Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The color of money - Kohaku feat Satoshi
 :: La zone des vermines :: Nakano

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
06.10.18 5:15
Je n’ai pas répondu lorsqu’il a évoqué l’idée de rendre vraies les rumeurs si un scandale venait à éclater. C’est clairement une avance à laquelle j’aurais répondu si j’avais été célibataire et c’est bien ça le problème. Ça commence à ne plus vraiment ressembler à un flirte innocent entre nous et je sais que c’est de ma faute. Il faut à tout prix qu’on retrouve une relation professionnelle sinon on risque de sérieux ennuis lui et moi. Moi je risque de perdre Ryuichi et lui… qui sait ce que pourrait faire un yakuza en colère et jaloux ?

Nous nous rendons à pieds jusqu’au bureau que nous utiliserons pour nos affaires. Je crois qu’un cadre professionnel nous aidera à faire la part des choses et à ne pas déraper. Ce qui ne nous empêche pas de faire plus amples connaissances en chemin.
« Si c’est un nom que tu veux, il te faudra être patient. »
Je joue les prudes mais en réalité j’ai surtout peur que Ryuichi m’en veuille d’avoir parlé de nos fiançailles à un inconnu. Il fait parfois tout une montagne pour pas grand-chose et après ce qui vient de se passer entre Satoshi et moi, je ferais bien de ne pas me faire remarquer. Je n’ai peut-être pas couché avec cet homme mais il s’est passé suffisamment de chose entre nous pour que Ryuichi soit furieux et veuille lui casser la figure… peut-être même pire.
« Ensuite ce n’est pas tout à fait lui qui m’a fait quitter l’escorting. »
Pour ne pas dire prostitution.
« J’étais déjà sur la fin de ma carrière lorsqu’on s’est rencontré. Tu sais bien ce que c’est dans ce milieu, plus on s’approche de la trentaine moins on est vendeur et puis j’avais surtout d’autres talents cachés plus intéressants. Mon ancien mac l’a tout de suite compris et m’a donné un petit coup de pouce. »
J’en dis peut-être trop. Quand je suis nerveux je peux me montrer bavard mais je ne dis rien qui ne soit déjà de notoriété publique. Après tout le nom de mes anciens employeurs n’a rien de confidentiel et n’importe quel apprenti détective trouverait facilement que le dernier en date s’appelait Kawamura et qu’il est toujours proxénète à Chuo. Quant à obtenir des informations sur cet homme… C’est une autre histoire et moi-même je ne m’aviserais pas de jouer à ce petit jeu. Tous ceux qui ont tenté de percer le mystère Kawamura se sont brûlé les ailes.

« Donc ma liberté, mon fiancé ne me l’a pas acheté. Bien sûr il m’apporte une sécurité financière non négligeable et une sécurité tout court mais je suis avec lui de mon plein gré et nous nous aimons sincèrement. »
Même si je crois que je lui fais honte et que c’est entre autres pour ça que je ne dois pas ébruiter nos fiançailles.
« Regarde ! C’est cet immeuble. Le bureau en question est au premier et je te propose qu’on utilise les escaliers. »
Histoire de ne pas être tenté de terminer ce que nous avons failli commencer tout à l’heure.


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
09.10.18 21:01


THE COLOR OF MONEY


Satoshi laissa échapper un rire légèrement amer. Haku faisait beaucoup d'effort pour garder l'identité de son fiancé secrète ce qui attisait davantage sa curiosité. Évidemment, il savait jouer avec le feu, mais l'autre jeune homme n'était pas blanc comme neige. Il semblait avoir du mal à résister mais craignait sans doute de déplaire à l'homme qui partageait sa vie et gardait donc une certaine retenue.

« La trentaine, ce n'est pas pour demain. Ta retraite est plutôt prématurée, non? »

Après, il se doutait bien que la prostitution n'avait rien de glamour et ne pouvait pas blâmer le jeune homme de vouloir se concentrer sur autres choses. Pourtant, Satoshi s'étonnait toujours du nombre de personnes qui choisissaient cette voie pour survivre. Malgré les explication de Haku, il doutait que sa situation puisse s'expliquer aussi simplement. Il lui révélait beaucoup d'informations à son sujet mais gardait également un certain mystère concernant son statut actuel. Enfin, il n'était pas là pour enquêter sur son sujet. De plus, le jeune homme avait mentionné avoir maintenant une situation financière aisée grâce à son fiancé ce qui réduisait les chances que Satoshi ne le poursuive pour l'un de ses créanciers. Il décida donc de se concentrer sur la réelle raison de leur rencontre.

« Quelle jolie histoire. »

Une pointe d'ironie perçait ses dernières paroles. Peut-être était-ce la jalousie qui le faisait réagir ainsi, mais Satoshi acceptait mal le bonheur des autres, sans doute parce qu'il était toujours à la recherche du sien.

Enfin, les deux jeunes hommes arrivèrent à l'édifice où se trouvait le bureau mentionné par Haku. Satoshi ne pu s'empêcher de sourire à sa proposition d'utiliser les escaliers. Comme le bureau se trouvait au premier étage, il allait de soit que l'ascenseur n'était pas une option à envisager, mais suite à leur mésaventure, il se doutait bien que l'autre jeune homme préférait éviter l'appareil.

« Ne t'inquiète pas, le message est clair et tu ne crains rien. »
BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
10.10.18 11:06
J’ai l’impression de l’avoir un peu vexé et je m’en veux. Je suis vraiment exaspérant et désespérant. Ce besoin que j’ai de plaire et de vouloir me faire aimer est pathétique. C’était normal lorsque j’étais escort mais là c’est différent. J’ai juste besoin d’entretenir des rapports cordiaux avec lui pas de lui donner l’illusion que nous allons entretenir une liaison. Ce n’est pas ce qu’il attend de moi et je n’ai pas besoin de lui plaire pour bien faire mon job. Il faut vraiment que j’apprenne à faire la part des choses et surtout que j’arrive à faire entrer dans ma petite cervelle que je ne suis plus escort et que je n’ai plus à minauder avec mes clients. Je crois que j’ai encore beaucoup de chemin à faire…

Nous prenons les escaliers pour nous rendre au premier étage où nous sommes attendus par le concierge qui a laissé la porte du bureau ouverte et qui est occupé à fumer à la fenêtre. Je toque contre la porte pour attirer son attention et le salue. Il se retourne vers nous, nous dévisage avant de nous saluer et de nous signaler que nous sommes en retard. Je m’avance le premier, m’incline poliment et m’excuse avant de récupérer les clés et de le raccompagner jusqu’à la sortie le plus rapidement possible. Une fois le concierge mis à la porte, je m’empresse de la refermer à clé derrière lui et de m’appuyer contre la porte tout en poussant un profond soupir de soulagement.
« Nous voilà tranquille. »
J’adresse un sourire à mon client avant de porter mon attention sur notre espace de travail se composant d’un vaste bureau meublé, d’une petite cuisine équipé et d’un WC. Je me détache de la porte, traverse le bureau et décide de m’installer sur le canapé plutôt qu’à la table de travail. Je pose mon sac sur la petite table basse en face de moi avant de me détendre complètement :
« Je crois qu’on sera bien ici pour travailler. Il me faudra d’autres échantillons de billet et peut-être quelques bricoles pour examiner en détail ce que tu me donneras mais ça, c’est ma partie... »

Je m’interromps en attendant mon téléphone portable sonner. Ce n’est pas un appel mais un sms. Un coup d’œil à l’écran m’indique qu’il s’agit de Ryuichi. J’adresse un sourie de circonstance à mon vis-à-vis avant de lui dire :
« Excuse-moi un instant. »
Je pianote rapidement sur l’écran afin de répondre à mon chéri. Si je ne le fais pas, il risque de se fâcher et je n’ai ni envie ni le temps pour une crise de jalousie. Une fois le sms envoyé, j’adresse un sourire de circonstance à Satoshi en lui disant sans trop savoir pourquoi :
« Mon fiancé est un peu possessif. Je suis navré. »
Je me racle la gorge et essaie de changer de sujet :
« En examinant davantage de billet, je pourrais déterminer avec précision le type d’encre et mieux identifier l’auteur du graphisme. Je pense connaitre presque tous les types capables de reproduire un billet avec une telle précision. L’identifier ne devrait pas être trop difficile pour moi. »



Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
11.10.18 15:47


THE COLOR OF MONEY


Une fois arrivé au bureau, Haku s'inclina face au concierge pour s'excuser de leur retard. Satoshi, pour sa part, se contenta de les regarder, ne voyant aucunement la nécessité de s'incliner face à cet homme qui ne faisait que faire son travail pour lequel il était rémunéré. De nature pourtant bien polie, il semblait que les amphétamines influençaient certains aspects de sa personnalité de façon plus ou moins drastique.

Un nouveau sourire amusé apparu sur son visage lorsque l'autre jeune homme referma la porte à clé derrière le concierge. Bien sûr, discuter d'argent, surtout de faux billets, incitait à la discrétion, mais il s'agissait tout de même d'un phénomène courant dans cette ville. Ainsi, Satoshi en déduit que Haku était tout simplement particulièrement fervent d'intimité peu importe le contexte et le sujet de conversation.

Comme ce dernier prit place sur le canapé, Satoshi se fit un devoir de ne pas s'en approcher et se dirigea plutôt vers le bureau, prenant place sur celui-ci avec une certaine désinvolture. Son sac reposait à ses côtés et il y en ressortit quelques il l'avait précisé un peu plus tôt, il s'agissait tout de même d'une quantité limité de billets.

S'apprêtant à les tendre au jeune homme, Satoshi interrompu son mouvement, ce dernier récupérant son portable lui signifiant qu'il venait de recevoir un SMS. Il soupira, désespéré par la scène. Il n'avait absolument aucun préjugé concernant les couples, mais il comprenait mal comment il arrivait à supporter une relation avec une personne si possessive. Satoshi lui lança finalement les trois enveloppes qui atterrirent sur la table face à l'autre jeune homme.

« La confiance est pourtant l'élément essentiel au sein d'un couple. »

Il croisa les jambes, prêt à passer aux choses sérieuses. Tout se déroulait beaucoup trop lentement pour lui, il débordait d'une énergie nouvelle et avait bien envie d'aller en profiter dans un contexte différent. D'ailleurs, malgré toute sa volonté, il avait du mal à se concentrer et à assimiler les paroles du faussaire.

« Ok ok. Alors là, je t'ai filé trois échantillons différents provenant du même type. Pour moi, chaque billet est identique aux autres, mais c'est pas moi l'expert. Tu peux les garder le temps nécessaire, il ne s'agit que d'une petite partie du montant total. »


BY MITZI

Hisakawa Kohaku

Date d'inscription : 01/04/2018Messages : 117Avatar : HakueiActivité RP : 5 MasculinEmploi : Faussaire¥ : 117,600Multi : Tokugawa Ryosuke - Kurosaki Kei - Yagami Akira
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
13.10.18 3:19
Je baisse les yeux vers la table basse sur laquelle ont atterri trois enveloppes et esquisse une petite moue contrariée.
« La confiance est un ciment indispensable, dans un couple comme en affaire. »
Je relève les yeux vers lui et lui adresse un long regard en insistant bien sur le mot affaire. Après tout, les choses sérieuses vont commencer et nous allons devoir nous faire mutuellement confiance, sans parler des longues heures qu’on va passer ensemble… seuls dans ce bureau… Je chasse de mon esprit toutes pensées inappropriées puis commence à ouvrir la première enveloppe pour en examiner le contenu. Je fais de même avec les deux autres enveloppes, veillant bien à compter le nombre de billet qu’elles contiennent afin qu’on soit d’accord sur la somme qu’il me laisse à disposition. Cet argent n’est bien entendu pas à moi mais je vais devoir le garder le temps d’ analyser un par un chaque billet.

« Je vais devoir les garder 24h. »

J’ouvre mon sac et range les enveloppes à l’intérieur avant de relever les yeux vers lui :
« Je te propose qu’on se revoit demain ici à la même heure. Je te ferais un rapport détaillé de ce que j’aurais trouvé. J’aurais peut-être même une adresse ou deux à te donner. On pourra y aller ensemble. »
J’hésite un instant puis ajoute :
« À moins que ça ne te dérange que je t’accompagne jusqu’au bout. »
Après tout il a instauré entre nous une distance de sécurité raisonnable et je ne m’en plains pas bien au contraire. Je sais que je l’ai un peu cherché. Je l’ai allumé puis je lui ai dit non cependant nous allons sans doute nous revoir à plusieurs reprises alors autant que les choses soient claires et sans malentendu.
« Je veux dire… après ce qui s’est passé tout à l’heure dans l’ascenseur, je comprendrais si ma présence ou ma proximité te dérange. J’ai du mal à corriger mon côté tactile mais je te promets de ne plus te toucher, ni de faire quoi que ce soit qui pourrait être mal interprété. »
Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai envie que ça se passe bien entre nous. Peut-être parce que j’aimerais avoir dans mon cercle de connaissance de nouvelles personnes. Des gens qui ne m’ont pas connu quand je me prostituais et qui n’ont jamais couché avec moi.
« Au fait, j’ai oublié de te donner ça. »
Le concierge m’a donné deux clés. Une pour lui, une pour moi.
« On ne sait jamais combien de temps on pourrait avoir besoin de ce bureau. »


Oguri Satoshi

Date d'inscription : 24/07/2018Messages : 156Avatar : Ruki the GazetteActivité RP : 13¥ : 105,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
15.10.18 16:48


THE COLOR OF MONEY



Satoshi eu un nouveau sourire amusé, ne pouvant s'empêcher de lui adresser un clin d'oeil provocateur en l'entendant insister sur le mot affaires alors qu'ils parlaient de confiance. Ils ne se connaissaient que depuis quelques heures et, déjà, Haku en connaissait déjà plus à son sujet que bien des gens autour de lui. Cependant, il était sans doute trop tôt pour parler de confiance aveugle, ce pourquoi Satoshi préférait se garder quelques barrières, ayant déjà goûté à la trahison par le passé.

Il observa donc l'autre jeune homme fouiller les enveloppes qu'il lui avait lancé quelques instants auparavant, appréciant son professionnalisme. Néanmoins, il haussa un sourcil lorsqu'il déclara devoir garder les billets pour 24h. Bien qu'il ne s'agissait pas d'une somme astronomique et qu'ils planifiaient se revoir le lendemain, Satoshi préférait assurer ses arrières. Il quitta le bureau pour se rapprocher de l'autre jeune homme, acquiesçant lentement.

« Bien sûr, ce travail, nous l'effectuerons ensemble. Cependant, d'ici notre rencontre demain, j'aimerai que tu me confies l'un de tes biens de valeur. Une montre, une carte... Tu comprends que je fois assurer mes arrières. Je te fais confiance mais nous ne connaissons que depuis quelques heures seulement et je, bien que je ne pratique ce métier que depuis quelques années, je ne suis plus naïf. »

Il prit la clé que lui tendait le jeune homme et la déposa dans ses poches où il ne risquerait pas de la perdre. Satoshi jeta ensuite un bref regard à son interlocuteur, ce dernier trouvant à nouveau le moyen de l'amuser.

« Tu est bien joli Haku mais je crois pouvoir résister, peu importe la distance entre nous. Je ne te cacherai pas que mes désirs sont parfois difficiles à réprimer, mais je ne suis pas du genre à insister face à une cause perdue non plus. »

Il s'approcha davantage du jeune homme, ses lèvres se retrouvant près de l'oreille de ce dernier pour une dernière provocation.

« Même si c'est bien dommage pour toi... »

BY MITZI

Contenu sponsorisé


Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: