, flambant l'argent durement gagné en caprice de tout genre.

- Excusez-moi Monsieur si je vous parais insolente, mais que suis-je supposée faire alors? Que devrait-on attendre de moi? Ma famille est certes une alliée du clan, mais nous sommes bien peu nombreux pour clamer avoir une forte importance dans les yeux des Matsumoto. De plus, je suis peut-être la fille du chef de famille, mais je n'ai même pas encore vingt ans vous savez.

Doucement je lui souris. Je ne sais pas ce qu'il est venu faire dans ce bar, et juste me voir pour voir la personne qu'il y a derrière mes musiques n'a pas l'air d'être ce qu'il recherche.

- Ne vous inquiétez pas, je suis très loin de me rabaisser. C'est juste que, puisque les Matsumoto, et même les Yakuzas des autres familles, ne s'attendent pas à grand chose de ma part, je profite un peu de la position de mon père pour réaliser mes rêves.

Une enfant pourrie gâtée. C'est comme cela que beaucoup d'étrangers à notre famille me voient, et c'est ainsi qu'ils doivent me voir. Ils n'ont pas besoin de savoir que cela fait déjà quelques années que j'agis pour le bien de notre famille et que mes pas ont déjà laissé leurs traces sur le chemin que m'a dessiné mon père afin de reprendre le flambeau.

- Veuillez excuser une nouvelle fois mon impertinence, Monsieur, mais pourrais-je savoir qui vous êtes? Vous connaissez mon nom et avez l'air de connaître certains membres de ma famille, or, je n'arrive à mettre un nom sur votre visage. Ma famille ferait-elle affaire avec la votre par hasard?

Ou existerait-il quelqu'un d'assez curieux pour venir mettre son nez dans nos affaires? Mais les affaires d'une petite famille assez insignifiante pour n'exister uniquement lors de sales boulots?

- Encore une fois, je risque d'être impertinente, mais, vous n'êtes pas venu me parler du pourquoi je me produis sur scène alors que je suis la fille du chef de famille uniquement, je me trompe?

Je suis peut-être en train de titiller un sujet qui me dépassera peut-être, mais si cette personne s'approche d'un peu trop près de notre famille, il est en mon devoir de gérer la situation. Devrais-je avoir à l'éliminer pour le bien de mon clan? J'ai toujours mon sabre planqué pas très loin, au cas ou. Mon cœur bat la chamade. Je ne veux pas en arriver là. Si seulement je pouvais réussir à noyer le poisson et réussir à effacer sa curiosité sur les Mochizuki sans attirer son attention... Pour qu'il ne lui arrive rien. Pour que ma lame ne se retrouve encore maculée de sang.

Je ne sais pas si j'en suis capable. J'ai peur.





MY SONGS ARE MY WEAPONS
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: