Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Comme un air de déjà vu - Yukimura feat Lotus - Avril 2060
 :: La zone neutre :: Bunkyo

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Messages : 110Avatar : KamijoActivité RP : 7 MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 102,000Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa Ryosuke
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
15.09.18 20:55
Avril 2060

Je ne m’en suis pas rendu compte immédiatement. Pas même lorsque j’ai reçu ce coup de fil bizarre. Je pensais que c’était simplement un faux numéro. Le type à l’autre bout du fil était pourtant persuadé qu’il s’agissait du téléphone portable d’une jeune fille dont je n’ai pas retenu le nom. Visiblement soit il s’est trompé, soit elle lui a donné un faux numéro pour se débarrasser de lui.

C’est lorsque j’ai voulu consulter mes messages que j’ai commencé à me dire que quelque chose clochait. Pas moyen de le déverrouiller. Pourtant je n’avais pas changé de mot de passe dernièrement. Sur le coup, je ne m’en suis pas occupé et j’ai continué de travailler, laissant mon téléphone portable sur mon bureau. C’est un appel de Ryosuke qui m’a mis la puce à l’oreille, lorsqu’il m’a appelé sur mon téléphone fixe parce qu’il n’arrivait pas à me joindre sur mon portable qui était pourtant allumé et posé près de moi. Pour reprendre ses mots, il serait tombé sur une drôle de nana et aurait du coup pensé que j’avais oublié mon téléphone chez une quelconque maitresse ou escort-girl. Non puisqu’il est avec moi… quoique…


Après avoir passé de longues minutes à fixer mon téléphone portable, je me lève enfin de mon siège. J’attrape le combiné du fixe et compose mon numéro personnel. Ça sonne à l’autre bout du fil mais mon Smartphone ne réagit pas. Bizarre… C’est une femme qui finit par décrocher. Elle a l’air plutôt jeune mais sa voix ne me dit absolument rien.
« Allô ? Vous allez trouver ça étrange mais je crois que nous avons échangé nos téléphones portables par mégarde. Je m’appelle Sanada Yukimura. Est-ce qu’on pourrait se rencontrer pour se restituer mutuellement nos biens ? »
En soit ce n’est pas tant le téléphone qui m’importe que ce qu’il contient. Je suis riche, très riche même et des Smartphone, je peux m’en acheter et en changer tous les jours si je voulais. Les données qu’il contient ne sont pas non plus irremplaçables mais je n’aime pas l’idée qu’une inconnue puisse les posséder. Après tout je ne sais pas à qui j’ai à faire et cette personne pourrait être malintentionnée. Pirater un téléphone ce n’est pas bien compliqué surtout quand on sait à qui s’adresser. Je pourrais aussi bien effacer mes données personnelles à distance mais… Pourquoi faire compliqué quand on peut simplement s’arranger entre personnes civilisées ? Après tout, ça n’a l’air d’être qu’une banale erreur dont je suis peut-être à l’origine.
« Nous pourrions faire ça dans un lieu public, un café peut-être ? »

Uchida Eimi

Date d'inscription : 12/09/2018Messages : 46Avatar : Meisa KurokiActivité RP : 4Emploi : écrivaine de nouvelles érotiques + prostituée/escorte¥ : 102,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
16.09.18 23:32

Comme un air de déjà vu

Elle ne s'en était pas rendue compte d'abord, n'ayant pas besoin d'utiliser son téléphone. Seulement, quand elle avait voulu appeler le détective qui s'occupait de surveiller sa mère, c'est là qu'elle se rendit compte que ce n'était pas le sien. Le fond d'écran était différent et le code de verrouillage ne correspondait pas au sien. Il ne fallait pas être une lumière pour comprendre qu'elle avait du l'intervertir par mégarde avec quelqu'un d'autre. Après tout elle avait un modèle assez commun et n'avait pas opté pour une coque de protection particulière. Poussant un long soupir elle se jeta dans son lit, le regard fixé sur l'appareil. Comment faire pour retrouver son propriétaire et récupérer son téléphone ? Si certain pouvait s'en passer ce n'était pas son cas. Elle en avait extrêmement besoin, il y avait de nombreux numéro important et elle pouvait recevoir des appels à tout moment. Parfois elle se demandait comment Aina faisait pour vivre sans. Poussant un long soupir elle jeta un œil à son réveil qui lui rappela qu'il était temps de se préparer.

L'insouciance de la vie d'adolescente lui manquait parfois. Si elle aimait son métier, il y avait des jours comme celui-ci où elle préférait profiter de la vie plutôt que d'aller s'enfermer dans une chambre à donner du plaisir aux hommes. Enfin elle se devait d'y aller malgré tout. Elle avait des clients et des factures à payer. Poussant un long soupir elle se prépara, n'oubliant pas de glisser le téléphone inconnu dans son sac. Avec un peu de chance quelqu'un appellerait et lui permettrait de connaître le propriétaire. Il fallait absolument qu'elle récupère son téléphone au plus vite. Bien évidemment, une fois au Birdcage elle dû abandonner ses affaires aux vestiaires et mettre ses inquiétudes de côtés. Elle se rassurait en se disant que si elle avait le téléphone de quelqu'un d'autre, cela signifiait qu'on ne le lui avait pas volé.

Sa première pause arriva, le client à peine sortie de la chambre, Eimi se précipita dans les vestiaires pour retrouver son sac. Le téléphone n'avait pas sonné... Elle poussa un long soupir de désespoir. Elle allait se diriger vers le bar pour aller taquiner un peu son ami d'enfance quand l'appareil se réveilla. Elle sauta dessus, décrochant à peine la première sonnerie passé. Échec, ce n'était pas le propriétaire, quelqu'un qui disait s'être trompé de numéro. Elle n'avait même pas eu le temps de lui poser la moindre question ; le téléphone était à nouveau verrouiller. Foutu inconnu ! Elle avait envie de l'insulter de tous les noms pour ne pas lui avoir laissé le temps de lui parler. Eimi alla au bar, prenant le téléphone avec elle. Aina posa devant elle un cocktail sans alcool, il ne fallait pas qu'elle soit saoule devant les clients. Elle regardait l'écran verrouillé comme-ci celui ci allait lui dévoiler le code pour l'ouvrir. Puis l'appareil sonna, elle se précipita à nouveau pour décrocher.

« Oui ? »

Jackpot, c'était le propriétaire. Elle ne pouvait pas espérer mieux que cela. Finalement le rustre de tout à l'heure l'avait peut-être prévenu lui pour qu'il règle le problème avec elle. Elle vida son verre et retourna dans la chambre qu'elle occupait pour le travail. Elle aurait plus d'intimité pour parler avec lui et moins de bruit de fond.

« Je doute pouvoir trouver cela étrange puisqu'à l'heure actuelle c'est votre portable que j'ai et vous probablement le mien. En tout cas je vous remercie de cet appel, je ne savais pas quoi faire pour retrouver mon téléphone. Je m'appelle Lotus, enchanté de faire votre connaissance Sanada-san. » Eimi s'allongea confortablement sur le lit, jouant avec ses cheveux de sa main libre. Elle eu une moue contrarié quand il lui proposa de se rencontrer pour échanger les téléphones. « Hum et bien, ce n'est pas que je ne veuille pas, mais à l'heure actuelle je ne vais pas pouvoir venir je suis au travail. Attendez... » Elle jeta un œil sur l'heure grâce au téléphone. « Je termine dans trois heures. Si vous pouvez attendre jusque là ça serait parfait. Vous avez une idée d'un lieu où se retrouver ? » Trois coups furent donner à la porte, signe que sa pause était finie et qu'un nouveau client l'attendait. « Ah je dois y retourner. Pourriez-vous m'envoyer par texto le nom du lieu et l'heure ? Mon code c'est le 3674. Sinon rappelait dans 3 heures. »

Sans attendre de réponse elle raccrocha, planqua le téléphone dans la table de chevet et alla accueillir son client. Bordel, elle aurait tant aimé qu'il soit en retard pour qu'elle puisse terminer correctement cette conversation téléphonique.

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Messages : 110Avatar : KamijoActivité RP : 7 MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 102,000Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa Ryosuke
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
03.10.18 6:53
J’arque un sourcil tout en fixant le combiné de mon téléphone fixe. Elle m’a presque raccroché au nez. D’ailleurs c’est à peine si j’ai eu le temps de noter toutes les informations qu’elle m’a transmise. Je pousse un court soupir, arrache la page du bloc note posé sur le buffet puis vais m’assoir dans le canapé tout en fixant les mots que j’ai inscrit. Lotus… Quel drôle de nom. À mon avis il s’agit d’un pseudonyme. Celui d’une très jeune femme si j’en juge au ton de sa voix. Elle n’est certainement pas ni femme d’affaire, ni yakuza. Peut-être prostituée ? Je jette un coup d’œil à ma montre. Vu l’heure peut-être… Même si j’ai quand même le sentiment que ce n’est pas tout à fait ça.

Curieux, je décide d’utiliser le code qu’elle m’a donné afin d’en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse Lotus. Peut-être trouverais-je une photographie ou quelque chose d’intéressant. Je pianote sur l’écran, désactive l’écran de verrouillage mais me rétracte au moment de fouiller dans ses dossiers. Après tout je suis un gentleman. Ce n’est pas mon genre de violer l’intimité d’une femme, surtout lorsqu’elle m’offre sa confiance. Je me contente donc d’ouvrir sa messagerie et de lui envoyer dans un premier temps mon propre code. Si elle veut pouvoir lire les messages que je lui enverrais, elle devra d’abord pouvoir y accéder et sans mon code, ce sera impossible. Je compose donc une série de chiffre qui devrait s’afficher dans ses notifications. Elle devrait pouvoir les voir sans problème et ensuite les utiliser pour déverrouiller mon appareille. Je prends un risque en faisant ça. Après tout je ne la connais pas et même si je n’ai rien de particulièrement sensible sur ce téléphone, il y a tout de même suffisamment de données personnelles pour qu’on puisse s’en prendre à moi. Par exemple il y a une vieille photo de Kagami et moi en fond d’écran, révélant ainsi que je suis père… enfin c’est trop tard pour avoir des regrets. Je viens de lui envoyer mon code. Il n’y a plus qu’à lui envoyer l’adresse de notre lieu de rendez-vous. Il s’agit d’un café situé à Bunkyo. L’établissement est agréable et ses amplitudes horaires en font l’endroit idéal pour nous retrouver. J’aime d’ailleurs m’y rendre pour réfléchir ou tout simplement écrit tout en profitant des variétés de thé ou de café à disposition.

Le rendez-vous est fixé, il ne me reste plus qu’à tuer le temps. Je retourne travailler sans parvenir à réellement me concentrer. Mes pensées reviennent continuellement vers ce téléphone portable qui ne m’appartient pas et qui ne demande qu’à être rendue à sa propriétaire… une mystérieuse jeune femme qui ne cesse d’hanter mes pensées jusqu’à ce que l’horloge de mon bureau ne m’indique qu’elle doit très probablement avoir terminé de travailler. Je décide alors de l’appeler :
« Lotus ? C’est Sanada. Vous avez bien reçu mes messages ? Peut-on se retrouver dans ce café d’ici une petite demi-heure ? »

Uchida Eimi

Date d'inscription : 12/09/2018Messages : 46Avatar : Meisa KurokiActivité RP : 4Emploi : écrivaine de nouvelles érotiques + prostituée/escorte¥ : 102,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
05.10.18 14:21

Comme un air de déjà vu

Elle avait fait comme d'habitude, laissant ses soucis personnels de côté pour s'occuper uniquement de ses clients. Mais quand le dernier passa le pas de la porte et que celle-ci se referma sur lui, Eimi ne se vautra pas dans le lit comme elle avait l'habitude de le faire. Elle se précipita vers la table de chevet et en sortit le téléphone. Deux messages, dont un composé uniquement de chiffre. Elle devina qu'il devait s'agir du code de déverrouillage qu'elle utilisa aussi tôt. Elle s'attarda sur l'écran d'accueil. Ce visage lui disait quelque chose, mais elle n'arrivait pas à l'associer à un souvenir en particulier. Peut-être un client de l'époque de Shinjuku ? Encore que celui-ci n'avait pas réagit lorsqu'elle s'était présentée. Pas qu'elle lui ai laissé le temps non plus. Eimi aussi des épaules, le plus important n'était pas de savoir qui il était, mais de le retrouver pour retrouver son téléphone. Elle ne put néanmoins empêcher un sourire de naître sur son visage : il avait probablement un fils et elle trouvait cela touchant qu'il choisisse une telle photo pour son fond d'écran.

Elle se demanda un instant si sa mère en avait fait de même ou avait-elle trop honte de sa fille pour en garder une photo ? Elle avait probablement mis une de sa fille aînée dont elle faisait difficilement le deuil. Eimi ne lui en voulait pas, même si cela la blessait. Cependant, comme elle aimait le dire, elle ne pouvait obliger les gens de s'attacher à elle à vie, il fallait les laisser partir quand ils en avaient envie, car ils finissent tous par partir un jour ou l'autre. L’appareil vibra dans ses mains, le même numéro que la première fois. Elle décrocha donc décontracté, s’asseyant en tailleur à même le sol.

« Oui bien sûr, je vais faire au mieux pour être là dans les temps. » Ce disant elle se redressa et, encore nue, elle se dirigea déjà vers la douche de la chambre, ôtant son maquillage. « Ah et désolé d'avoir raccroché si brutalement tout à l'heure. Un client venait d'arriver, je devais m'en occuper. Il aurait été mal poli de ma part de ne pas le faire. » Elle commença à faire couler l'eau, afin qu'elle atteigne la bonne température. « Bon et bien je vous dis à tout à l'heure ? Ah pour me reconnaître, je porterai une perruque rose. Et vous ? C'est bien vous sur la photo de votre fond d'écran ? »

Elle attendit sa réponse, acquiesça, le remercia de son appel et raccrocha pour filer sous la douche. Il fallait qu'elle fasse vitre pour avoir le temps de se rendre au lieu de rendez-vous sans être en retard. Tout en se s'habillant et rejoignant le vestiaire, elle songea qu'il avait choisi le bon jour : celui où elle avait dû emporter avec elle la tenue spéciale Ana ; une jeune adolescente qui pour provoquer sa mère, se faisait ses amants. Elle avait un habitué qui fantasmait sur ce personnage alors elle s'amusait à la jouer pour lui. C'est la raison pour laquelle elle se retrouva à l'entrée du café, en jean, basket et un mini top jaune fluo, le tout accompagné d'un carré rose en coupe de cheveux. Eimi avait jugé plus prudent de sortir avec la tenue d'Ana, plutôt que sa robe dorée qui exposait bien plus de son corps et elle n'avait pas envie de prendre de risque pour retrouver ce charmant homme qui lui avait proposé de lui rendre son téléphone, ce qui signifiait une partie importante de sa vie.

Elle le repéra dans la foule, lui fit un signe de main avant de le rejoindre. Comme à son habitude, quand elle était décontractée, elle déposa un baiser sur sa joue avant de s'asseoir devant lui. Elle fit signe à un serveur pour qu'il vienne prendre sa commande. Elle hésita un instant, avant de commander un décaféiné. Vu l'heure elle n'avait pas envie de prendre d'excitant alors qu'elle envisageait d'ici quelques heures de retrouver son lit aussi miteux soit-il. Cependant elle ne put s'empêcher de rouler des yeux quand le serveur eu un regard suspicieux sur eux. D'accord elle faisait plus jeune que son âge dans cette tenue et cela donnait un écart entre elle et Sanada plus important, mais qu'avait donc tous ces serveurs à juger les gens ? De un c'était devenue monnaie courante à Tokyo de voir un homme âgé avec une jeune demoiselle, de deux elle aurait pu être sa fille ou quelqu'un de sa famille, de trois, qu'on leur fiche la paix un peu. Pourtant elle ne put s'empêcher de se justifier, ce qui l'agaça une fois de plus. Mauvaise habitudes qu'elle avait prise de l'époque de la rue quand un client se montrait suffisamment généreux pour lui offrir un peu de confort, jusqu'à ce qu'il se lasse d'elle pour une autre.

« C'est mon oncle. »

Sanada Yukimura

Date d'inscription : 05/05/2018Messages : 110Avatar : KamijoActivité RP : 7 MasculinEmploi : Ecrivain¥ : 102,000Multi : Hisakawa Kohaku - Kurosaki Kei - Yagami Akira - Tokugawa Ryosuke
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
06.10.18 3:46
Une perruque rose ? J’arque un sourcil de surprise et lui réponds simplement par l’affirmatif lorsqu’elle me demande si je suis sur la photo de mon fond d’écran. Je pense que ça sera suffisant pour que nous puissions nous trouver et je dois dire que si j’étais déjà curieux de la connaître, je le suis encore plus maintenant. Enfin j’imagine que je serais rapidement fixé. Ce n’est qu’une question de temps.

Je remets un semblant d’ordre dans mon bureau puis prends ma veste et mes clés de voiture. Je ne prendrais pas ma voiture de sport mais mon 4X4, autant ne pas se la jouer tape à l’œil mais plutôt discret même si en voyant mon véhicule on devine que je suis fortuné mais au moins j’aurais moins l’air d’un playboy et je collerais mieux à l’étiquette de jeune papa… même si mon fils est déjà grand.

Avant de partir je laisse un mot à l’intention de Kagami sur le réfrigérateur même si je serais peut-être de retour avant lui. Qui sait ? J’ignore encore ce qui va se passer mais il me tarde de le découvrir. Après tout cela pourrait s’avérer être une source d’inspiration intéressante. Deux inconnus qui s’échangent par mégarde leur téléphone portable… ça pourrait être le début d’un bon roman alors voyons comment celui-ci s’écrit déjà dans la vie réelle.

J’arrive le premier et commande aussitôt un café. Je connais l’endroit et j’étais déjà sur le départ lorsque je l’ai appelé alors il est normal que je sois là avant elle. Elle ne tarde pas non plus à me rejoindre et je réalise qu’elle est terriblement jeune. À moins que ça ne soit sa tenue et sa perruque qui la rendent si juvénile ? En tout cas sa familiarité et son sans gêne me consterne. C’est bien la première fois qu’une inconnue m’embrasse de cette manière, enfin au Japon. La pratique est courante en Europe et j’ai suffisamment voyagé dans ce genre de pays pour ne pas m’offusquer par son geste. Je suis juste surpris et déstabilisé. Voilà une jeune fille bien singulière et il n’en faut pas plus pour piquer ma curiosité déjà bien en éveille.

Elle interpelle le serveur pour commander et j’ai du mal à réprimer un sourire lorsqu’elle se sent obligée de se justifier. J’attends que nous soyons à nouveau seuls puis lui dit :
« C’était donc ça. Tu es donc ma nièce, voilà qui explique bien des choses. »
Je me moque gentiment d’elle avant de poser son bien sur la table.
« Je n’ai pas fouillé dedans. Je sais encore respecter l’intimité d’une jeune fille. »
Après tout je sais ce que c’est d’avoir une adolescente à la maison car même si Kagami est né garçon, ça ne l’empêche pas d’être ma princesse. Une princesse aux cheveux roses, comme celle que j’ai sous les yeux.

« Je serais quand même curieux de comprendre comment nous avons pu échanger nos biens. »

Après tout au premier regard tout nous oppose mais ne dit-on pas qu’il ne faut pas se fier aux apparences ?

Uchida Eimi

Date d'inscription : 12/09/2018Messages : 46Avatar : Meisa KurokiActivité RP : 4Emploi : écrivaine de nouvelles érotiques + prostituée/escorte¥ : 102,000
avatar
Mushi ✘ Rejects
Voir le profil de l'utilisateur
06.10.18 16:57

Comme un air de déjà vu

Eimi rit à la moquerie de son « oncle ». D'accord c'est de bonne guerre, après tout elle a annoncé cela sans le consulter, ni même le prévenir. Si en soit cela n'était pas nécessaire, elle l'avait fait par réflexe, mais aussi pour avoir un peu de tranquillité. Personnes ne viendraient les déranger ou les juger maintenant. À la limite on la regarderait elle pour ses cheveux, même si Tokyo est habituée à ce genre d'extravagance. Ce n'était pas comme si il n'y avait pas un seul jeune ou une prostituée qui avait opté pour une couleur artificielle en terme capillaire. Même si pour le coup il s'agit d'une perruque pour elle et que son placard en possède plus d'une ; elle aime s'amusait avec, changer de tête grâce à celle-ci adoptant ainsi différents visages.

« Maman a dû oublié de te dire qu'elle avait une fille. » Ne put-elle s'empêcher d'ajouter, le visage rieur.

Cela faisait du bien de se détendre de la sorte après une longue journée de travail. D'autant plus que cette fois-ci elle n'avait pas eu le temps de taquiner Aina à sa pause. Reprenant un air plus sérieux elle déposa à son tour le téléphone portable avant de récupérer le sien. Elle appréciait qu'il n'est pas fouillé dedans, même si en dehors de ses notes pour ses nouvelles, il n'y avait pas grand chose de compromettant à son sujet ou tout au moins qu'elle aurait voulu garder secret.

« J'apprécie ton respect, même si en toute honnêteté, à part mes notes de nouvelles, tu n'aurai rien découvert de très secret. Enfin je peux te tutoyer ? En tout cas je n'ai pas fouillé le tiens non plus. »

Pour être plus exacte elle n'avait pas eu le temps de le faire, mais même si elle aurait eu le temps, elle n'aurait pas pénétré l'intimité d'un inconnu de la sorte. De toute façon elle n'avait rien à y gagner puisqu'il avait accepté de faire l'échange de téléphone sans aucune condition ou demande particulière. C'était juste une erreur qu'ils étaient en train de corriger en ce moment même. Sanada se demandait quand même comment ils en étaient arrivés-là. Il n'avait pas tort, elle ne voyait pas comment ils auraient pu échanger leur téléphone, car si elle était une prostituée chic de Chuo, lui ne semblait pas venir de ce milieu. Quoi que dans Tokyo, il était difficile de se fier aux apparences pour juger les gens.

Elle haussa des épaules, puis leva les yeux en l'air mordillant l'ongle de son pouce en repassant en détails sa journée. Eimi essayait de se souvenir de tous les endroits où elle avait été avant d'aller au travail. Elle était rentrée tôt dans la matinée, s'était arrêtée au konbini pour manger un morceau, puis avait dormi avant d'aller à la bibliothèque de Kita emprunter un livre et se poser dans un café pour le lire. Peut-être était-ce au café qu'ils avaient échanger leurs téléphones ? Reposant son regard sur son faux oncle elle lui fit part de son hypothèse.

« Ah moins que tu sois du genre très matinal dans le quartier de Chuo, je pense que cela a dû se produire cette après-midi dans un café de Kita ? J'y étais pour y lire et j'avoue ne pas faire attention à mes affaires quand je suis plongée dans une histoire passionnante. Il est donc possible que cela soit arrivé à ce moment-là. Sinon je n'ai aucune idée. »

Le serveur lui avait apporté sa boisson entre temps et était partit aussi discrètement qu'il était apparut. Eimi l'avait à peine remarqué, mais machinalement elle porta la tasse à ses lèvres. Le café chaud lui fit du bien.

« En tout cas, si c'est ton fils avec toi sur la photo il est mignon. Encore merci pour le téléphone, je ne sais pas ce que j'aurais fait sans. Car si j'ai rien de très secret, y'a quand même pas mal de chose importante dedans. »

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: