Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The color of money - Kohaku feat Satoshi
 :: La zone des vermines :: Nakano

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
23.08.18 1:28
Il a l’air particulièrement pressé. Peut-être l’enthousiasme ou l’excitation à la perspective de cette aventure et enquête. À moins qu’il ne soit pressé de quitter cette chambre. Nous l’avons payé pour une heure en sachant que nous aurions fini avant mais l’expérience me pousse à le retenir encore un peu. Je me lève et lui attrape doucement la main pour l’inciter à venir s’assoir à côté de moi. Nous n’en avons pas fini et j’avoue qu’il commence à me stresser un peu à rester debout comme ça.
« Attendez. Dîtes-moi d’abord ce que vous avez en tête. »
J’esquisse un sourire qui se veut rassurant et je le suis. Tout ça ne m’est pas inconnu. Autrefois ce genre d’histoires m’effrayaient et quand j’étais trop drogué ou ivre pour l’être, j’étais juste blasé. Aujourd’hui je dois dire que ça m’amuse beaucoup. Travailler pour Kawamura à Chuo m’aura définitivement changé et parfois je me dis qu’il a été la meilleure et la pire chose qui m’est arrivé ces dernières années. Enfin pas non plus la meilleure-meilleure. La palme, je la réserve à Ryuichi.
« Est-ce que vous avez d’autres échantillons ? J’ai besoin d’en voir plus. Je veux bien vous suivre mais j’ai besoin de savoir où vous comptez m’emmener. »
Vers le reste de l’argent ? Vers des échantillons ? Je n’ai pas pour habitude de me jeter à corps perdu vers l’inconnu. Plus maintenant en tout cas. Je me suis assagi et si nous devons réfléchir à la suite, autant le faire ici.
« Mais si vous préférez qu’on en parle ailleurs, nous pouvons. D’ailleurs on doit fixer ensemble certaines règles avant d’officialiser les choses entre nous… enfin je veux parler de notre collaboration. »

Je me rends alors compte que j’ai gardé sa main dans la mienne. Je lui adresse un sourire gêné et m’excuse en la lâchant avant d’ajouter :
« Je vous apporterais toutes l’aide dont vous aurez besoin mais je ne veux en aucun cas que mon nom soit mentionné quelque part. Je suis fiancé à un yakuza qui a un certain statut dans le clan et qui possède un établissement très côté. Je ne souhaite pas que mes affaires ou encore mes activités avec vous, lui fassent du tort. Il me faudra aussi le nom et toutes les informations que vous possédez sur l’homme qui vous a donné ces billets. Il nous faudra aussi un endroit où travailler. Un endroit discret. Si vous n’êtes pas à l’aise avec les loves hôtels, nous pourrions peut-être aller chez vous ? Sinon je connais quelqu’un qui pourra nous prêter un bureau. Dans tous les cas, vous êtes mon client, alors je ferais en sorte de vous satisfaire à tous les niveaux et d’être à la hauteur de vos attentes. »
Je lui adresse mon plus beau sourire avant de me rendre compte que décidément, il faut que je perde cette mauvaise habitude que j’ai, de me comporter comme si j’étais encore escort et que je proposais des services sexuels alors qu’il n’en est rien.


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
27.08.18 15:20


THE COLOR OF MONEY

Bien sûr, Satoshi était particulièrement emballé à l'idée de coincer les responsables de ces faux billets, particulièrement parce qu,il souhaitait voir la couleur de son propre argent. Pour le moment, par contre, il savait qu'une collaboration avec Kohaku était nécessaire, et il s'agissait pour lui d'un nouveau problème qu'il n'avait absolument pas envisagé. Il fut à nouveau invité par ce dernier à prendre place sur le lit, s'emparant de sa main. Apparemment, les contacts physiques étaient très usuels pour Kohaku qui ne semblait pas prêt de lui lâcher la main, ce qui, à nouveau, empêchait Satoshi de réfléchir efficacement à la raison de leur présence dans cette chambre. Impossible de lui dire ce qu'il avait en tête, ça n'avait absolument rien à voir avec les faux billets.

Enfin, Kohaku libéra sa main alors que Satoshi aurait souhaité le faire bien avant. Il s'était déjà montré plutôt brusque un peu plus tôt et il ne désirait pas froisser le jeune homme en recommençant son manège. Il avait besoin de lui et il pourrait se faire des idées sur lui, croire qu'il était homophobe ou un truc du genre.

« Je préférai un endroit plus... Professionnel. »

Un bureau serait beaucoup plus approprié, Satoshi aurait plus de mal à imaginer Kohaku allongé sur le lit s'il n'y en avait tout simplement aucun. Il ne pu cacher sa surprise lorsque ce dernier lui révéla qu'il était fiancé à un Yazuka assez bien placé dans le clan. Raison supplémentaire de faire en sorte que leur relation ne reste que purement professionnel. Le jeune homme rêvait d'être en contact avec des gens biens placés parmi les Yakuzas qui pourraient nécessiter ses services, voir même davantage. Il n'allait pas tout faire foirer pour un joli minois très tactile.

D'ailleurs, même si Satoshi n'avait pas pour habitude de fréquenter des escortes, il pouvait très bien reconnaître les manières de Kohaku. S'en doute avait-il prit sa retraite après avoir rencontré se Yakuzas. C'était décidément courant pour les jeunes escortes de s'acoquiner avec un Yakuzas pour s'assurer une certaine protection et statut.

« Oui un bureau, ce serait bien mieux pour assurer la confidentialité de notre travail. Je ne voudrais pas que ton fiancé ou des gens de son clan ne se méprennent sur notre relation professionnelle. »

Satoshi se recula légèrement pour créer une plus grande distance entre lui et Kohaku et bien lui signifier qu'il n'avait aucunement l'intention de prendre de risques.

« J'assurerai également la confidentialité de notre collaboration et je compte sur vous pour faire de même. Concernant les échantillons, j'ai quelques billets supplémentaires sur moi, mais mon client veille sur la majeure partie du montant. »

Il regarda Kohaku un court instant et fronça légèrement les sourcils.

« Dites-moi, vous êtes faussaire depuis longtemps? »
  
BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
29.08.18 1:00
J’acquiesce lorsqu’il me répond qu’il préférait un endroit plus professionnel et je pourrais difficilement le contre dire. Je pense que ça serait mieux pour tout le monde. Les rumeurs courent tellement vites que je n’aimerais que Ryuichi entende des choses sur nous. Nous venons de nous fiancer et nous n’avons pas besoin ça.
« Ne vous inquiétiez pas, je ne prononcerais jamais votre nom et si on nous voit ensemble, je dirais simplement que vous êtes l’un de mes clients venu me commander une toile. Après tout je ne suis pas simplement faussaire. Je suis également artiste peintre. »
Lorsqu’il me demande si j’exerce cette activité depuis longtemps, j’ai du mal à réprimer un sourire. Ma vie a été si compliquée ces dernières années. Non en réalité elle l’a toujours plus ou moins été.
« Je dirais qu’autrefois je n’exerçais que pour une clientèle très restreinte et je ne le faisais pas vraiment de manière officielle. Ce n’est que très récemment que j’ai décidé d’en vivre. »
Je me lève et sort mon téléphone portable tout en me rapprochant de la salle de bain.
« Je vais téléphoner à un contact qui me doit un service. Je suis certain qu’il doit avoir un bureau à nous prêter dans le coin. »
Je lui adresse un sourire puis disparait derrière la porte de la salle de bain. Je ne la verrouille pas et me contente simplement d’ouvrir l’eau du lavabo pour couvrir ma conversation. Ce n’est pas une question de confiance mais plutôt de discrétion. J’ai un répertoire téléphonique rempli d’hommes qui me doivent des services mais qui n’ont pas forcément intérêt à voir notre lien dévoilé au grand jour. Certains sont d’anciens clients, d’autres d’anciens amants ou associés… Certains ne sont pas sensé aimer les hommes, d’autres sont en couple… Il y a tellement raisons qui pourraient expliquer pourquoi leur nom ne doit pas être associé au mien.

Une fois ma conversation terminée, je ferme le robinet, jette un dernier coup d’œil à mon reflet puis retourne dans la chambre.
« Je suis désolé pour l’attente. Il y a un bureau que nous pouvons utiliser à quelques rues d’ici. Il n’est pas encore loué et ne le sera sans doute pas avant plusieurs semaines ce qui est amplement suffisant pour nous. C’est le gardien nous ouvrira. »
Je jette un coup d’œil à ma montre puis lui dit :
« On va passer pour des gens pressés mais ça n’a aucune importance. »
Après tout, nous n’avons même pas utilisé la moitié de l’heure prévue pour la chambre mais ce n’est qu’un détail sans importance ni intérêt.
« Je vous propose d’y aller en taxi. Ça nous évitera d’être vu par la moitié de Nakano et donc d’éviter les situations gênantes en nous faisant surprendre à la sortie ou à proximité d’un love hôtel. Une fois sur place, j’examinerais les autres billets. »


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
29.08.18 15:57


THE COLOR OF MONEY

Alors ça, Satoshi ne s'y attendait tout simplement pas. L'homme avec lequel il s'entretenait était donc également un artiste? Pourtant, il avait le sentiment que ce dernier cachait quelque chose de plus sombre. Il semblait plutôt jeune mais donnait l'impression d'avoir vécue bien plus que Satoshi au cours de ses vingt années sur terre. Son intérêt pour Kohaku ne faisait qu'amplifier.

« Quel genre de peintures? »

Il fronça légèrement les sourcils, réalisant que sa question n'avait tout simplement rien à voir avec la raison de leur rencontre et que l'autre jeune homme pouvait l'interpréter comme une curiosité mal placée.

« Simple curiosité... »

Kohaku n'était sans doute pas le plus expérimenté des faussaires de Tokyo, mais il possédait un professionnalisme et une certaine discrétion qui semblait plutôt rare dans ce monde où on désirait connaître les avoirs et les vas et viens de l'argent de tous. Satoshi acquiesça lentement, laissant l'autre jeune homme se diriger vers la salle de bain pour effectuer un appel. Autre preuve de sa grande discrétion qu'il préférait ne pas questionner. Enfin, Kohaku ressortit quelques minutes plus tard, annonçant qu'il avait trouver un bureau qu'ils pourraient utiliser à l'instant. Impressionné, Satoshi avait du mal à détourner son regard du jeune homme qui, non seulement était physiquement attirant, mais semblait tout aussi intelligent et débrouillard, qualités que peu de gens possédaient. C'était souvent soit l'un ou l'autre. Il adressa un clin d'oeil au jeune homme à sa remarque concernant leur empressement.

« L'important c'est qu'on ait tous deux l'air satisfait de ce moment. »

Paroles qu'il prononçait pour se détendre lui-même vu le contexte qui était loin de le mettre confortable. Satoshi se redressa finalement à son tour, récupérant son sac près de la porte.

« Laissons tomber les formules de politesse, après tout, nous venons de partager une chambre. »


Il eu un faible sourire puis ouvrit la porte de la chambre, faisant un signe de main au jeune homme pour le laisser passer devant.

  
BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
31.08.18 10:13
On dirait qu’il commence à se détendre. Je le sens en tout cas plus à l’aise avec moi. Encore une déformation professionnelle… même si ce n’est plus du tout mon métier. Les habitudes ont la vie dure et j’ai du mal à m’empêcher de vouloir plaire à un client même s’il ne paie pas pour ça.
« Entendu. Je te tutoierais si tu fais la même chose avec moi. D’ailleurs tu peux m’appeler Haku. »
Je lui adresse un sourire ravi puis passe le premier la porte tout en pianotant sur mon téléphone portable pour nous appeler un taxi. Nous sommes à Nakano, un quartier qui bouge beaucoup alors il ne mettra pas longtemps à arriver.
« Pour répondre à ta question de tout à l’heure je peins un peu de tout. J’aime réaliser des copies d’œuvre d’art. »
Pour ne pas dire des faux tableaux.
« Généralement j’expertise les tableaux que mes clients veulent acquérir. J’ai l’œil pour distinguer le vrai du faux et comme tu peux le voir, ça marche aussi pour les billets de banque. Au final ça reste aussi une œuvre d’art, à sa manière bien sûr. »

Comme nous sommes au troisième étage, nous prenons l’ascenseur pour descendre. Lui aussi est une œuvre antique à sa manière et je m’étonne qu’il soit encore en état de marche. J’essaie de ne pas faire attention au bruit étrange qu’il fait en s’ouvrant devant nous puis en se refermant. Je presse sur le bouton du rez-de-chaussée puis me tourne vers l’homme qui se tient à mes côté. Lui faire la conversation va m’aider à ne pas penser à cette boite de conserve qui descend lentement mais sûrement les étages.
« Mais ce que j’aime faire par-dessus tout, c’est de l’hyper-réalisme. Je fais beaucoup de portrait aussi. Je pourrais faire le tien à l’occasion. »

Après tout, il n’a pas un visage déplaisant, bien au contraire. Je profite d’ailleurs de notre proximité pour observer très attentivement chacun de ses traits, les gravant ainsi dans ma mémoire pour peut-être les coucher plus tard sur du papier.

C’est une étrange secousse qui me ramène à l’instant présent. La lumière grésille et l’ascenseur s’arrête entre deux étages. Bien sûr… comme par hasard ! Je presse frénétiquement sur les différents boutons en vain. Il est bloqué et n’a pas l’air de vouloir bouger d’un centimètre.
« Je crois que c’est le moment de t’avouer que je suis un peu claustrophobe.»
Je pousse un petit rire nerveux tout en m’appuyant dos contre la paroi de métal.


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
04.09.18 16:51


THE COLOR OF MONEY

Satoshi aurait du s'en douter. Bien sûr qu'un faussaire expert en faux billets avait un talent artistique pour imiter les plus grands de ce monde. Il savait clairement comment mettre son talent à profit et Satoshi devait avouer être très impressionné par son savoir faire.

Il suivit ce dernier jusqu'à l'ascenseur. Comme ils n'étaient qu'au troisième étage, il aurait bien utilisé l'escalier, mais il se contenta de suivre Haku qui avait déjà appuyé sur le bouton pour appeler l'ascenseur. Celui-ci n'inspirait d'ailleurs pas confiance, semblant dater d'une époque lointaine, le bruit n'aidant pas cette impression peu rassurante. Satoshi laissa cependant ses inquiétudes de côté lorsque l'autre jeune homme énonça son désir de peindre son portrait. Il ne pu s'empêcher de rire à cette pensée, bien que le compliment lui donna une bouffée de chaleur. Ou alors, il s'agissait de l'espace restreint dans lequel ils se trouvaient.

« Je ferais un très mauvais modèle, j'ai beaucoup de difficulté à rester en place et... »

Il fut incapable de terminer sa phrase, une secousse venant l'interrompre. Il appuya sa main contre la paroi, la lumière vacillante les abandonnant finalement à l'obscurité. Satoshi resta complètement immobile, observant Haku jouer avec les différents boutons, espérant une réponse quelconque de l'appareil. Il s'agissait d'un pur cauchemar pour Satoshi qui détestait les espaces restreints plongés dans la noirceur. C'était d'ailleurs le pire endroit pour rester coincé dans un ascenseur, cet hôtel semblant très mal équipé pour ce genre d'imprévu. Il s'agrippa brusquement au veston de l'autre jeune homme qui lui avoua être aussi claustrophobe. Heureusement, il semblait savoir mieux se contrôler que Satoshi qui ne ressentait soudainement plus aucun malaise à se rapprocher d'un corps masculin.

« Mais merde! Je rêve. Je ne peux pas rester ici, nous allons manquer d'air trop rapidement... Ce putain d'ascenseur n'a aucun téléphone de secours. »

Il avait soudainement très chaud, ce qui fit en sorte qu'il reprit lentement ses esprits, tentant de calmer son esprit qui lui présentait les pires scénarios possibles dans une telle situation. Il relâcha le vêtement du jeune homme, baissant légèrement la tête.

« Désolé. J'ai beaucoup de mal à me contrôler dans ce genre de... Situation. »

  
BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
08.09.18 4:13
D’abord surpris par son geste, je finis par esquisser un sourire qu’il ne remarque sans doute pas à cause de la pénombre dans laquelle nous sommes plongés. D’ailleurs je remarque très vite que mon client est bien plus claustrophobe que moi. Il m’en ferait presque oublier le malaise que m’inspire cet espace clos.
« Ne t’excuse pas. »
Je glisse ma main dans la sienne, hésite puis finis par le tirer contre moi. Je ne l’aurais pas fait en temps normal mais la situation est un peu particulière. Nous sommes enfermés dans un ascenseur et il semble au bord de la crise de panique.
« Ferme les yeux et respire profondément. »
Je glisse une main derrière sa nuque et commence à caresser la naissance de ses cheveux tout en lui murmurant dans le creux de l’oreille :
« Tout se passera bien, ne t’en fait pas. »
Je connais mille et une manières de détendre un homme mais j’élimine d’office celles qui me ferait fauter.

« Nous ne resterons pas enfermé ici longtemps. Le gars à l’accueil va s’inquiéter en ne nous revoyant pas alors que notre heure aura expiré. »
Ce qui veut dire que nous avons presque une demi-heure à tuer ici mais on trouvera comment s’occuper et oublier l’espace clos et oppressant dans lequel nous nous trouvons.
« Du coup il ne mettra pas longtemps à se rendre compte qu’on est ici. »
Je réfléchis un instant puis le détache légèrement de moi.
« Je suis désolé. Je suis du genre tactile mais j’espère que ça va mieux maintenant. »
Je garde sa main dans la mienne et la masse doucement. La première maison close dans laquelle j’ai travaillé était Le Bout Du Monde. L’établissement combinait à la fois bain public, salon de massage, salon de thé et maison close. J’y ai appris beaucoup de chose et certaines pourraient m’aider à lui changer les idées, en tout bien tout honneur bien sûr.

Je finis par lui lâcher la main et retire ma veste. Il fait un peu chaud et je pense que je serais plus à l’aise sans. Je m’assois ensuite sur le sol et lui fait signe d’en faire de même.
« Mieux vaut discuter et trouver une manière de s’occuper pour ne pas penser à la situation dans laquelle on se trouve. Retire aussi ta veste. Tu seras mieux sans. »
Je me penche vers lui et l’aide à la retirer, chatouillant par la même occasion son visage avec mon souffle.


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
10.09.18 17:13


THE COLOR OF MONEY

Satoshi se retrouva rapidement contre l'autre jeune homme, sa main dans la sienne. Il s'agissait d'un contact rassurant qu'il n'avait que très rarement connu par le passé. Élevé sans mère et par un père absent, il avait apprit à se débrouiller et se réconforter par lui-même à un très jeune âge. Les espaces clos avaient toujours été un problème pour Satoshi pour des raisons qu'il préférait ne pas révéler.

Il ferma les yeux et prit de grandes inspirations, tel que dicté par Haku, inhalant par le fait même son odeur qui se révéla avoir un certain effet thérapeutique sur Satoshi. Il frissonna légèrement en sentant le contact de la main de ce dernier sur son cou. Si la situation ne le rendait pas si nerveux, il aurait simplement eut une érection grâce à ce simple contact qui, encore une fois, lui donnait des envies qu'il préférait refouler vu les circonstances.

Satoshi réussi néanmoins à se calmer et à trouver une respiration régulière, rassuré par les paroles de son vis-à-vis. Après tout, il n'avait pas tord. Le mec de la réception n'allait certainement pas les laisser s'en tirer à utiliser une chambre plus longtemps que la somme payée et il allait les sortir de leur prison. Ce n'était qu'une question de temps. Il réussit même à sortir une plaisanterie -qui en fait, n'en était pas réellement une- suite aux paroles de l'autre jeune homme.

« Y'a pas à être désolé, si tu n'étais pas fiancé, j'en profiterai sans doute d'avantage. »

Sans hésiter, il prit place aux côté de Haku sur le sol, concentrant son regard sur celui-ci pour éviter de penser à l'espace clos dans lequel ils se trouvaient. Encore une fois, l'autre jeune homme provoqua de nouveaux frissons lorsque Satoshi sentit son souffle sur sa peau, retirant sa veste sans résistance. Il ignorait si les agissements de ce dernier étaient volontaires ou non, mais ils lui donnaient différentes idées sur le 'comment' ils pourraient s'occuper. Comme Haku avait préalablement établis être fiancé, Satoshi se dit qu'à se stade-ci, il était sans doute préférable de se montrer honnête.

« J'ignore s'il s'agit de gestes volontaires de ta part, mais être coincé dans un lieu si étroit avec un homme aussi tactile me donne bien quelques idées sur la façon dont on pourrait tuer le temps tout en se détendant... »

  
BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
11.09.18 11:30
D’abord surpris, je ne réponds pas et me contente de lui adresse un sourire figé. Est-ce que j’ai bien compris ce qu’il vient de me dire ? Il faut croire que oui et très vite je sens mes joues s’enflammer. Je suis à la fois flatté et honteux… D’ailleurs je ne sais pas vraiment si je lui plais vraiment ou bien si c’est à cause du rentre dedans que je lui ai involontairement fait, qu’il me dit ça. Je détourne mon regard, gêné par la situation et finis par lui répondre :
« Je suis désolé si j’ai pu te laisser croire que… enfin tu vois…Ce n’est pas que tu ne me plais pas… »
Je cherche mes mots sans parvenir à les trouver. Clairement si nous nous étions rencontrés il y a un an, nous aurions sans aucun doute baisé depuis longtemps. En effet, à l’époque j’étais un peu nymphomane sur les bords et je me laissais complètement guider par mes pulsions et mon besoin d’être aimé. Mais aujourd’hui c’est différent. Je ne veux plus de ce genre de vie et j’ai fait un gros travail sur moi pour ne plus me comporter de cette manière alors…
« Mais je suis fiancé et je n’ai pas envie d’être infidèle. Et crois-moi, il ne vaut mieux pas fâcher mon compagnon. Il est jaloux et dangereux. »
Après tout c’est un yakuza.

Je ramène mes jambes contre mon torse et passe les bras autour. C’est à la fois réconfortant et ça me permet de mettre une distance raisonnable avec ce charmant jeune homme qui ne doit en aucun cas devenir autre chose qu’un client ou peut-être un ami…
« Pour tout te dire, je pense qu’il se fâcherait s’il apprenait que j’ai parlé de nous à quelqu’un. Comment dire… il n’aime pas étaler notre vie privé en public. »
Et j’imagine qu’il doit avoir un peu honte de moi. Après tout, j’étais une putain, un junkie et un alcoolique. Et ce n’est pas quelques mois de bonne conduite qui vont effacer tout ça.
« Alors je compte sur ta discrétion. »
Je lui adresse un sourire amical avant de poser ma main sur la sienne :
« Je te propose qu’on se livre à quelques confidences pour passer le temps. Puisque j’ai commencé, c’est à ton tour. Dis-moi quelque chose que tu n’es pas sensé partager avec quelqu’un. »

Quand je réalise que ma main caresse la sienne, je la retire aussitôt. J’ai décidément du mal à me défaire de cette sale manie que j’ai de toucher les gens avec qui je me sens à l’aise. Et c’est le cas avec lui.


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
11.09.18 15:43


THE COLOR OF MONEY

Satoshi haussa un sourcil, bien qu'il savait très bien dans quelle direction se dirigeaient les paroles du jeune homme. Il l'observa un long moment alors qu'il tentait d'expliquer la situation. Un simple refus aurait fait l'affaire, il avait compris qu'il était fiancé et que par soucis de fidélité, il préférait garder ses distances. Cependant, c'était Haku qui avait initié les quelques contacts physiques entre eux et Satoshi, quant à lui, ne pouvait empêcher son corps d'y réagir. D'ailleurs, quelque chose lui disait que le jeune homme n'était pas aussi innocent que ce qu'il semblait projeter. Il rassemblait d'ailleurs ses jambes et ses bras contre son torse de manière à se protéger, ce qui n'avait pour effet que d'éveiller les soupçons de Satoshi.

Quoi qu'il en soit, Satoshi avait eu bien assez d'ennuis dernièrement et les paroles du jeune homme concernant son fiancé n'avait rien pour le rassurer. Si ce dernier était dangereux et tenait à rester confidentiel concernant certains détails, quelque chose lui disait qu'il s’agissait sans doute d'un membre haut placé d'un gang, voir un yakuza. Il poussa un long soupir et appuya sa tête contre la paroi de l'ascenseur.

« Ne t'inquiètes pas, je serai discret, personne ne saura que tu m'as pris dans tes bras pour me rassurer ou la façon dont tu prends pour ma main pour mille et une raison. »


Satoshi réalisait qu'il se montrait particulièrement accusateur, mais il ne pouvait s'en empêcher. Il fouilla dans ses poches et ses doigts entrèrent en contact avec un petit sachet. Il avait hésitait à y avoir recours, mais la situation actuelle le poussait à prendre le seul moyen raisonnable pour éviter de paniquer et d'utiliser le jeune homme davantage. Il se détourna légèrement de Haku, évitant que ce dernier ne puisse apercevoir quoi que ce soit, et avala rapidement le contenu du sachet en question. Il toussa légèrement, préférant généralement avoir un peu d'eau pour accompagner la procédure.

Satoshi sentit à nouveau la main du jeune homme qu'il venait d'accuser contre la sienne. Il ignorait si c'était, encore une fois, ce contact rassurant qui le calmait ou ce qu'il venait d'avaler, mais il réussit à se détendre davantage. Il ne pu s'empêcher de rire à la question de Haku. Quelque chose qu'il n'était pas supposé révéler? L'identité de ses clients, pour commencer. Et ce n'est pas pour passer le temps qu'il allait se révéler à ce sujet. Ayant perdu un soupçon d'inhibition, il décida d'y aller avec une confession plus naïve.

« Je me suis tapé un ancien prostitué il y a peu de temps. »


Comme cette confession n'avait rien d'étonnant, il ajouta, sans grande honte.

« Pour perdre ma virginité. »

  
BY MITZI

Contenu sponsorisé


Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: