Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

自由になりたいっす[Ft Fujiwara Yoshimaru]
 :: La zone des vermines :: Shibuya :: Harajuku

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
12.06.18 23:52
29 mai 2060


Aina s'était toujours démerdé pour s'en tirer sans une égratignure, que cela soit par un retournement de situation en sa faveur, une bagarre, ou tout simplement la fuite. Il en avait toujours été fier de ses sorties triomphales et très rares avaient été les fois où il avait dû faire usage de son arme. Cette dernière, elle lui avait été offerte par la dame qui les avait élevés lui et sa sœur. Il n'avait pas compris pourquoi elle en avait eu une en sa possession, mais de ce fait, il avait appris à s'en servir dès l'adolescence et s'était promis de l'utiliser qu'en cas d'extrême nécessité. Aina n'était pas un joli cœur, certes, mais il n'était pas non plus un meurtrier. Sans doute grâce aux résidus des chaînes qu'avait façonnées sa soeur au fond de son coeur, l'empêchant de s'adonner aux plus sombres de ses folies.

Essoufflé, le jeune homme se laissa glisser contre le mur d'une impasse à Shibuya, non loin de son appartement minable. Il n'avait pas parcouru une longue distance que déjà il sentait ses forces le quitter à petit feu. Sa tête tomba sur le côté, et Kizuki grimaça lorsque celle-ci rencontra une poubelle sur son passage. Il ne les avait pas entendus venir, et ça avait été sa deuxième erreur. Sa première étant de rester logé au même endroit un peu trop longtemps. Ses études coutant un prix exorbitant, il n'avait en général pas assez d'argent pour payer son loyer. Et quand bien même il en gagnait, il profitait des plaisirs que lui offrait Tokyo. Et puis merde Aina était bien trop désinvolte pour payer un loyer qui de toute manière était bien plus supérieur à la valeur de cette baraque de 9m²! Et il préférait donner aux personnes qui n'avaient rien demandées qu'à ces propriétaires/dealers mal baisés.

Aina rageait intérieurement. Ils l'avaient raté de peu et le jeune homme grimaça d'autant plus lorsqu'il releva la main pour constater l'ampleur des dégâts. C'était pas joli. Il n'était pas en danger, mais la plaie dans sa cuisse était assez profonde pour l'affaiblir. Jouer les robins des bois des temps modernes avait ses limites. Kizuki sourit pour lui-même. Un robin des bois… Qu'est ce qu'il délirait encore? Il se refusait toujours de s'accrocher à quiconque et devait être capable d'abandonner une personne sans avoir de remords. Il se suffisait à lui-même, et c'était bien comme ça. Les liens ne faisaient qu'entraver une personne de toute manière, et ses relations avec sa sœur et son ex petite amie le lui avaient bien appris. Il n'était plus question qu'on l'enferme dans cette cage appelée amour. Dans n'importe quelle autre cage d'ailleurs. Robin des bois pouvait bien aller se faire foutre avec ses actes hypocrites. Tout ce que faisait Aina, c'était pour sa gueule et rien d'autre.

Le jeune barman força sur sa jambe encore valide pour se redresser. Il les entendait déjà arriver et il fallait qu'il soit sur pied, prêt à se défendre. Y'avait pas à dire, cette situation, elle le faisait kiffer grave. Il pouvait sentir le sang couler le long de sa jambe et son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Il se sentait vivre et c'était avec plaisir qu'il allait participer de bonne grâce à ce jeu du chat et de la souris. S'il arrivait à désarmer l'homme, il pourrait aisément s'en tirer, à un contre trois. Aina songea à sa jambe qui le lançait toujours autant. Mouais. Va pour s'en sortir sans trop aggraver sa situation. Même blessé, il savait qu'il pourrait faire le poids. Il n'avait jamais pris de cours de défense, ceux-ci étant bien trop chers, mais il se débrouillait très bien. La rue avait toujours été le meilleur endroit pour apprendre.

Lentement, il scruta la rue, sur ses gardes. Ou du moins, il pensait l'être jusqu'à ce qu'une voix au niveau de son angle mort ne le fasse sursauter. Rapidement, il dégaina son arme et la pointa sur… Son patron. Ah. Euh. Ahem. Oui c'est pour quoi?

Tout aussi rapidement, il la rangea.

- C'est pas ce que tu crois. J'ai pas oublié que je devais travailler ce soir. Ne t'inquiète pas.

Yoshimaru. Il l'avait totalement oublié. Lui, comme le bar où il devait aller travailler d'ici 1 heure. 1 heure et trente minutes. Ou peut-être même qu'il était déjà en retard. Boarf. Il n'avait pas de téléphone et la notion du temps lui avait totalement échappé. Que foutait-il ici n'empêche? Chuo c'était pas l'arrondissement situé genre, bien plus loin? Nan mais la géographie et lui aussi…

Des voix retentirent et le firent sortir de ses questions ô combien intéressantes. Des jurons mêlés à son prénom se faisaient entendre. C'était pas le moment de divaguer.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
15.06.18 22:41
自由になりたいっす

2060年05月

« Quoi ? Il est pas encore là ?... Il est peut-être en retard. Ou malade. T'as essayé d’appeler ?... ça décroche pas ?... »

Comme si je n'avais que ça à faire. Je suis un homme occupé. J'avais rendez vous avec une femme tout à l'heure. Mais n'allez pas imaginer des saloperies, je suis un homme marié tout de même !
Non, j'avais rendez-vous avec elle pour discuter affaires. Elle tiens une maison close dans le coin, et compte fermer bientôt puisqu'elle va prendre sa retraite. En même temps, mamie la proxénète a 85 ans, il serait peut être temps de profiter un peu de sa vie de petite vieille. Comme pour faire du crochet, ou jouer au bingo, ou s'asseoir sur un banc et dire du mal avec les autres grands mères du quartier.

Elle tiens la plus vieille maison close de Tokyo. Un bordel qui a ouvert avant même que la ville ne tombe aux mains du clan Muranaka il y a quarante ans. La grand mère est une légende, mais elle est fatiguée. Et ça se comprend. Alors, depuis qu'elle a décidé de prendre sa retraite, elle sélectionne quelques autres proxénètes de la ville pour leur confier ses protégées. Uniquement des filles. Surtout des Coréennes. Je n'en ai pas encore chez moi, et je dois avouer que peu m'importe la nationalité d'une femme tant qu'elle est jolie et qu'elle sait faire son travail correctement : c'est à dire satisfaire un homme qui paye pour tremper sa nouille.

Après mon rendez-vous avec mamie qui me recontacteras d'ici quelques jours pour me présenter les filles qu'elle aimerai envoyer chez moi, je suis passé à Harajuku faire un tour dans un magasin de vêtements dont j'entend beaucoup parler. Shiko Tokyo. Un nom pas très élégant, mais le créateur m'a semble être assez talentueux finalement. J'en ai profité pour prendre une nouvelle veste ainsi qu'un foulard pour mon mari, qui ne sort que rarement faire du shopping pour lui. C'est au détour d'une ruelle, pour regagner la station de metro que mon téléphone a sonné. Le barman est absent, il n'est pas derrière son bar.

« Putain, quel sale petit enfoiré ! Il va m'entendre celui-là ! »

Je sursaute en voyant une arme braquée sur moi, puis fronce les sourcils en voyant qui la tiens. AH. Le monde est petit, je suppose.

« J'te rappelle. Dis à Mariko de mettre un décolleté et de tenir le bar en attendant. Surveilles pour pas qu'elle se mette à boire avec les clients. »

Je raccroche mon téléphone, en espérant que la dite Mariko arrives à gérer. Je l'ai engagée comme putain, mais elle a travaillé comme hôtesse avant et a déjà été derrière un bar. ça devrais donc aller, si elle ne picole pas trop. Quand j'entend des bruits de pas pressés, je grogne et sors mon arme avant d'attraper Aina par le colle et de lui coller le cannon sur la tempe. Je surveille le bout de la ruelle et l'attire dans un petit recoin, contre un porche le temps que ça se calme. J'hésite à le buter, là, tout de suite. Mais je suppose que j'ai tout de même besoin d'un Barman, puisque ma seule autre option dans l'immédiat c'est Mariko qui picole un peu trop.

« Qu'est-ce que t'as encore branlé, toi ? Tu dois du fric à des types louches ? Ou tu t'es fait la copine d'un mec un peu nerveux ? »


I'll shoot you down, don't mess with me

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
18.06.18 13:50


Bon, à ce qu'il avait compris, c'était Mariko qui allait devoir le remplacer le temps qu'il arrive et un certain dégout naquit dans la tête de l'étudiant. Attirer les clients, pour sûr elle savait faire. Après… c'était une tout autre histoire. C'était pas une barmaid ça, et l'appeler de la sorte serait une insulte à ce métier. Clairement, il fut vexé de devoir laisser son bar à….elle.

Aina ne put retenir un léger gémissement lorsqu'il le plaqua sans douceur contre le mur. Yoshimaru. La délicatesse incarnée. Le sang chaud qu'il était ne savait contrôler sa force. Cependant, il se félicita mentalement d'avoir réussi à rester debout, alors que sa cuisse le tiraillait douloureusement. Il avait dû s'appuyer sur sa jambe pour ne pas se casser la gueule, et il doutait fortement que cela soit très fructueux.

« Qu'est-ce que t'as encore branlé, toi ? Tu dois du fric à des types louches ? Ou tu t'es fait la copine d'un mec un peu nerveux ? »

Oy! Non mais, c'était quoi cette réputation tout de suite? Bon, il n'avait pas tort. Sur les deux points d'ailleurs. Maiiiiis cette fille de la dernière fois ne l'avait pas prévenu qu'elle avait déjà un mec! Et ça aurait été odieux de passer outre une proposition aussi alléchante!

Soudainement, la pluie commença à s'abattre violemment sur le quartier. Ce n'était pas encore Tsuyu, mais il arrivait qu'une averse survienne, comme ça, sans raison apparente, hors de saison. Les pluies à Tokyo étaient brèves mais dévastatrices pour les vêtements et corps de ses habitants. Peut-être que c'était le cas dans tout le Japon, en fait.

Aina pouvait toujours sentir le métal froid contre sa tempe et son regard, provocant, se plongea dans celui du Fujiwara. Ses yeux ne cillèrent pas et les battements de son cœur gardèrent un rythme cardiaque régulier. Il faisait acte d'un sang-froid considérable face à son patron, arme en main. Dire qu'il n'avait pas peur de la mort serait un mensonge. Il en avait peur autant qu'elle le séduisait. Mais ici, dans cette ruelle, il la savait absente. Ce dont il n'avait pas peur, c'était de son patron. De son appartenance au clan Matsumoto pour être plus précis. Aina ne faisait pas partie de la pègre, et de cette façon, il ne pouvait pas se faire tuer par les Yakuza de ce clan. C'était l'une des raisons qui l'avaient poussé à postuler dans ce bar d'ailleurs, outre celle de pouvoir observer de plus près tous ces gens et cette organisation aussi révoltante que divertissante. Et puis… Yoshimaru devait bien le reconnaître. Pour un innocent, Aina n'était pas le genre de petit barman incompétent à prendre la fuite devant un client bourré qui chercherait à lui rentrer dedans. Un barman capable de pouvoir satisfaire le BirdCage, ça ne courrait pas les rues.

Fujiwara n'était pas le genre d'homme à faire des erreurs et à se déconcentrer lors de missions dangereuses. Jamais il ne laisserait quelque chose le distraire pendant une situation périlleuse. Alors lorsqu'il détourna légèrement le regard quand les bruits d'insultes se rapprochèrent, ce fut une autre raison qui lui certifia son idée. Il n'était pas en réel danger.

D'un coup sec mais habile, Aina profita de ce moment d'inattention. Il attrapa son arme qu'il vint plaquer sous son menton et échangea leur position. C'était osé de sa part, mais jamais il ne laisserait quiconque le menacer de la sorte et le rabaisser. Kizuki ne s'était jamais soumis, et ça n'allait pas commencer aujourd'hui. Et puis, s'il se laissait faire comme ça, sans rien dire, il perdrait gravement en crédibilité dans les yeux de son patron.

D'un ton qui ne cachait en rien l'arrogance dont il faisait preuve à cet instant, il lui déclara :

- Fais pas genre t'es sérieux. Toi comme moi, on sait que tu ne me tueras pas.

Ceci dit, il éloigna l'arme de la gorge de son vis-à-vis pour la lui tendre, tournée, le manche vers la main de Fujiwara, et le canon, vers son propre estomac.

- Tout comme moi je ne te tuerai jamais, et ça, tu le sais. Je ne suis pas un meurtrier.

Soupirant, Aina s'assit à même le sol, profitant que le porche les protège de la pluie battante. Doucement, il écarta un peu plus le tissu fendu de son pantalon pour observer les dégâts, maintenant qu'il avait dû forcer à deux reprises sur sa jambe.

- A tout hasard, t'aurais pas une bande, une compresse ou n'importe quoi qui s'en rapporterait?

Kizuki avisa sa chemise et… ouais nan mauvaise idée. S'il se mettait à la déchirer maintenant, cela voulait dire qu'il allait devoir se pointer de manière totalement inadmissible au taff. Avec son patron juste à côté de lui, autant dire qu'il signait pour une engueulade en bonne et dû forme. Voir même un arrêt de mort. Il préféra donc attendre d'arriver au boulot pour se désinfecter tout ça. De toute manière, son tablier cacherait les dégâts. Pour aujourd'hui, il ferait avec ça.

Soupirant une deuxième fois, Aina se laissa aller en arrière et posa son dos contre le mur.

- J'ai pas payé mon loyer depuis plusieurs mois. J'suis en faute et je le sais. Mais si tu voyais l'état, le prix, et toutes les réparations qu'ils m'ont fait payer alors qu'il n'y avait pas de raisons que je le fasse, tu comprendrais. Puis…

Il se pinça la lèvre, ne terminant pas sa phrase. Il avait eu cet appartement grâce à la dame qui l'avait éduqué, sans ça, il serait sans doute encore à la rue. Le propriétaire avait croisé sa petite sœur, avant que celle-ci ne parte définitivement de Tokyo, lorsqu'elle les avait mis en contact. Et depuis, il avait dû supporter les paroles vulgaires qu'il avait à l'égard de sa frangine. C'était rare d'accepter un locataire quand celui-ci était pauvre et sans personne pour l'épauler, alors il avait fait avec. Jusqu'à il y a quelques mois. Là, il avait pété un câble et l'avait laissé dans un sal état au détour d'une ruelle. Depuis, il avait décidé de ne plus le payer, et aujourd'hui, ce connard avait décidé de lui faire payer tous ces affronts en appelant de l'aide.

Aina se redressa en grimaçant.

- Si je laisse ça comme ça, ils risquent de venir foutre le bordel au BirdCage et j'pense pas que tu en serais très ravi.


Il devait les rejoindre, et régler l'affaire.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
19.06.18 20:00
自由になりたいっす

2060年05月

Et voilà que mon petit barman se retourne contre moi. Dans une autre situation, ça aurais pu m'exciter. Mais je suis un homme marié, Aina n'est pas spécialement mon genre et on est dans la merde puisque d'autres types veulent le tuer. Ceci dit, il a raison : je ne le tuerai pas et lui non plus ne me tueras pas. Dans le pire des cas, je pourrais toujours lui casser la gueule, mais je ne ferais pas plus que ça. Heureusement que je viens d'un clan qui a un certain code d'honneur et que je le respecte. Parfois, les Yakuza de Tokyo trouvent que l'on est trop vieux jeu. Mais notre petit clan tiens bon à l'extérieur.

Quand il me demande si j'ai des compresses ou une bande sur moi, je secoue la tête. J'ai une tronche à me balader avec une trousse de premiers secours sur moi ?... Bon, j'ai bien le foulard que j'ai pris à Daisuke tout à l'heure en passant chez Shiko Tokyo. Mais il m'a coûté 10000 yens. C'est pas pour foutre du sang partout dessus, bordel.

Aina m'expose ensuite son histoire. Putain, je vais sortir les violons. Je serre les dents et me penche pour vérifier que les gars se sont éloignés. Il veut régler ça tout seul ?... Il est con, ou il le fait exprès ? Il va juste réussir à se faire tuer. J'ignore combien il doit. Mais il lui faut l'aide d'un Yakuza pour régler ça. D'ailleurs comment ça se fait qu'il est autant dans la merde ?... Je le paye bien pourtant. Il gagne autant que s'il travaillais à l'extérieur de Tokyo, donc plus que la majorité des barman qui bossent ici. On a pas la même rémunération dehors qu'ici.

« Toi, tu cherches la merde. C'est pas possible autrement. Ou alors, aut aller voir un sorcier pour qu'on t'enlève le mauvais oeil, je vois pas d'autre solution à ce niveau là. »

Bon dans l'absolu, je comprend qu'il veuille gérer ça sans mon aide, pour ne pas qu'ils se ramènent au Birdcage. Parce que sinon, c'est moi qui l'aurais envoyé à l'hôpital en lui déboîtant la mâchoire et en lui cassant quelques côtes au passage pour faire passer le message.

« Combien est-ce que tu lui dois ? Si tu vis dans un trou à rats, ça doit pas être énorme. »

Je suis trop gentil. Enfin, même si je n'en ai pas forcément l'air. Je crois que c'est Daisuke et mon nouveau statut de papa qui m'adoucissent un peu trop.

« Je vais payer pour toi. Je te ferais une retenue sur salaire pour éponger ta dette. En attendant, on va aller chercher tes affaires et on va t'installer dans l'appartement au dessus du Birdcage, à côté de mon bureau. Je m'en sert plus, vu que j'ai déménagé au dessus du Filth pour avoir une chambre en plus pour ma fille. Tu pourras l'avoir. Autant que ça serve à autre chose qu'à ranger des cartons. »

Je le regade un peu sévèrement puis m'installe à côté de lui en m’accroupissant :

« Et en plus, t'auras plus d'excuses pour être en retard au travail vu que t'auras juste à descendre de quelques étages. »


I'll shoot you down, don't mess with me

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
20.06.18 12:45


La pluie ne pourrait jamais rivaliser avec le torrent de colère qui déferlait dans le corps du jeune barman à l'entente des paroles de son patron et ses poings se serrèrent au point d'en faire pâlir ses phalanges. Aina se sentait humilié. Humilié de devoir recourir à l'aide d'un Yakuza. Humilié de paraître si faible. Humilié d'en arriver au point de se faire héberger au BirdCage. Mais avant tout, il se sentait humilié de devoir courber l'échine face à son sac à merde de propriétaire. Ne tenant plus, il protesta, ne faisant même plus attention au ton élevé que sa voix prenait.

- C'est hors de question que tu payes pour moi! Plutôt crever que de lui rendre son argent à ce fils de chien! Tout ce qu'il mérite c'est de crever la gueule ouverte à se faire bouffer par les rats.

Kizuki tentait tant bien que mal de refréner sa colère qui déjà s'échappait de tous ses pores. Depuis qu'il l'avait tabassé, il n'arrivait plus à la contenir, et s'il n'y avait pas eu cette promesse, il l'aurait déjà buté.

- Ne t'avises même pas de lui donner ne serait-ce qu'un seul yen. C'est ma merde. Pas la tienne.

De toute manière, seulement de l'argent ne réglerait jamais cette affaire. Son propriétaire avait certainement envie de se faire sa peau après l'état dans lequel Aina l'avait laissé. Il n'y avait qu'une seule solution : il fallait qu'il les terrasse, sans les tuer, peu importe les moyens tout en sachant qu'il y avait de gros risques d'y laisser la peau.

- Si tout ce qui compte, c'est que j'arrive en temps et en heure au boulot, eh bien j'investirais dans une montre si ça peut te faire plaisir. En attendant, j'suis ni l'une de tes prostituées, ni ton mari, ta gosse ou même Nagato. C'est hors de question que j'te laisse m'entretenir, de quelque manière que ce soit.

S'il n'était pas lui et n'était qu'un jeune étudiant sans histoire, il aurait certainement accepté l'offre de Fujiwara et aurait emménagé dans son établissement. Une vie plus simple et plus tranquille lui aurait alors ouvert les bras, et de lui-même, il serait entré dans cette cage sans l'ombre d'une angoisse.

BirdCage. Maintenant qu'il y pensait, ce nom avait quelque chose de comique par rapport à sa situation. Il avait toujours fui les barreaux et les chaînes que les gens avaient essayé de lui imposer, que ceux-ci soient sentimentaux ou matériels, et le voilà qu'il travaillait de son plein gré dans un établissement au nom plus qu'évocateur.

Aina passa une main dans ses cheveux, les plaçant vers l'arrière. Il était en colère contre lui-même, d'avoir laissé la situation lui échapper au point que Fujiwara se sente obligé d'intervenir. Il avait toujours rejeté l'aide des autres, puisqu'une aide revenait forcément à être enchaîné à la personne de qui vous la receviez. Yoshimaru ne faisait pas exception, malgré qu'il l'appréciait, ce patron au sang chaud.

- C'est sympa de la proposition, mais je ne viendrai pas m'installer au BirdCage. Réserve ça pour l'un de tes prostitués qui en aurait vraiment besoin.

Soupirant, le jeune barman pencha la tête vers l'avant.

- Laisse moi juste cette soirée et m'occuper de ce connard. J'demanderai à quelqu'un du BirdCage de me maquiller demain et on y verra rien.

Son animosité par rapport à son propriétaire pouvait être incohérente aux yeux de Fujiwara qui n'était au courant que des retards de loyer. Jamais il n'avait parlé de sa sœur, et il espérait sincèrement ne jamais avoir à le faire.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
21.06.18 20:40
自由になりたいっす

2060年05月

Blablabla. Aina, c'est le genre de type qui utilise de l'oxygène pour rien. Je l'écoute déblatérer tout un tas de conneries à un débit hallucinant puis décide de prendre le taureau par les cornes, comme on le dit si bien. Ok. Il ne veut pas d'un appartement ? Je le conçoit. Mais il a tout de même besoin de l'aide d'un Yakuza dans cette situation. Tout ce qu'il va réussir à faire, c'est se faire tuer. Buter comme une merde, et on le laissera pourrir dans une ruelle merdique des bas quartiers jusqu'à ce qu'on finisse par le retrouver quand l'odeur sera devenue trop forte.

Je renifle, prend mon arme fermement. Je ne tire pas. A la place, je donne un coup sec sur sa tête pour le sonner et le faire tomber dans les pommes. Hm... Au moins il arrêteras de me faire chier. Je le relève comme je peux, et le traîne jusqu'à la voiture. Après l'avoir jeté sur le siège arrière, je m'installe et démarre. J'appelle rapidement le Birdcage, pour demander à l'un de mes hommes de fouiller dans les papiers. Histoire de trouver l'adresse que Aina a fourni sur son contrat de travail. Je la rentre ensuite dans le GPS et démarre. Heureusement, on est pas très loin. ça me laisse le temps, d'ici à ce qu'il se réveille. Parce que je sens qu'il ne va pas être très content.

Quand j'arrive en bas de son immeuble je grimace de dégoût. Ouais, c'est vraiment un trou à rats. Et encore, même le rat domestique de Matsuda est mieux logé, dans sa cage que Kazuki nettoie deux fois par semaine. Je crois même qu'il lui file de la litière bio ou un truc du genre, pour être certain que Snowball se porte comme un charme. Après avoir chargé mon barman sur mon épaule, je fouille dans ses poches pour trouver ses clefs. Et je sens qu'il commence à se réveiller. Une fois à l'intérieur je soupire de nouveau et le dépose sur son canapé. Tant qu'il est encore un peu confus par le coup que je lui ai mis, j'en profite pour lui retirer son jean. Bon. De ce que je sais, Aina est étudiant en médecine. Alors, il doit avoir ce qu'il faut non ? Au moins des compresses et un bon désinfectant. Ce sera toujours mieux que les torchons et la vodka avec lesquels j'avais soigné Nagato quand il s'est pris une balle le mois dernier.

« Ta gueule, Aina. »

Maintenant qu'il est réveillé, je sens qu'il a envie de m'insulter. Ah, tant pis. Je grogne et retire donc ma veste trempée d'eau de pluie. Après avoir remonté les manches de ma chemise pour me laver les mains, je reviens et commence à le désinfecter. J'essaye d'être le plus délicat possible, même si ce n'est pas dans mes habitudes. Mais s'il y a bien quelqu'un de qualifié pour savoir comment traiter une blessure par balles, c'est bel et bien un Yakuza.
Une fois que je lui ai mis sa compresse, je m'installe sur un pouf en face de son canapé et allume une clope pour calmer mes nerfs. Je le fixe un instant en remuant la jambe nerveusement, puis me lève pour me traîner dans sa cuisine. Même si le frigo et les placards sont vides, je trouve de quoi nous faire du thé.

« Ta situation de merde me porte préjudice. Tu sais que des types comme ça sont capables de venir au Birdcage pour te réclamer de l'argent, n'est-ce pas ? Tu crois que j'ai vraiment envie d'avoir une baston dans mon établissement ? Puis j'ai pas envie de mettre Mariko derrière le bar à ta place, elle picole comme un trou. »

Je le regarde d'un air sévère tout en déposant nos tasses sur la table basse. Sur son bureau, je trouve une feuille vierge et un stylo au milieu de ce qui semble être des fiches de révision.

« Maintenant, dis moi combien tu leur dois. On va calculer tout ça. Je vais t'avancer l'argent, et tu me rembourseras un peu chaque mois en travaillant. Avec des intérêts, mais j'ai des meilleurs taux qu'une banque. »


I'll shoot you down, don't mess with me

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
25.06.18 14:38


« Ta gueule, Aina. »

- Va te faire foutre.

Portant une main à l'arrière de sa tête, il grimaça, se remémorant les évènements passés. A en croire par son œil encore à moitié fermé à cause de la douleur, ils étaient chez lui, et lui, en boxer. Il ne lui fallut pas plus de temps pour comprendre le pourquoi du comment lorsqu'une pression se fit sentir sur sa cuisse. Y'avait pas à dire, il avait mal. Faire le beau et feindre l'indifférence face à la souffrance, c'était pour les pédales même pas capable de s'assumer. Aina porta son poignet à ses lèvres, étouffant soupirs et jurons de douleur. Il l'aurait bien dégagé pour le faire soi-même, mais il sentait déjà le mal de crâne pointer le bout de son nez. Connard de patron.  

- Ma situation de merde elle t'emmerde.

Difficilement, puisque toujours quelque peu groggy, merci Fujiwara, Aina se redressa dans son canapé pour s'asseoir, une main exerçant une pression continue au dessus de la compresse sur sa cuisse. Il avait l'impression de pouvoir sentir son sang pulser contre sa paume. Il n'était peut-être pas une tapette face à la douleur, mais il n'était pas insensible à cette dernière, oh non. Se penchant vers l'avant, il saisit un morceau de sucre dans la boite dédiée à cette fonction dans l'enfoncement de sa table basse pour le mettre dans sa tasse de thé. Thé qu'il ne boira pas de suite d'ailleurs, vu comment elle était fumante. Aina n'était pas du tout fana des boissons chaudes.

- J'en sais rien. J'dois être en retard de quatre-cinq mois. Peut-être six.

Aina avisa son patron du regard. Ou plutôt, la cigarette qu'il fumait sans autorisation.

- Par contre, ta clope c'est à la fenêtre. J'tiens pas à ce que mon appart' ait l'odeur d'un cendrier.


Le tabac avait toujours été quelque chose qui avait attiré le jeune barman. L'odeur ne lui déplaisait aucunement, au contraire, elle l'attirait et s'il y goutait un jour, il savait qu'il en deviendrait très vite dépendant. Supporter et résister à la fumée qu'il y avait au BirdCage, il n'avait pas le choix, mais ici, chez lui, reviendrait à l'obliger à tenir h24 contre la tentation. Il n'avait jamais fumé et ne prévoyait pas de commencer aujourd'hui.

Soupirant, Aina se releva avec un peu de mal pour farfouiller sur son bureau à la recherche de ses nombreuses quittances de loyer et tomba sur son agenda. Il avait pas des examens dans pas longtemps lui?

- Laisse tomber. Tu peux rien faire. C'est pas de l'argent qu'il veut. Ou pas en premier lieu en tout cas.

Aina le fixa de son regard. Il le savait gentil au fond, même s'il ne comprenait en rien cet acharnement dont il faisait preuve. Son barman avait été plusieurs fois en retard, lui ajoutait des frais vu ce qu'il avait rajouté au bar, s'envoyait des clients à l'œil, n'hésitait pas à l'envoyer chier, et maintenant était à deux doigts de lui ramener la merde jusqu'à son établissement. A cela il fallait ajouter toutes ses petites conneries à côté qui n'étaient pas encore arrivées à son oreille, comme cette fameuse identité "Fujiwara Aina".

Kizuki soupira, se remémorant l'échange qu'il avait eu avec Nagato sur la famille.

- J'ai tabassé mon proprio et je l'ai laissé à moitié mort dans la rue. A partir de là, j'crois que tu comprends que tu sers à rien et que ta position de Yakuza n'aide en rien également. Tout comme l'argent. C'est ma peau qu'il veut.

Aina éternua puis s'appropria deux t-shirt propres dont il en balança un à son patron et un pantalon propre qui traînaient dans sa petite armoire juste à côté de son canapé qui lui faisait d'ailleurs office de lit, et se dirigea vers la salle de bain. Il allait attraper un rhume s'il restait comme ça.

- Si ma situation te porte autant préjudice, t'as juste à me virer. C'est pas plus compliqué que ça.

Il appréciait son travail au BirdCage, et franchement c'était pas arrivé depuis des lustres. Il pouvait même dire qu'il s'entendait pas trop mal avec les employés ou autres personnes zigzagant dans l'établissement. Ca lui ferait une bonne occasion de se détacher un peu tiens.



Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
25.06.18 21:21
自由になりたいっす

2060年05月

J'en sais rien. J'dois être en retard de quatre-cinq mois. Peut-être six.
S'il n'était pas question d'un loyer impayé et que Aina était une femme, je lui conseillerai de faire un test de grossesse et de se préparer à devenir mère. Heureusement, ce n'est pas un retard de règle. Il doit juste du fric, il va pas être obligé de s'occuper d'un enfant jusqu'à au moins ses seize ans. Ici à Tokyo la peine est moins longue, à l'extérieur... C'est vingt ans fermes.

Quand il me demande d'aller à la fenêtre pour fumer je hausse un sourcil mais m'exécute tout de même. Je l'ouvre et m'installe à côté pour cloper tout en regardant dehors et en réfléchissant à comment convaincre cette tête de mule qu'il a besoin d'aide. Au fur et à mesure qu'il m'explique la situation, je comprend que c'est plus grave que ce que j'imaginais. Je fixe longuement Aina en silence. J'allais lui dire qu'un Yakuza qui se respecte ne tuera pas un civile. Mais là, il la cherché. Il n'est plus un civile ordinaire, même dans mon clan à Nagano, on aurait eu des raisons de vouloir le tuer bien qu'il ne soit pas un gangster.

« Je vois. »

Je sursaute quand il me file un tee shirt et je le remercie d'un hochement de tête. Bonne idée. On va choper la crève si on reste si on reste trempés comme ça. Je retire donc ma chemise et enfile le tee shirt que m'a prêté mon barman. Heureusement c'est assez grand pour moi, j'aurais l'air con sinon avec un haut trop court ! C'est le problème, quand on est grand au Japon.
Quand il reviens, j'ai terminé ma cigarette et... J'ai également décidé de retirer mon pantalon. Parce que mine de rien, j'avais froid aux fesses. Je doute de rentrer dans l'un des siens alors... Tant pis je suppose. Il va voir son boss le grand méchant Wakagashira en slip et en tee shirt. Heureusement le boxer que j'ai mis aujourd'hui est bien. Enfin, j'ai pas de sous vêtements dégueulasses non plus, j'ai horreur d'avoir des vêtements un peu abîmés. Même si Daisuke s'obstine a raccommoder les chaussettes.

« C'est vrai que je pourrais te virer. »

Je m'éloigne de la petite fenêtre que je referme et retrouve ma place sur le pouf de l'autre côté de la table basse. Je prend ma tasse de thé pour me réchauffer les mains et prends le temps de réfléchir :

« T'es pas un Yakuza. Mais tu travailles pour l'un d'entre eux. ça veut dire qu'indirectement, tu fais partie de la famille. Que tu le veuilles, ou non. Disons juste qu'au lieu d'être mon frère, tu serais plutôt comme un cousin éloigné dont on s'occupe quand même quand il en a besoin. »

Je souffle sur la tasse et trempe ensuite mes lèvres dans le thé bon marché qu'il a chez lui. Ew. J'ai horreur du mauvais Sencha. Le thé c'est comme le vin, quand on s'y connaît on sais faire la différence entre du bon et du mauvais. Je me retiens tout de même de grimacer, par politesse.

« Tu vas me donner le nom de ce type. Je vais lui proposer de payer à ta place. S'il obstine et maintiens qu'il préfère te buter, alors on s'occuperas de son cas. »


I'll shoot you down, don't mess with me

Kizuki Aina

Date d'inscription : 05/06/2018Activité RP : 18Messages : 108Avatar : Shiba Ken - Anatashia MasculinEmploi : Barman / Etudiant¥ : 207,500
avatar
Muko ✘ Dreamers
Voir le profil de l'utilisateur
26.06.18 0:50


Y'avait pas à dire, des vêtements secs et chauds étaient largement plus confortables que des bouts de tissus qui vous collaient à la peau. Aina sortit de la salle de bain, une serviette sur la tête puisqu'il était encore en train de s'essuyer les cheveux, pour remarquer son patron…Ah. Ouais. Il perdait en crédibilité, y'avait pas à dire. D'ailleurs, il était même sur le point de rire et lui en faire la remarque lorsque ce dernier ramena le sujet sur le tapis, et il soupira. Fallait qu'il lui dise en quelle langue de s'occuper de son cul?

Il fit demi-tour pour aller chercher une deuxième serviette qu'il posa ensuite sur la tête de Fujiwara et se dirigea vers sa commode. C'était pas possible de le laisser comme ça, sérieusement.

- C'est pas contre toi Yoshimaru, mais je préfère te le dire maintenant. Je ne suis pas ta famille. Ta famille, ce sont les Matsumoto, et Daisuke, Nagato et Tomoe. Basta. Moi, j'suis un barman. Le genre de gars que tu remplaces d'un claquement de doigts. Tu remplaces pas un membre de ta famille d'un claquement de doigts.

L'étudiant se redressa, grimaçant alors qu'il avait fait un geste un peu trop brusque. Il s'était déjà pris une balle dans le dos y'a deux ans, mais il avait carrément oublié la douleur qu'une si petite chose pouvait provoquer. Lui qui se foutait parfois de la gueule des yakuza qui se plaignaient avoir mal devant les infirmières, il se la fermerait dorénavant.

- Je t'apprécie. Beaucoup plus que tu ne le crois. Mais tu n'es pas ma famille.

Il n'avait pas de famille et Aina n'était pas prêt à accepter que quelqu'un entre dans cet organe qui lui servait de cœur. Avoir des personnes que l'on considérait comme proche ou étant de la famille, c'était vous ouvrir aux faiblesses, à la souffrance et à la peur. Il le savait. Si un jour il venait à tisser un lien plus que de surface, il y resterait accroché jusqu'à la mort. Intérieurement, Aina était beaucoup plus sensible que ce qu'il voulait bien laisser paraître, autant que son désir de liberté sans doute.

L'étudiant lui balança le sarouel qu'il avait trouvé, espérant qu'il serait à sa taille, récupéra son flingue et retourna dans son fauteuil. Il porta le breuvage au Sencha répugnant à ses lèvres, puis fit la grimace. Déjà que le thé, c'était pas sa tasse de thé (héhéhé), si en plus il était aussi infâme, jamais cela l'aiderait à se réconcilier avec ce genre de boisson. Il y avait un mythe qui disait que marque ou sous-marque, c'était la même. Et bien foutaises.

- Argh c'est dégueulasse. Fais pas genre avec moi, on sert bien mieux au BirdCage.

Bien mieux, et de plusieurs sortes. Aina avait profité que Fujiwara serait celui qui payerait les dépenses pour essayer de nouvelles saveurs, toujours à la recherche DU thé qui lui ferait dire "j'aime le thé".

Le jeune homme reporta son attention sur son aîné qui, dans ses propres vêtements, avait une allure tout à fait différente. Il ne put s'empêcher de ricaner entre ses dents.

- J't'ai jamais vu aussi classe. Franchement. Wow. Tu vas attirer toutes les prostituées du coin pour aller travailler chez toi haha.

Avec de la chance, y'en aurait même p't'être une qui serait mignonne ! Blague à part, Aina se laissa aller un peu plus confortablement dans son canapé, et fixa le Yakuza.

- J'accepte ton aide à deux conditions : la première, tu ne le payes pas. Comme je t'ai dit, il ne mérite que la mort. La deuxième, peu importe ce qu'il se passe et la haine que j'éprouve envers lui, tu ne le tues pas.





Don't quit. You're already in pain. You're already hurt. Get a reward from it.

Fujiwara Yoshimaru

Date d'inscription : 16/03/2018Activité RP : 14Messages : 217Multi : Kazuki - Asami - Kagami - TsunadeAvatar : Hara Toshimasa MasculinEmploi : Wakagashira du clan Matsumoto, Proxénète et patron du Bird cage¥ : 392,500Crédits : VTP // Tumblr
avatar
Wakagashira ✘ Matsumoto
Voir le profil de l'utilisateur
01.07.18 16:09
自由になりたいっす

2060年05月

Aina qui ne casse pas les couilles ? Ce n'est pas Aina, tout simplement. J'ai l'impression que c'est dans sa nature, de faire chier les gens. De rejeter l'aide qu'on veut lui apporter quand il en a objectivement besoin. Je hausse un sourcil à ses réflexions. Je t'apprécie. Beaucoup plus que tu ne le crois. Mais tu n'es pas ma famille. Certes. Mais ça ne change pas mon point de vue. Il reste un proche. Si son image est salie, étant donné qu'il travaille pour moi, la mienne l'est aussi. Tout comme celle du clan Matsumoto C'est ça qu'il ne semble pas comprendre. Nous sommes encore des étrangers dans cette ville, une autre famille bénéficiant d'un traité de paix et de libre échange avec la famille des Muranaka.

Si on commence à se laisser bouffer, on est foutus. Retour à Nagano, et un petit doigt en moins pour moi si je ne suis pas capable de faire tourner ma maison close correctement, afin de racheter mon honneur. Kenji voudrais surement m'empêcher de le faire. Même s'il est mon Oyabun, c'est aussi mon meilleur ami. Le mec avec qui je joue depuis ma première année de maternelle, le voisin qui habitais quelques maisons plus loin dans la rue où j'i grandi. Il a toujours du mal à être autoritaire avec moi... Mais je dois montrer l'exemple, en tant que Wakagashira, pour maintenir sa position d'autorité à lui. Kenji est parfois trop gentil et sensible, et ce n'est jamais bon quand on est un gangster.

Je soupire et enfile le pantalon que me jette Aina à la figure. Pendant que je l'enfile, il me lance une petite réflexion dont il a le secret. Le genre de pic un peu relou, qui me fait lever les yeux au ciel en soupirant longuement : J't'ai jamais vu aussi classe. Franchement. Wow. Tu vas attirer toutes les prostituées du coin pour aller travailler chez toi haha.


Néanmoins, le temps que je m'habille il semble avoir réfléchi à ma proposition. Il semble enfin vouloir entendre quelque chose. Je l'écoute attentivement, et bois une gorgée de mon sencha dégueulasse. Afin de faire monter la tension, je reste silencieux un instant tout en le fixant droit dans les yeux. Je suis peut-être un patron sympa, mais je reste tout de même un Yakuza. Je ne suis pas un enfant de coeur, même si dans mes beaux costumes j'ai l'air d'être le gendre idéal dont toutes les mères rêvent pour leur fille. Grand, beau, avec une bonne situation et une excellente éducation. Mais ça, ce sont seulement les apparences.

« Tu ne veux pas que je le payes. Tu viens de dire qu'il ne méritais que la mort. Mais tu ne veux pas non plus que je le tue. Est-ce que tu réfléchis parfois avant de parler, ou bien est-ce que tu es totalement stupide ? Même ma fille comprendrait que ce que tu dis n'est pas logique, et pourtant elle n'arrive toujours pas à dire le mot "banane" correctement. »

Je repose mon mug sur la table basse et croise les jambes en m'installant plus confortablement :

« Si tu ne veux pas que je le tue... Alors tu viendras avec nous et c'est toi qui pressera la détente. Si bien entendu, t'as les couilles pour le faire. Tu t'es mis dans la merde Aina. A ce niveau là, avec ce genre de type c'est toi ou lui qui y passe il n'y a pas d'autre alternative. »


I'll shoot you down, don't mess with me

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: